Du Comptoir Irlandais au Roi de Bretagne

Du Comptoir Irlandais au Roi de Bretagne

Le Comptoir Irlandais, vous connaissez certainement.

Mais connaissez-vous son histoire ?
Pour une nouvelle interview, NHU Bretagne est allé à la rencontre du fondateur, Per-Iann FOURNIER.

S’il vous plaît, pouvez-vous nous dire comment est née cette belle idée de créer Le Comptoir Irlandais ?

L’idée du Comptoir Irlandais est née d’un amour de mon père pour ce pays et ses habitants. L’indépendance de l’Irlande l’a toujours fasciné et nous y voyons encore aujourd’hui un exemple à suivre pour la Bretagne en matière d’autonomie régionale. Au même titre que pour la Corse ou le Pays Basque, l’État Français doit se comporter avec certaines de ses régions comme un partenaire et non un maître.
J’y suis allé pour la première fois pendant un mois en 1968, dans la jolie petite ville de Thurles, dans le Tipperary, pour y apprendre l’anglais. Puis, les années qui ont suivi, l’améliorer et surtout retrouver des personnes dont j’apprécie la simplicité, l’humilité et l’humour.
Que ce soit avec le bagad de Plougastel au sein duquel mon père Jakez sonnait du pipe et moi de la bombarde, ou pour les nombreux jumelages inter-villes que notre vieil ami Polig Monjarret initiait, les occasions d’y retourner durant toutes ces années n’ont pas manqué !

Fourniership.

Après des études de commerce, j’ai rejoint Fourniership en 1980, une entreprise d’avitaillement du groupe familial. Après quelques années dans ce métier, je souhaitais évoluer dans une activité plus proche de ma formation. Combiner cette attirance vers l’Irlande et la nécessité de trouver de nouveaux axes de développement pour l’entreprise s’est assez naturellement imposé. C’est ainsi que nous avons tenté la première expérience en 1987 en changeant progressivement l’activité d’une épicerie qui jouxtait celle d’avitaillement en un lieu assez hétéroclite où se cotoyaient, à la genèse de ce nouveau concept, pulls irlandais et pâté Hénaff, sandwichs pour les Dockers du port et maquettes de curraghs produites à l’époque par un gardien de phare de Old Head.
Le nom est lui aussi venu naturellement, les comptoirs de l’histoire se situant en général dans les ports.

Comptoir Irlandais

Comptoir Irlandais – le premier à Brest et Per-Iann FOURNIER son fondateur

L’expansion rapide fut-elle facile à organiser et à gérer ?

Rien n’est facile dans le commerce, surtout quand il s’agit d’échanges de marchandises entre pays tiers,. Car en 1987, l’Irlande n’avait pas le même statut Européen qu’aujourd’hui ! Chaque petit achat générait une montagne de documents douaniers accompagnée de ses lots de taxes et de réglementation particulière ! Cette logistique lourde et coûteuse n’aurait jamais pu se faire sans la structure d’avitaillement de Fourniership. Dont le service de déclaration en douane, la flotte de véhicules en bi température, les entrepôts duty-free agréés, etc …
C’est la combinaison entre les moyens logistiques de Fourniership et le travail de fond accompli par Polig MONJARET et tous les amoureux de l’Irlande qui ont permis au premier Comptoir Irlandais de démarrer.

Comment se pratiquait le choix des produits ?

Le choix des produits se faisait de la même manière que nous le pratiquons aujourd’hui pour le Roi de Bretagne : une observation attentive des comportements de nos clients et de leurs attentes. Mais aussi et surtout ce petit chemin vers l’inexploré, l’étonnant, le petit détail qui leur donnera envie de revenir. Par exemple, nous avions remarqué que la vente des cartes postales avait tendance à faiblir.

Bons baisers de Cork !

Il fallait trouver un moyen pour donner envie aux clients d’en acheter régulièrement, autant que pour les produits alimentaires. C’est ainsi que nous avons imaginé une boite aux lettre aux couleurs de celles de la Poste d’Irlande, dans laquelle les clients y glissaient leur carte avec le timbre irlandais, le tout vendu au comptoir. Nous postions chaque semaine toutes ces cartes à la poste de Cork. Nombreux ont été les canulars du genre « bons baisers de Cork » par des clients qui n’y avaient jamais mis les pieds !

comptoir-irlandais

Per-Iann FOURNIER le fondateur de l’enseigne Comptoir Irlandais, puis de Roi de Bretagne

 

Vous avez vendu l’enseigne Le Comptoir Irlandais pour ouvrir Roi de Bretagne. Pouvez-vous nous parlez de ce Roi de Bretagne ?

Le Comptoir Irlandais a été cédé en 1992. Non par moi mais par les actionnaires constitués de la génération précédente. Alors qu’il n’était encore qu’une enseigne de Fourniership.
Acquis dans un premier temps par un financier de Landivisiau, de main en main, il a fini dans celles de l’actuel propriétaire. Son destin ne dépend donc plus de nous depuis longtemps.

C’est en 1992, à la faveur de ce bouleversement, qu’est né Roi de Bretagne. Une entreprise que je voulais plus locale et plus innovante encore.

Continuer dans le style de ce que nous avions commencé mais faire de Roi de Bretagne une version différente du Comptoir Irlandais était bien l’objectif.
Donner plus de place aux beaux produits de notre région.
En plus du fait que les Bretons sont partout dans le monde, nous avons voulu offrir à nos clients ce qu’ils aiment retrouver à travers leurs voyages, leurs destinations préférées. Pour cela, quelle piste plus évidente que celle des destinations vacances au départ du Finistère ? Grèce, Italie, Maroc, Irlande, Antilles etc …

Et de Bretagne eveljust !

Sans bien sûr oublier la place royale aux produits d’ici, nous nous différencions au quotidien :

  • En présentant à nos clients ambassadeurs le plus beau de ce que produisent nos artisans Bretons dans un cadre valorisant.
  • Également en prolongeant le rêve de nos clients à leur retour de vacances. Ainsi on retrouve ouzo, rhums et épices des Îles. Ainsi qu’olives et pestos, produits cosmétiques et vêtements … Avec en appui une ambiance visuelle, sonore et olfactive.
  • En faisant de cette enseigne une sorte de petite « Galerie Lafayette » Brestoise que les habitants seront heureux de fréquenter autant que de la faire découvrir à leurs amis.

Trans Oceanic Wind Transport.

Il est essentiel qu’à chaque fois que nous en avons le choix, nous fassions celui de favoriser les plus petits fournisseurs et les plus vertueux en matière de respect de la nature et des humains qui en vivent. C’est pourquoi certains produits présentés en magasin n’ont jamais connu autre transport que celui de la navigation à voile, grâce à l’initiative de jeunes Finistériens passionnés de TOWT (Trans Oceanic Wind Transport). Des rhums Antillais nous arrivent depuis déjà plus de dix ans par bateau à voile et aussi des vins de Bordeaux de Touraine, bières des Cornouailles, thés des Açores, savons de Scandinavie etc. Nous nous déplaçons autant que possible dans chaque pays pour y trouver les sources d’approvisionnement les plus proches de nos valeurs.

Éco-responsables.

Roi de Bretagne est une nouvelle génération d’entreprise dont la préoccupation quotidienne est la plus faible empreinte écologique possible. Nos clients ne sont plus des consommateurs mais des voyageurs. Amoureux de leur pays, ils sont éco-responsables !
Etant pour ma part membre de Greenpeace France depuis sa création dans les années 70, le développement ne se conçoit naturellement chez Roi de Bretagne que dans le respect des valeurs fondamentales de l’environnement et du respect humain. Régulièrement repris par d’autres commerces, c’est peut-être le signe que la voie que nous traçons répond aux nouvelles tendances du marché.

Per-Iann FOURNIER, nous vous remercions de votre très sympathique accueil et du temps que vous avez bien voulu nous consacrer.
Que cette aventure commerciale bretonne dure le plus longtemps possible …

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

 

Previous Un plan Marshall réclamé à la Région administrative pour le breton
Next Kercado Vannes et Saint Brieuc dérangent les brittophobes

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 277 posts

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Penaos, c’est créer en Bretagne et en breton. Mais pas que …

Nicolas Gourvenec on. Gitarour e strollad rock Gris Sauvage ha kasour e skolaj Diwan Sant Ervlan. Abaoe pell am boa c’hoant deskiñ brezhoneg. Klevet am meus va zud kozeal pa

Le dictionnaire amoureux de la Bretagne

Les dictionnaires amoureux. A vrai dire il s’agit d’une série d’ouvrages édités chez Plon Fayard. En outre on y retrouve le Dictionnaire amoureux de l’Égypte et le Dictionnaire amoureux de la Chine. Également

Oiseaux des côtes bretonnes : les connaissez-vous ?

Oiseaux des Côtes Bretonnes s’inscrit dans un projet de collection consacrée à la faune en Bretagne. Les oiseaux marins apprécient notre région pour au moins deux raisons. D’abord pour l’extension

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse