En Bretagne, relocaliser, c’est tout simplement devenir plus autonome.

En Bretagne, relocaliser, c’est tout simplement devenir plus autonome.

C’est Nicolas HULOT qui le dit !

« Le libre-échange est à l’origine de toutes les problématiques écologiques. L’amplifier ne fait qu’aggraver la situation. Il faudra d’ailleurs comprendre un jour qu’une des premières obligations va être de relocaliser tout ou partie de nos économies. Mais, avant que nos élites l’intègrent, je pense qu’on sera tous calcinés« .
Propos tenus dans un entretien au Monde le 02 Juillet dernier.
En espérant ne pas être calcinés trop rapidement, cela nous laisse encore un peu de temps pour réagir et oeuvrer.

Relocaliser ! Re-lo-ca-li-ser :

Donc dans un premier temps, réduire les dérives du libre-échange sur notre environnement. Puis, si cela est encore possible, inverser les tendances et reprendre en mains notre avenir. Ainsi, surtout, que celui des prochaines générations.
Et pour cela, selon Nicolas HULOT, la méthode est là, devant nos yeux : relocaliser, autant que faire se peut, nos économies.
Concrètement, cela signifie que nous devons, impérativement, cesser d’importer et d’exporter à tout-va. De fait, nous consommerons différemment, pour ne pas dire moins. C’est juste im-pé-ra-tif … sous peine de mort.

#JeSuisAutonome.

Comme l’affirme Nicolas HULOT, nous ne pouvons plus continuer à commercer de cette façon effrénée. Sauf à aller consciemment droit dans le mur … qui se rapproche. Il en est de notre survie, à tous. Et nos Agriculteurs bretons, qui en sont sans doute très conscients, doivent impérativement et rapidement, en tirer les conséquences. Nous, Consommateurs en Bretagne, il nous faut, au même titre, privilégier systématiquement les aliments produits au plus près de nous.
Nous avons le privilège en Bretagne de vivre dans un pays riche qui produit des viandes de qualité, des produits laitiers, des légumes et des fruits, des produits de la mer, des boissons dont d’excellents vins, etc … De ce point de vue, nous sommes autonomes.

Résistance et refus.

Nous ne sommes absolument pas obligés d’acheter ces produits importés via ces traités financiers avant d’être commerciaux, dits de libre-échange, comme le Mercosur. En fait nous avons tout ce qu’il faut, ou presque, pour bien manger en Bretagne. Dont le réseau du circuit-court qui se développe très vite.
Et la Bretagne est un pays qui a la juste dimension pour devenir précurseur et leader en ce domaine.

#CroirePlusEnNous
#JeSuisAutonome

ena, probité, cartes, heureux, république

Small is great ! Petit c’est grand !

Précédent Anne de Bretagne, souveraine en Bretagne et déjà très européenne.
Suivant L'état-nation se meurt ... vive l'état-nation !

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Le Saumon atlantique est comme nous … il aime la Bretagne !

Si la présence du Saumon atlantique est une aubaine pour les pêcheurs, elle l’est aussi pour les scientifiques. Également pour les amoureux de la nature bretonne, une immense fierté. Après une,

Découverte de schistes gravés en Bretagne Occidentale datés de 14000 ans.

Préhistoire en Bretagne : une découverte unique en Europe. Ainsi donc, il y a environ 14000 ans, des chasseurs-cueilleurs vivaient en surplomb de la rade de Brest. n Bro-Leon, nord

Vu de Bretagne : les Gilets Jaunes et les PIGS, quel rapport ?

Les nouveaux PIGS arrivent … PIGS vous avez dit ? Et si la crise des gilets jaunes, n’était en fait que la queue de comète de la « crise grecque

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire