✅ Les taolennoù de NHU Bretagne : c’est quoi ?

✅ Les taolennoù de NHU Bretagne : c’est quoi ?

Les taolennoù de NHU Bretagne

Napoléon Bonaparte aurait dit “Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours“. Parfois on entend aussi “Une image vaut mille mots“, ou encore “Le poids des mots, le choc des photos” (Jean Cau).

A l’heure d’internet et des réseaux sociaux, c’est encore plus vrai. Aujourd’hui nous sommes tellement submergés d’informations que nous devons zapper, et que nous délaissons les textes pour privilégier les visuels, les photos, les vidéos.
Pour faire passer un message sur un smartphone, rien ne vaut donc “un bon croquis“, une “image“.
Il y a plus de quatre siècles, les taolennoù étaient déjà utilisés en Bretagne à cet usage.

Cette méthode de communication est sans doute apparue en Bretagne au XVIe siècle.

Bien sûr, pas pour les mêmes raisons. A cette époque, on ne peut pas dire que les populations en Bretagne étaient submergées en continu d’informations comme c’est aujourd’hui le cas. Par contre, à cette époque-là, en Bretagne, les populations sont très majoritairement analphabètes. Rares sont les personnes qui savent lire et écrire.
Alors, comment communiquer ? Comment faire passer des informations auprès de ces paysans ?
C’est Michel Le Nobletz, né à Plougerne dans le Leon, qui trouva l’idée des taolennoù. Ce mot breton signifie en langue française “tableaux”(singulier : taolenn, de taol qui veut dire “table“). Ainsi on retrouve taolenn-tredan pour “tableau électrique” ou taolenn vourzh pour “tableau de bord“.

Mais revenons à nos taolennoù.

Mikêl an Nobletz (1577-1652) est alors prêtre en Cornouaille, et est un infatigable missionnaire parmi ces populations encore trop attirées, selon l’église catholique, par des rites païens. Il faut les convertir.
Pour appuyer ses prêches en brezhoneg, il a donc l’idée de distribuer des “tableaux de mission” pour illustrer ses propos et captiver plus efficacement l’attention des ses ouailles.
Ces taolennoù étaient peints en général sur des peaux de mouton ou des panneaux de bois. La grande période des taolennoù se situe entre 1613 et 1639. Un autre missionnaire catholique pratiquant en Bretagne, Julien Maunoir, s’en servit également. Plus récemment, cinq nouveaux taolennoù furent peints entre 1936 et 1945 et sont actuellement conservés à la Maison des Missionnaires Montfortains au Rody en Gwipavaz près de Brest.

Ainsi donc, à sa manière, NHU Bretagne diffuse ses taolennoù.

Aujourd’hui les personnes, globalement, lisent de moins en moins. Alors, pour mieux capter l’attention des Lecteurs et des Internautes, souvent, rien ne vaut un visuel, sorte de taolenn à la NHU Bretagne.
Nous en avons produit plus d’une centaine déjà, dont certains ont comme base la carte de Bretagne. Le message est concis, clair et direct. Par ailleurs, ce taolenn est plus facilement partageable sur les réseaux sociaux.

taolennoù

Voici un taolenn qui déjà au XVIe siècle, aurait parlé à la population bretonne, avec quelques commentaires explicatifs … e brezhoneg eveljus!

 

Photo principale.
Mikël an Nobletz – La carte du miroir du monde
Chanoine Paul Peyron

 

taolennoù

Taolenn de Mikël an Nobletz, au début du XVIIe siècle en Bretagne occidentale

 

taolennoù

Taolennoù-Cariou : fidèles écoutant des commentaires sur un taolenn

Previous ✅ Un million de migrants aux portes de la Bretagne (attention : second degré 😉)
Next ✅ Apartheid linguistique sur le Tour 2021 en Bretagne

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 413 posts

NHU Bretagne, plateforme collaborative francophone de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur. #CroirePlusEnNous #FaireNousMemes #DeciderNousMemes Les articles en anglais pour dire notre Bretagne au reste du monde sont signés NHU Brittany.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

En Bretagne, le Pavillon Bleu est-il un label vraiment utile ?

Le Pavillon Bleu flottera sur vingt-huit plages de nos cinq départements bretons. La Bretagne possède quelques 2700 kilomètres de superbes côtes maritimes, et n’affiche que vingt-huit plages labellisées Pavillon Bleu

✅ Réseaux ferroviaires gallois et breton : autonomie là-bas et vol ici !

Désormais au Pays de Galles, avec lequel la région Bretagne a un accord de coopération depuis 2004, la totalité du réseau ferré et des gares, tous les trains et les

Skoazellva, le nouveau réseau solidaire d’entraide en Bretagne

Skoazellva est une initiative citoyenne bretonne. Solidarité et entraide, une réalité vraie en Bretagne. Peut-être plus que dans d’autres pays. NHU est l’acronyme de Ni Hon-Unan qui signifie en langue

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse