Splendeur et munificence des langues du monde

Splendeur et munificence des langues du monde

Splendeur et munificence des langues du monde.

Dans un ouvrage hilarant et brillantissime, Jean-Pierre Minaudier défend la diversité culturelle menacée par la standardisation.
Une fois n’est pas coutume : je m’aventure cette semaine hors du territoire de France. L’occasion m’en est fournie par la lecture d’un livre réellement extraordinaire (je pèse mes mots) publié en 2017 mais dont on vient de me faire le présent (grâces en soient rendues au donateur). Un livre consacré à l’ensemble des langues du monde, brillantissime non seulement par son érudition, mais surtout par la profondeur et l’originalité de la pensée, le tout servi par un humour digne de l’enfant coupable qu’auraient pu avoir ensemble Raymond Devos, les Monty Python et Groucho Marx (panthéon personnel totalement subjectif). Je précise que Jean-Pierre Minaudier n’est ni mon ami d’enfance, ni mon partenaire de squash, ni mon collègue de bureau – je ne soupçonnais pas même son existence.
Mais j’en prends le pari : avec Poésie du gérondif (1), cet amoureux des mots vous fera éclater de rire – oui, éclater de rire – tout en parlant de linguistique – preuve du génie infini du genre humain.

Un exemple, entre mille.

Page soixante trois, on apprend que certaines langues ne font pas la distinction entre être et avoir. Ce qui paraît très surprenant pour un Français. Comment les locuteurs parviennent-ils à se faire comprendre, demanderez-vous ? « Sans aucun problème dans l’immense majorité des cas, répond Jean-Pierre Minaudier. Dans la phrase, « Mon beau-frère X un crétin », il est évident que X est le verbe « être » ; dans la phrase « Mon beau-frère Y un ordinateur », il est évident, sauf dans la science-fiction la plus débridée, que Y est le verbe « avoir ». La tournure, poursuit-il, n’est ambiguë que dans de rares cas, du genre : « Ma voisine Z une grosse vache » – encore faut-il que le contexte rende plausible qu’elle exerce la profession d’agricultrice (sinon, Z est forcément le verbe « être ») et que, par ailleurs, il n’ait pas été mentionné qu’elle possède le sex-appeal de Marilyn Monroe, l’humour de Woody Allen, la conversation de Voltaire et un PhD de physique quantique (s’il y a une mention de cet ordre, Z est forcément le verbe « avoir »). »

Donc, on rit, mais on s’instruit aussi.

Saviez-vous, par exemple, que la langue du Christ, l’araméen occidental, est encore ….
Lire la suite dans l’article original de Michel FESTIN-PALAS.

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi à propos des langues.

En alphabet breton, pas de plan Q ni de film classé X

Les langues celtiques en Europe : trois langues gaéliques, et … 1/2

Les langues celtiques en Europe … et trois langues brittoniques 2/2

L’aventure des langues en Occident

Lire aussi du même Auteur.

Emmanuel Macron, sa grand-mère et les « toilettes » par Michel FELTIN-PALAS.

Langue française : Villers-Cotterêts, les faits et le mythe …

Chirac : les arts premiers, oui; les langues régionales, non.

Previous Solina la bretonne parmi les leaders mondiaux des ingrédients agroalimentaires.
Next Un masque peut en cacher un autre ...

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 19 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ #Brezhoneg20Euros : Mar plij, sinit an ervennadeg-mañ

Sinit an ervennadeg-mañ. Saveteiñ ar brezhoneg, lodenn eus glad an Denelezh gant Ranndir Breizh. Gant NHU Breizh eo bet embannet ar sinadeg-mañ kaset d’an aotrou Loig Chesnais-Girard, Kadoriad Ranndir Breizh.

Le 11 Janvier à Vannes au sujet de la Bretagne : #CroirePlusEnNous

Le 11 janvier à Vannes, pour se poser enfin les vraies questions pour émanciper la Bretagne ! Le 11 janvier prochain à Vannes, l’ICB organise une journée de réflexion sur

Pas de statut particulier pour la Bretagne

« Pas de statut particulier pour la Bretagne » répondent obstinément aux Bretonnes et aux Bretons les pouvoirs, de droite, de gauche… … ou d’ailleurs, qui se succèdent à Paris depuis des

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse