Les fermes bio de Bretagne bien placées en Europe

Les fermes bio de Bretagne bien placées en Europe

Les fermes en bio en Bretagne

Les fermes en bio en Bretagne se développent vite.
En quelques années on est passé en Bretagne, comme ailleurs en Europe, du phénomène du bio qu’on regardait avec un petit sourire, au bio assumé et de plus en plus recherché.

C’est une saine réaction citoyenne face aux crise économique et sanitaires.

Et face à la malbouffe rampante, aux pesticides et autres OGM qui se dissimulent insidieusement partout. Pour moins polluer, on préfère le circuit court et celui-ci amène plus souvent vers des produits biologiques. Pour aider les Agriculteurs et les Producteurs locaux, plutôt que d’engraisser des multinationales déjà financièrement obèses.
Également pour retrouver le goût des bons produits, ceux de notre enfance. Du moins pour celles et ceux qui ont connu ces goûts et ces odeurs là. Une pomme avec un vrai goût de pomme, pour seul exemple. Pour d’autres, c’est aussi un vrai choix de santé. Ou pour nourrir sa famille et ses enfants avec des aliments sains, gage évident d’un meilleur avenir pour tous.

La Bretagne est plutôt bien placée en Europe pour le nombre de fermes en bio

Les fermes bio en Bretagne seront très bientôt près de 5000 en Bretagne, et chaque semaine, de nombreuses autres fermes font ce choix.
C’est dans le sud de la Bretagne que se trouve le plus grand nombre de fermes bio avec 1091 en Loire Atlantique. En outre, cela représente vers 25% des exploitations et 20% des surfaces agricoles. Puis l’Ille et Vilaine en second avec 865 fermes biologiques en 2019. Une hausse de +10% par rapport à 2018 avec environ % des exploitations. Le Penn ar Bed affiche avec nos données que nous avons collecté 833 fermes bio. Forte hausse avec près de 20% de plus que l’année précédente et 11% des exploitations. Enfin, les Morbihan et Côtes d’Armor se tiennent très proches avec respectivement 762 et 777 fermes bio. Tous deux en progression de 14,5% pour 10% des exploitations agricoles.

Un de nos voisins, celtique comme nous, a fait ce choix depuis déjà quelques années. Le gouvernement irlandais mise énormément sur les productions biologiques. Cette île ne peut évidemment pas se battre sur le terrain des grosses productions de masse sur le marché mondial. Pour vivre de ses productions et aussi pour exporter, il est donc impératif de produire différemment.

Produire mieux, produire meilleur.

C’est la solution retenue par nos cousins du nord. L’Irlande est pourtant assez loin derrière nos presque 5000 fermes bio bretonnes avec ses 1725 fermes biologiques (même s’il ne s’agit ici que du chiffre de 2017)
En Europe, comparons avec des pays sensiblement identiques au nôtre, tant en superficie qu’en population. Par exemple le Danemark avec 3637 fermes bio. Par ailleurs, on trouve le Portugal à 4674 fermes bio, la Finlande à 4665, les Pays Bas à 1696 ou encore la Suède à 5801, pour 2017. Ces comparaisons entre la Bretagne de 2019 et ces autres pays européens en 2017 est évidemment un peu hasardeuse. Certes, mais cela démontre bien le dynamisme des cinq départements bretons en de domaine porteur d’avenir.

Changer au plus vite d’orientation

La Bretagne a produit depuis plusieurs décennies des productions de masse, prise dans un système agricole imposé. Et crise après crise, elle est maintenant, dans ce système qui s’essouffle, obligée de changer. La Bretagne doit le faire vite et sortir par elle-même de ces contraintes qui l’asphyxient. Car les agriculteurs bretons doivent impérativement retrouver de la liberté sous peine de crever. Libérons les énergies de ce territoire qui a des atouts que beaucoup d’autres Européens nous envient. L’agriculture bretonne est puissante, inventive, travailleuse. Nos terres sont riches et le savoir-faire de notre monde agricole incontesté.
Il faut ré-inventer nos manières de produire pour proposer au monde des produits à plus grande valeur ajoutée. Ce sera meilleur pour la Bretagne et son image. Ce sera meilleur pour nos Agriculteurs. Et ce sera meilleur pour les Consommateurs qui feront de plus en plus confiance aux produits de haute qualité produit en Bretagne.

Sources : agencebio.org, statista.com et gab

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi.

Bretagne : découvrez 8 atouts majeurs trop méconnus.

La Bretagne, leader européen du bien-manger, ou du mieux-manger ?

Circuit court alimentaire et Mangeons local en Bretagne

L’économie verte en Bretagne

Previous Bécassine a la vie dure… Même dans l’Education nationale !
Next Klez BRANDAR, un Photographe breton à Prague

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

L’hydrolienne Sabella, le monstre du Loc’h Ness breton.

Hydrolienne Sabella en Bretagne : histoire pour rire … Ah, l’hydrolienne Sabella ! De Juin 2015 à Juillet 2016, il y a donc deux ans, une hydrolienne Sabella D10 est

Un retour de l’Écotaxe en Bretagne ? Certains y pensent à Paris.

L’Écotaxe en Bretagne, le retour ? Les Assises de la Mobilité (!!) se tiennent en ce moment à Paris et vont durer trois mois. Trois mois d’intenses réunions et de

Après le NDDL des avions, voici le NPCB des containers

NPCB Nouveau Port à containers de Bretagne. Containers … Avertissement : ce texte est une fiction. Tout le monde le sait depuis longtemps : le port de Brest est congestionné,

1 Comment

  1. Penn kalet
    avril 17, 17:11 Reply

    Contrairement à certaines idées reçues …..l’agriculture biologique est très marginale en Irlande ,rien à voir avec la Bretagne .Bon possible que cela évolue à l’avenir mais je n’y crois pas plus que çà compte tenu des conditions pédo climatiques ,et l’attitude des irlandais est différente des Bretons concernant cette agriculture . Les irlandais sont spécialisés dans l’élevage à l’herbe , mais avec une approche bien plus productiviste que les Bretons du moins dans les régions les plus fertiles .l’Ouest de l’Irlande pourrait plus facilement se convertir au bio .


    Agriculture en Irlande.
    % du PIB 0.92 % (2016)
    Superficie cultivée 4 569 000 hectares (2010)
    Taille moyennes des exploitations 32,7 hectares (2010)
    Cheptel bovin ~ 6,7 millions de bêtes
    % d’agriculture biologique 0,3 %
    1 autre ligne

Laissez votre réponse