Le volailler breton Doux va finir par y laisser ses plumes.

Le volailler breton Doux va finir par y laisser ses plumes.

Doux, de crises en regroupements.

Depuis les graves ennuis économiques du leader européen de la volaille, et sa dernière restructuration, on l’avait presque oublié.

Doux a été regroupé avec Gastronome en 2016 au sein du groupe français Galliance. Cette dernière structure est le pôle volaille de Terrena. Terrena c’est aussi Paysan Breton, Père Dodu, les magasins Gamm Vert et bien d’autres marques. Terrena est la première coopérative agricole polyvalente de l’Hexagone et affiche plus de cinq milliards d’euros de chiffre d’affaires.
Doux, créé à Port Launay (près de Kastellin/Châteaulin en Cornouaille) en 1955, a vécu la belle époque. L’époque où le volailler breton produit de la volaille de grande consommation, en devenant le leader européen. Puis ce sera la période de la conquête des marchés émergents. Du port de Brest en général, des cargos chargés de poulet congelé quittent la Bretagne pour les pays arabes. Les subventions européennes à l’exportation affluent.

Mais le monde change et la concurrence va vite.

Plus vite que le volailler breton.
Les pays arabes produisent leur propres volailles à moindre coût. Le Brésil devient un autre concurrent tout aussi féroce sur son marché national de plus de deux cent millions de consommateurs. Également à l’export. Les taux d’imposition trop élevés en Hexagone sont un handicap majeur face à la mondialisation.
doux

Doux le volailler breton à l’export

Le marché européen consomme de plus en plus de volailles de qualité quand Doux continue à produire des volailles ordinaires et des produits panés à bas coûts. La situation s’aggrave encore avec les crises sanitaires et la cessation d’importation de nombreux pays. Le consommateur européen est de plus en plus demandeur de volailles bio, et l’Irlande, pays peuplé comme la Bretagne, l’a mieux compris que nous.
La consommation mondiale de viande de volaille augmente de près de quatre millions de tonnes par an. Mais notre production bretonne n’est plus adaptée. Elle aurait dû se réorienter il y a déjà plusieurs années.

Doux perdrait depuis un moment déjà environ 800 000 euros chaque semaine.

De 2200 salariés en 2014, ce sont aujourd’hui 1293 salariés qui sont à nouveau inquiets de leur sort. La production de volailles a déjà été déduite de 14% en 2016.
Les récentes faiblesses de la concurrence internationale et les nouveaux produits plus qualitatifs que Doux va lancer bientôt permettront-ils de passer ce nouveau cap difficile ?
Ou la situation est-elle trop grave pour que Terrena envisage de sauver l’entreprise bretonne ?
Nous serons fixés dans les tous prochains mois.

Précédent L'immobilier se porte très bien en Bretagne.
Suivant Aider le multilinguisme en Bretagne avec Lafayette

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Croire plus en nous : quand la Bretagne s’éveille

Quand la Chine et la Bretagne renforcent leurs échanges commerciaux C’est à Alain PEYREFITTE, diplomate, homme politique et écrivain français mort en 1999 que nous devons cette phrase célèbre et

Algaia, un bel exemple de relocalisation en Bretagne.

Algaia, une déjà longue histoire avec les algues. Tellement convaincu, depuis trop longtemps, que les entreprises bretonnes doivent parfois se délocaliser hors de Bretagne, pour réussir. Voici Algaïa qui nous

Une Galaxie UHT bientôt en centre Bretagne ?

Le lait breton coule à flot pour la Chine. Déjà le 15 Décembre 2015, NHU Bretagne évoquait dans un article l’installation des Chinois de SYNUTRA dans le Kreiz Breizh. Puis,

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire