Le 15 Octobre 1987, un ouragan dévaste la Bretagne

Dans la nuit du 15 au 16 Octobre 1987, la Bretagne va être dévastée par un ouragan destructeur.

D’abord cette journée du 15 Octobre est chaude. Étrangement chaude avec des températures plus élevées que de normal en cette saison.

Un courant d’air froid nous vient du nord. Ainsi en arrivant sur les eaux anormalement chaudes pour cette saison au large de la Bretagne, il se créée une dépression rapidement très creuse. Ce phénomène souvent appelé « bombe météorologique » affichera une pression basse record de 948 hPa. Cette bombe météorologique déchirera la Bretagne dans la nuit du 15 au 16 Octobre. Ensuite remontant chez nos voisins cornouaillais au nord.

 

octobre 1987

Le parcours de l’ouragan qui ravage la Bretagne dans la nuit du 15 au 16 Octobre 1987

Des dégâts considérables.

Ainsi, toute la nuit, des vents d’une rare violence se déchaîneront et causeront des dégâts d’une importance rarement atteinte. On ne compte plus les toitures arrachées, les pylônes de télécommunication pliées comme de simples fétus de paille, les navires coulées dans les ports. En outre, plus de 20% de la forêt bretonne est détruite. La violence des rafales a littéralement étêtées  des forêts entières.

Le 16 Octobre.

Au lever du jour, la population bretonne est abasourdie. Il règne dans les campagnes un étrange silence. Il n’y a plus d’électricité. Souvent plus d’eau courante. En milieu de matinée, le silence sera brisé par le bruit des premières tronçonneuses. En effet, il est urgent de tronçonner les innombrables arbres, dont certains étaient bien vieux et avaient déjà connu des tempêtes bretonnes. Cette méga-tempête de 1987 a atteint des records de vitesse des vents avec des pointes vers 220/240 kilomètres par heure. Peut-être plus encore. Mais nous ne le saurons jamais car les anémomètres avaient été détruit également.

octobre 1987

Les vitesses de vent en Bretagne dans la nuit du 15 au 16 Octobre 1987

Faire face toujours.

Car le vent qui est chez nous une richesse insuffisamment exploitée aura été cette nuit-là tout le contraire. Un destructeur.
Puis il faudra tout le courage et la volonté dont nous sommes coutumiers en Bretagne, pour rebâtir, pour replanter. L’entraide se met en place et tout le pays s’organise pour faire face.

Ce 15 Octobre 1987, Météo France était en grève.
Depuis, il y a www.meteo.bzh, le météo qui nous concerne.

Précédent Côtes de Bretagne du Mont Saint Michel à Nantes
Suivant Les hôtels B&B, de Brest en Bretagne

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 80 articles

Sur NHU, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente (avec alors une adresse en prenom.nom@nhu.bzh), en signant votre article, ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Gavé de gavotte ? Jamais !

Gavotte jusqu’à la transe C’est la danse bretonne par excellence, celle que tout le monde est capable de citer. Mais en fait ce mot « gavotte » a été donné par des

Es-tu Penn ar Bed ou Finistère ?

C’est étonnant comme un territoire peut être très différemment considéré selon le nom qu’on lui attribue ! Prenons par exemple (mais tout à fait au hasard, bien entendu) cette partie

Pierre Ier de Bretagne, un Capétien sur le trône ducal breton.

Pierre Ier de Bretagne (vers 1187-1250) est issu de la famille royale capétienne. Il est l’arrière petit-fils du roi de France Louis VI le Gros (1108-1137). Son père, Robert II

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire