Le volailler breton Doux à nouveau dans le dur

Le volailler breton Doux à nouveau dans le dur

Ukraine 1 – Bretagne 0

Le volailler breton Doux qui fut leader mondial de l’exportation de poulet congelé, dégringole d’année en année vers le fond du trou.
Licenciement en 2012 de deux mille salariés après le redressement judiciaire. Depuis le groupe Doux traînes les deux pattes.
La faute à l’euro fort, à la concurrence brésilienne, à la grippe aviaire …
L’an dernier, la direction avait lancé un plan de diversification des gammes en investissant plus de cent millions d’euros. La greffe ne semble pas avoir pris, et le malade vient de rechuter gravement.
Doux passe donc d’un redressement à la liquidation pure et simple.
Des négociations de reprise très partielle sont en cours avec un volailler ukrainien, le groupe MHP. Pour que la mariée soit plus belle, la liquidation effacera les dettes et Doux laissera des plumes chez ses Fournisseurs. Et on se doute bien que ce qui intéresse le potentiel repreneur est européen, ce sont bien plus les Clients du groupe Doux que son savoir faire.

Quelle reprise pour le volailler breton Doux ?

Car il est évident que le repreneur ukrainien ne s’embarrassera pas de la totalité du groupe encore existant. Il vient faire son marché et comme il en est d’une volaille, il n’emportera que les beaux morceaux. Sur les 1200 salariés actuellement en poste en Bretagne et en dehors dans le groupe Doux, il ne devrait plus en rester beaucoup après le passage du vautour.
Ainsi, en quelques années, un des fleurons conquérants de l’économie bretonne disparaît par étapes. Et chaque étape de cette chute entraîne sa cohorte de chômage et de malheurs familiaux.
La Bretagne doit impérativement repenser son modèle économique et l’adapter au monde dans lequel nous vivons. Elle doit surtout imaginer ce que sera le monde de demain et s’orienter dès maintenant vers ces nouveaux horizons.

Tout changer …

En Bretagne, et depuis longtemps déjà, il ne sert plus à rien de produire des volailles de consommation de masse. En fait, il en est de même pour toutes nos autres productions agricoles. Elles ne sont plus du tout adaptées à notre situation. Car aujourd’hui les pays dits émergents savent mieux que nous produire ces produits de qualité médiocre. En outre, leurs coûts de production sont bien moindres, leurs charges bien inférieures.
La Bretagne doit impérativement et rapidement se tourner vers des productions à plus forte valeur ajoutée. Vers de bons et beaux produits, voire bio. Également repenser sa distribution et son organisation professionnelle.
Nos voisins et cousins Irlandais ont déjà entrepris cette mutation. La Bretagne dispose d’atouts majeurs pour être aux premières places internationales de ces nouveaux marchés.

Alors, on attend quoi ?

Qu’il soit (encore) trop tard ?
Une autorisation de Paris ?

#CroirePlusEnNous

 

Previous Télévision en Bretagne : et si vous changiez de chaîne ?
Next La Bretagne toujours contaminée par l'uranium d'Areva.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Xavier NIEL, Ronan LE MOAL … OPA sur la Bretagne ?

OPA sur la Bretagne : que se passe-t-il en Bretagne ? Dans le premier article que j’ai rédigé pour NHU Bretagne, je m’interrogeais sur le signal que donnait le Groupe

L’économie verte en Bretagne

Les Irlandais pratiquent l’économie verte. Pourquoi pas nous, en Bretagne ? Verte … Depuis les années cinquante, on nous a conseillé de pratiquer des productions de masse en Bretagne. Et

Luna de Kereonnec, la cochonne qui a son compte Facebook.

Luna de Kereonnec, vous connaissez ? Luna de Kereonnec est une jeune truie de mon élevage porcin en Cornouaille bretonne, non loin de Kemper. J’ai créé une page Facebook au

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse