Nicola STURGEON, première ministre d’Écosse, à la rencontre des Bretons.

Nicola STURGEON, première ministre d’Écosse, à la rencontre des Bretons.

Rencontre avec Nicola STURGEON.

C’est avec grand intérêt et plaisir que j’ai pu interroger la semaine dernière, avec mes collègues de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, la première ministre écossaise Nicola STURGEON.

Les Écossais nous montrent actuellement la voie à suivre en Europe : celle de l’Europe des Régions, contre le repli des extrémismes. Le nationalisme anglais détruit le Royaune-Uni. Les Écossais sont privés de leur appartenance à l’Union européenne alors qu’ils ont voté massivement contre le Brexit. Ils s’estiment à juste titre lésés.

A terme, une Écosse indépendante.

En cas de non accord ou de Brexit dur, les Écossais demanderont un autre référendum d’indépendance. Afin de pouvoir décider eux-mêmes de leur destin. La décision doit appartenir au peuple écossais. La crispation des grands États s’accrochant à un passé révolu où ils donnaient le ton des affaires du monde, conduit à une remise en cause du projet européen. Ce changement est aussi visible en Espagne sur la question catalane avec la crispation de l’État remettant en cause un certain nombre des libertés fondamentales européennes. Pourtant la création d’États, n’est pas un processus nouveau. Car plusieurs d’entre eux ont été créés sur la dernière décennie en application du principe reconnu par l’ONU du droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

La voie démocratique.

Ce qui est nouveau, c’est cette volonté assumée d’en passer par un processus démocratique. Comme en Écosse, Catalogne ou au Québec, et non plus par la voie des armes. Surtout, ces processus d’indépendance ne sont pas portés par le repli. Mais bien par la volonté de toujours pouvoir vivre en harmonie avec ses voisins. C’est l’erreur de l’Union européenne et de nombre de ses membres de ne pas l’avoir compris. Les enjeux posés par ces questions d’émancipation ne peuvent être mis sous le tapis. C’est d’une véritable perspective politique dont ont besoin ces peuples au risque de créer davantage d’instabilité.

Bretagne et Écosse.

Les Écossais veulent renforcer leurs liens entre avec les autres européens et devons les y encourager. Nation celtique comme la Bretagne, nous avons déjà de fortes relations en ce qui concerne la culture, tel que le Festival interceltique de Lorient qui a mis l’Écosse à l’honneur en 2017. La pêche est aussi un sujet en commun, des armements bretons pêchant dans la mer d’Écosse. Nul doute que la Bretagne et la France ont un rôle à jouer pour garder notre relation privilégiée avec l’Écosse ce qui passe par une plus grande écoute mutuelle, au delà du cas du Royaume-Uni.

Paul MOLAC.

Précédent Emmanuel Macron, sa grand-mère et les "toilettes" par Michel FELTIN-PALAS.
Suivant Youpiieee, c'est le mois du breton en Bretagne !

A propos de l'auteur

Paul MOLAC
Paul MOLAC 5 articles

Paul MOLAC, député régionaliste du Morbihan et Conseiller régional de Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Célib, s’il te plaît reviens … tu nous manques !

Célib, qui es-tu donc ? Non, ce cri du coeur n’est pas destiné à une femme bien aimée que nous aurions perdu de vue depuis trop longtemps. Mais au Comité

BreizhOdyssée, un projet pour diffuser l’Histoire de Bretagne.

« Il n’y a jamais eu un tel désir de Bretagne et dans le même temps une telle méconnaissance de l’histoire de celle-ci » Ces mots prononcés par Jean-Michel Le

Les derniers jours du loup en Bretagne

Certains  annoncent le retour du loup en terre bretonne. Le loup  pourrait aborder notre région aux environs de 2020, soit par la Vendée, soit par  la Mayenne, et pourrait choisir comme villégiature les

4 commentaires

  1. Penn kalet
    mars 07, 10:04 Répondre
    L'interceltisme c'est bien joli mais à condition qu'il n'interdit pas une autre réalité historique et actuelle ce sont les relations anglo bretonnes ,mises plus que jamais en évidence par la menace du brexit ,mais je crains que une fois de plus au nom d'une certaine solidarité interceltique naîve ,la Bretagne va encore passer à coté de l'histoire .D'autre part si cela n'a pas été toujours le cas loin s'en faut , en Europe c'est bien l'Angleterre qui montre l'exemple en ce qui concerne le respect des minorités et des nations celtes aux quelles elle va finir par partiellement s'identifier au vu de sa propre histoire et des ses intérêts ,opportunité historique pour la Bretagne .Il ne faut pas oublier que contrairement à l'Espagne elle a autorisée sans problème le référendum écossais sur l'indépendance .Monsieur Molac le conseil régional de Bretagne doit prendre contact en urgence avec le gouvernement anglais ,rien à attendre de Paris ni de Bruxelles . https://www.equaltimes.org/brittany-and-great-britain-a#.XH2SS7jjKM8 https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1973_num_80_2_2686
  2. La Rédaction
    mars 07, 10:40 Répondre
    Bonjour. Votre commentaire n'apparaît pas parce qu'il doit être validé auparavant. Ce qu'il sera dans quelques minutes. Merci
  3. Penn kalet
    mars 07, 11:28 Répondre
    Bonjour je me permets de remettre les liens car je constate que l'on ne peut pas les ouvrir ,l'un des articles est en anglais et l'autre en français https://www.equaltimes.org/brittany-and-great-britain-a#.XH2SS7jjKM8 https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1973_num_80_2_2686

Laissez un commentaire