Et si le Moscou Paris était en fait le Moscou Ouessant ?

Et si le Moscou Paris était en fait le Moscou Ouessant ?

Comment on impose le centralisme dans notre quotidien.

« Le Moscou Paris va frigorifier la France » … « le Moscou Paris déferle sur nous » … « de l’air glacial va descendre de Moscou jusqu’à Paris » …
Vous n’y avez sûrement pas échappé, à ces expressions à base de Moscou Paris.
Tous les médias parisiens ont du recevoir la consigne de nous imposer cette expression météo nouvelle. En effet « le Moscou Paris déferle sur l’Hexagone ». Mais plutôt l’expression Moscou Paris que la vague d’air froid elle-même.

Explications : regardez un instant la carte.

Ce phénomène météorologique décrit en fait la descente progressive d’une vague de grand froid sec de Russie vers toute l’Europe occidentale.
Il fait froid, très froid, en ce moment, en Allemagne, au Pays de Galles, en Bretagne, dans le nord de la péninsule ibérique et bien ailleurs en Europe.
Mais le centralisme franco-français ne voit que par son nombril. Ce centralisme maladif est exacerbé à tel point que le système crée des expressions pour tout s’accaparer. Jusqu’à un phénomène naturel hivernal.
Nombrilisme jusqu’à en ignorer purement et simplement la géographie.
Regardez un instant cette carte.
Pourquoi appeler cette vague d’air froid Moscou Paris et pas Moscou Strasbourg. Ou encore Moscou Londres, Moscou Madrid, etc …
En Angleterre il n’existe pas de Moscou London. Ni en Belgique de Moscou Bruxelles.
Il n’y a que dans l’Hexagone que le rouleau compresseur de la centralisation à outrance en arrive à confiner à ce point à la bêtise. Jusqu’à s’imaginer qu’une vague de froid venant de Russie s’arrête dans une seule ville : Paris.

Et si votre Moscou Paris était en fait le Moscou Ouessant.

L’Hexagone est une construction artificielle qui pour tenir, pour durer, doit impérativement tout concentrer en son centre. Il en est ainsi pour le train comme pour les JO. Et s’imposer en permanence par des artifices de moins en moins crédibles. Surtout dans un monde ouvert et une Europe en reconstruction.
S’agissant d’un phénomène météorologique naturel concernant tout un continent géographique, on voit bien que le mot Paris n’est pas du tout à sa place dans cette expression franco-française Moscou Paris. Il convient de prendre plutôt un nom géographique en limite occidentale des territoires concernés par cette descente d’air froid hivernal.
A NHU Bretagne, on préfère donc le nom de Moscou Ouessant (Enez Eussa), île bretonne habitée la plus occidentale.
C’est tellement plus naturel que même les deux noms s’articulent parfaitement ensemble. La fin de Moscou est le début d’Ouessant : MoscOuessant.

Pour suivre au plus près la météo en Bretagne, il n’y a qu’un spécialiste : Météo Bretagne sur www.meteo.bzh.

Previous NHU Bretagne, un nouveau média, le vôtre et c'est vous qui l'écrivez.
Next Une usine à galets existait en Bretagne : découvrez la !

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 316 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Héléne VIANNAY, les Glénan et la liberté en Bretagne

Hélène VIANNAY, une pionnière. Quand on évoque les Glénan, de suite pour nombre d’entre nous, il y a association d’idée avec l’école de voile. Cette fameuse École de Voile des

Météo bretonne : pluie ou entrées maritimes

Pluie en Bretagne Coup de gueule de NHU, le premier de 2016 … Pourquoi les présentateurs et tatrices des bulletins météo se sentent-ils presque toujours obligés de parler de « pluie »

Nous sommes en 2070 … la bataille de Caudan.

Histoire … La bataille de Caudan. Nous sommes en 2070. L’instituteur explique la bataille de Caudan. A Caudan, dans l’ancien département du Morbihan, il y avait une usine qui fabriquait

1 Comment

  1. ArBleiz
    février 26, 11:54 Reply

    L’origine de cette vague de froid serait d’ailleurs sibérienne soit au moins 2000 km de Moscou. Centralisme quand tu nous tiens…

Laissez votre réponse