✅ Vivre, décider et travailler en Bretagne

✅ Vivre, décider et travailler en Bretagne

A quels sacrifices faut-il consentir pour vivre, décider et travailler en Bretagne ?

En Bretagne, les jeunes actifs, qui sont en emploi depuis moins de cinq ans, occupent des métiers moins qualifiés, alors que les jeunes y sont plus diplômés qu’en France. Ainsi, parmi les actifs bretons ayant moins de cinq années d’expérience, 18 % sont plus diplômés que la majorité des actifs exerçant le même métier en France.

La Bretagne, une terre d’excellence pour la formation.

Globalement, le niveau de formation des actifs Bretons est plus élevé qu’au niveau national. La part des peu diplômés (16 %) est moins importante qu’en France métropolitaine (20 %).
Les actifs Bretons sont plus fréquemment diplômés :

  • d’un CAP-BEP : 31 % contre 27 % en moyenne en France,
  • ou d’’un bac : 21 % contre 19 % en moyenne en France,
  • d’un diplôme de l’enseignement supérieur court : 18 % contre 17 % en moyenne en France.

La qualification de sa main-d’œuvre se concentre principalement sur les diplômes de niveau CAP-BEP et bac.
Avec le temps, en Bretagne, le niveau de formation a progressé du CAP-BEP vers le bac (ouvriers de la réparation automobile, coiffeurs), du bac vers le supérieur (employés de la comptabilité) et du supérieur court vers le supérieur long (infirmiers, sages-femmes).

La cartographie des emplois en Bretagne.

La Bretagne compte près de 1.300.000 actifs en emploi, soit 5 % des effectifs de la France métropolitaine. Sept métiers concentrent 25 % des emplois régionaux : enseignants, agents d’entretien, agriculteurs, employés administratifs de la fonction publique, conducteurs de véhicules, vendeurs et aides-soignants.
Quantitativement, certaines professions sont sur-représentées en Bretagne, par rapport à la moyenne Française. Il s’agit principalement des métiers liés aux secteurs de la pêche, de l’agriculture et de l’agroalimentaire. A contrario, d’autres professions sont moins présentes qu’au niveau national, comme les cadres administratifs, comptables et financiers.

En lien avec la structure économique bretonne, certaines spécificités apparaissent. La part des actifs diplômés des filières de formation de l’agriculture est ainsi deux fois plus importante qu’au niveau national. De même, davantage de personnes sont formées en Bretagne sur les spécialités de l’agroalimentaire, l’alimentation, la cuisine, le génie civil, la construction en bois ou la gestion.

Une partie d’une classe d’âge active sacrifiée.

En Bretagne, les métiers exercés ne correspondent hélas pas toujours au niveau d’études et à la spécialité de formation suivie.
Au regard de la situation sur le marché du travail et de la structure des emplois, l’élévation du niveau de diplôme par rapport à la qualification des postes engendre ainsi fréquemment des situations de déclassement matériel, social et financier.

Sources : INSEE

Erwan LE GARLANTEZEC a aussi publié dans NHU Bretagne.

✅ Prolétariat : travailleurs pauvres sur-représentés chez les agriculteurs bretons

✅ La tragédie occultée du phénomène de sur-suicidité des agriculteurs Bretons.

✅ Nathalie Appéré saccagerait Rennes/Roazhon pour en faire un Paris sur Vilaine ?

✅ Où en est la grande loi de décentralisation promise en 2017 par Emmanuel Macron ?

✅ La Communauté Autonome Basque, un exemple d’autonomie pour la Bretagne

Previous ✅ Anna Preden expose à Langoned : interview exclusive
Next ✅ Top 10 des faits inattendus à propos du gallois qui peuvent vous surprendre.

Á propos de l'Auteur

Erwan LE GARLANTEZEC
Erwan LE GARLANTEZEC 8 posts

Président de l'ALCVFB - Association de Lutte Contre les Violences Faites aux Bretons

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Autonomie de la Bretagne : la Grande reculade de Chesnais-Girard

Autonomie de la Bretagne. Avec stupéfaction , je viens de lire l’interview donné par Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne administrative, au quotidien Ouest France, par lequel il nous

Gavé(e) de gavotte ? Jamais !

Gavotte jusqu’à la transe C’est la danse bretonne par excellence, celle que tout le monde est capable de citer. Mais en fait ce mot “gavotte” a été donné par des

✅ Notre identité bretonne est-elle encore autorisée par l’état central ?

L’identité est un problème. Et cela l’est toujours un peu pour tout le monde. Qu’elle nous ait été transmise en partie ou totalement, c’est toujours un costume qui doit nous

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse