Langue française : Villers-Cotterêts, les faits et le mythe …

Langue française : Villers-Cotterêts, les faits et le mythe …

Villers-Cotterêts, les faits et le mythe.

C’est souvent ce que l’on lit : en signant cette célèbre ordonnance en 1539, François Ier aurait fait du français la langue officielle du royaume.
Est-ce si sûr ?
Si tout se passe bien, le château de Villers-Cotterêts, dans l’Aisne, sera à Emmanuel Macron ce que le Grand Louvre est à François Mitterrand ou le musée du quai Branly à Jacques Chirac : un bâtiment qui survivra à sa présidence et transmettra aux générations futures une facette de sa personnalité. L’actuel chef de l’État espère y inaugurer au printemps de 2022 le « laboratoire de la francophonie« . Un lieu dédié à la langue française, donc, sans la notion de « repli sur soi » qui lui est parfois attachée. « Une grande place y sera réservée aux échanges que le français a eus tout au long de son histoire avec les autres langues« , souligne ainsi Valérie Senghor, directrice générale adjointe du Centre des monuments nationaux, responsable de ce grand projet.

Le choix du lieu, évidemment, ne doit rien au hasard, puisque c’est là, en 1539, que François Ier a signé l’une de ses plus célèbres ordonnances.

Un texte qui, selon l’interprétation la plus courante, aurait fait du français la langue officielle du royaume. A un « détail » près : ladite interprétation ne va pas de soi. Il suffit pour le comprendre d’examiner le document originel qui, dans son article 111, indique exactement ceci : « Nous voulons que dorénavant tous les arrêts ainsi que toutes autres procédures (…), soient prononcés, publiés et notifiés aux parties en langage maternel françois, et non autrement. »

Que signifie cette phrase ?

Un seul élément fait consensus : par cet acte, le roi entend mettre fin au statut de langue officielle du latin dans la justice et dans l’administration. Une bonne nouvelle pour le peuple, qui ne comprend plus les sentences rendues dans un idiome désormais réservé aux savants. Mais aussi un moyen indirect de réduire l’influence de l’Église. Dont le latin est resté la langue officielle.
Le consensus prend fin lorsqu’il s’agit de comprendre ce qu’a voulu dire François Ier en utilisant l’expression « langage maternel françois » : le français et seulement le français ou toutes les langues en usage dans le royaume ?
Les uns penchent pour la première hypothèse, en relevant à juste titre que le monarque a beaucoup fait pour l’affirmation de la langue nationale. C’est lui, par exemple, qui a privé le latin du monopole dont il disposait à l’Université.
Les autres – les plus nombreux – voient les choses différemment …

Pour lire la suite, nous vous invitons à vous rendre sur mon article original.

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

 

Quelques autres articles de Michel FELTIN-PALLAS publiés dans les colonnes de NHU Bretagne.

Chirac : les arts premiers, oui; les langues régionales, non.

Réforme du bac : les langues régionales à la sauce Blanquer

Le Conseil Constitutionnel détruit les langues minoritaires de l’Hexagone

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle

La grande vogue des prénoms régionaux.

Previous Circuit court alimentaire et Mangeons local en Bretagne
Next Transmettre le breton, aussi à la maison

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 14 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Réunification de la Bretagne : référendum ou décret ?

Tout le monde, ou presque, réclame un référendum. Récemment encore, l’association Bretagne Réunie a déposé au Conseil départemental de Loire Atlantique une pétition déjà signée par plus de cent mille

Nantes, Rennes, la Bretagne : séparation ou réparation ?

la Bretagne, séparation ou réparation ? Nantes Rennes. L’envie est très forte pour le second terme. Je suis Nantais et j’ai mis beaucoup de temps à considérer la Bretagne dans son

La moule qui fabrique des perles en Bretagne

La moule perlière de Bretagne : une espèce parapluie Elle est nommée kregen dour dous en breton et moule ou mulette perlière en français. En fait les scientifiques la nomment Margaritifera

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse