L’élevage est en crise en Bretagne : qu’en pensez-vous ?

L’élevage est en crise en Bretagne : qu’en pensez-vous ?

Débat citoyen de NHU Bretagne consacré à l’élevage et à la condition animale en Bretagne.
Nous avons posé la question suivante à nos deux Débatteurs. A savoir l’Association L214 par la voix de sa Porte parole et Ronan CARAES, Éleveur de Highlands en Kreiz Breizh (Centre Bretagne)

L’élevage est un secteur en crise …

… qui est ponctuellement décrié dans les médias, et la consommation de viande est en baisse depuis 1998.
Malgré tout, une majorité de consommateurs reste encore aujourd’hui attachée à la consommation de viande.
Comment imaginez-vous l’évolution de ce marché de la viande, et son pendant qui est l’élevage, dans les prochaines décennies ?
crise

Élevage de volailles en Bretagne

Voici la réponse de Brigitte GOTHIERE, porte parole de l’association de défense animale L214.

Les filières d’élevage sont en difficulté depuis longtemps. Quelques acteurs s’en sortent. Mais, pour la plupart, ce sont des incertitudes, de grandes misères et souvent, à terme, la disparition de l’exploitation. C’est un système qui provoque des dégâts dans beaucoup de domaines. Qu’on regarde du côté social, environnemental, santé publique, sécurité alimentaire et bien entendu du côté éthique, les effets négatifs sont nombreux. Car le gros problème aujourd’hui, c’est qu’on refuse de remettre profondément en question ce système. En fait on refuse de regarder objectivement la situation. Des fonds sont débloqués quand la crise est trop forte : ils ne remédient pas aux problèmes de fond mais repoussent les contestations de quelques mois, ils font gagner ou plutôt perdre du temps.

Changer de modèle.

D’un autre côté, on pousse les consommateurs à manger de la viande et autres produits d’origine animale matin, midi et soir. On est assailli de publicités, de recommandations qui incitent à une consommation massive. Les repas servis dans les écoles sont soumis à un quota de produits d’origine animale minimum.
L’idée de changer de modèle agricole et alimentaire, auparavant inaudible, commence à se frayer un chemin. En France, si l’intérêt général est pris en compte, les prochaines décennies devraient voir des changements profonds : on consommera moins de produits animaux, on élèvera moins et on pêchera moins d’animaux. L’éthique nous incitera de plus en plus fort à reconsidérer le fait même d’exploiter les animaux. Notamment pour les manger. Et il est probable, et souhaitable, que d’ici quelques générations, notre société considèrera les autres animaux réellement comme des individus dont les intérêts comptent.
crise

Élevage de porcs en Bretagne

Et la réponse de Ronan CARAES, Éleveur de bovins Highlands d’Écosse en Kreiz Breizh (centre Bretagne).

Vous savez, mon élevage, Le Ranch de Kerbongout, ne connaît pas la crise, loin de là. J’ai une demande nettement supérieure à l’offre. Cela est justifié par la qualité du produit que j’offre et par ma façon d’élever mes bovins. Beaucoup de parents clients me disent que leurs enfants qui ne voulaient plus manger de la viande, réclament la mienne. Cependant, ma façon de faire est très marginale et atypique. Aux dires de mes 250 adeptes, mon élevage représente ce que le consommateur souhaite cautionner dignement. Une taille de troupeau volontairement modeste pour une meilleure gestion, une alimentation 100 % herbagère, sans OGM, sans pesticides, naturelle et bio, une bienveillance et une grande sérénité avec les animaux, un lien amical avec le grand public, il me semble que ces approches en ravissent plus d’un. Pourtant, je ne fais que vivre mon rêve ; les choix que j’ai fait, je les ai fait personnellement et répondant à ce à quoi j’aspire.

Le rôle des médias.

Le fait que la viande de manière générale soit en crise reflète tout simplement un grand virage dans la société. Il me semble clair que les médias ont véhiculé une image catastrophique de l’élevage et de ses pratiques. Vous savez, ayant bac + 4 en élevage et six ans d’expérience, je peux vous dire que je ne suis pas en bio pour rien. J’ai été choqué des pratiques dites conventionnelles comme enfermer derrière des barreaux porcs, poulets, veaux, canards, etc. Avec juste la place juste pour se lever et se coucher. Aussi, 80 % des animaux d’élevage français sont nourris aux OGM.
La crise de l’élevage réoriente par le choix du consommateur ce qui lui semble bon et ayant des valeurs morales et éthiques. Et je partage cet avis en vivant ma passion.

Également vous pouvez retrouver les réponses à la première question dans cet article paru en Août.
Merci beaucoup à Brigitte GOTHIERE et à Ronan CARAES d’avoir accepté de participer à ce débat consacré à l’Élevage et la condition animale en Bretagne.
Précédent Pour l'Assemblée de Bretagne - Entretien avec Jean Jacques URVOAS
Suivant Enfin votre train va désenclaver mon île ... de France

A propos de l'auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 221 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Bretagne, sois belle … mais tais-toi !

« Sois belle et tais-toi » est le titre d’un film français de Marc Allégret de 1958. Depuis, cette expression est entrée dans le language populaire. « Sois belle et tais-toi » se dit

Nerzh, toute l’énergie du Bagad Kemper et de Red Cardell.

Nerzh : la puissance de l’alliance du Bagad Kemper et de Red Cardell. Le Bagad Kemper est un grand habitué de la scène. Il a écumé les salles et les

Dublin: une peinture encadrée en breton

« La Bretagne, terre de peintres »….. et chacun de dire que ça fait un peu cliché. Oui et non en fait. Tout dépend de la période dont on parle et les

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire