✅ Langues régionales : une hypocrisie française, de Michel FELTIN-PALAS

✅ Langues régionales : une hypocrisie française, de Michel FELTIN-PALAS

L’hypocrisie française …

Longtemps, le pouvoir central a joué franc jeu : il voulait « anéantir les patois« .
Aujourd’hui, tous les gouvernements prétendent vouloir les sauver, mais s’opposent aux mesures qui vont dans ce sens. Dernière illustration avec la proposition de loi Molac, en débat à l’Assemblée ce 8 avril.

Je le jure : ce qui suit n’est pas un gag, mais une histoire aussi véridique que révélatrice.

En novembre 2019, la préfète de Corse adresse une lettre d’observation à Gilles SIMEONI, le président nationaliste du conseil exécutif de l’île. La missive concerne la création d’une crèche bilingue corse-français (qui a reçu l’aval du gouvernement) et, plus précisément, la volonté des élus de recruter pour cet établissement du « personnel corsophone« . Cette mesure « pourrait être considérée comme discriminatoire et représenter une atteinte au principe constitutionnel d’égalité des citoyens« , alerte la plus haute fonctionnaire de l’État sur l’île.

Gilles SIMEONI ne cache pas son étonnement.

Il lui paraît difficile, explique-t-il, de mettre en place une structure bilingue sans vérifier que le personnel parle à la fois corse et français. Il s’étonne également de n’avoir jamais vu la représentante de l’État réagir quand une fiche de poste exige la maîtrise d’une langue étrangère.
Recruter un salarié anglophone dans une entreprise ? Pas de problèmes.
Recruter un salarié corsophone dans une crèche bilingue ? Menaces pour les valeurs républicaines ! La préfète finira par battre en retraite.

Si cette histoire est révélatrice …

C’est qu’elle n’est qu’une illustration parmi d’autres de ce qu’il faut bien appeler la duplicité de l’État en matière de langues régionales. Dans les discours, celles-ci sont aujourd’hui systématiquement encensées. « Je suis tout à fait favorable à l’esprit du bilinguisme » a ainsi déclaré Emmanuel Macron en Corse. « Vive les langues régionales, vive le breton ! », a de même lancé à Brest le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Dans les faits, malheureusement, l’exécutif prend souvent des décisions allant en sens inverse.
En voici d’autres exemples  … à découvrir sur l’article original de Michel FELTIN-PALAS.

Également, retrouvez-moi sur Facebook.

Hypocrisie française : Illustration de NHU Bretagne

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Retrouvez d’autres articles de Michel FELTIN-PALAS publiés dans nos colonnes.

✅ Pour en finir avec le mot « patois », de Michel FELTIN-PALAS

✅ Les écoles Diwan en Bretagne par Michel FELTIN-PALAS

✅ Lettre d’un « Provincial » aux Parisiens, de Michel FELTIN-PALAS

Previous ✅ Denez : Stur an Avel, son superbe nouvel album
Next ✅ Unanet evit ar Brezhoneg s'adresse aux 37 député(e)s en Bretagne

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 19 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Pour en finir avec le mot « patois », de Michel FELTIN-PALAS

Patois … S’il est parfois employé sans mauvaise intention, ce terme sert principalement à discréditer les langues privées de statut officiel. Mieux vaut pour cette raison ne pas l’utiliser. On

Réunification en Normandie et Bretagne : chercher la discrimination

Réunifier la Normandie fut simple … Avant le dernier charcutage des nouvelles limites régionales de l’Hexagone de 2015, il existait deux régions normandes. D’une part la Basse Normandie avec trois

Calendrier de l’Avent de Penn ar Box

Penn ar Box et Bières Bretonnes lancent leur cinquième calendrier de l’Avent. Le calendrier de l’Avent de bières bretonnes revient cette année avec une bière unique brassée à la crêpe

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse