La grande vogue des prénoms régionaux.

La grande vogue des prénoms régionaux.

Les prénoms régionaux.

Le succès des Erwan, Petru et autres prénoms régionalistes traduit l’attachement des Français à la culture historique de leur territoire.
Beaucoup d’entre vous, j’en suis certain, ont déjà aperçu Jérôme Fourquet sur les plateaux télé, entendu ses analyses argumentées, relevé son ton posé et son regard sérieux. Au fil des années, le directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop s’est imposé comme l’un des meilleurs analystes de la scène politique française. Et je recommande à tout honnête homme désireux de comprendre notre société la lecture de son dernier livre, L’archipel français, qui rencontre un succès mérité.

Le rapport avec cette lettre d’information ? J’y viens.

Dans ce même livre, Fourquet consacre à l’essor des prénoms régionaux un chapitre passionnant – et très peu relevé. L’évolution est pourtant spectaculaire. Ainsi, en Bretagne, la part des Erwan, Yann et autres Gwenaëlle et Soazig a spectaculairement progressé dès les années 1970, pour attendre environ 15 % du total des naissances. C’est l’époque où Pierre-Jakez Hélias publie Le cheval d’orgueil. Où s’ouvrent les premières écoles Diwan. Également où Alan Stivell et Tri Yann donnent un nouveau souffle à la musique traditionnelle. Où des candidats autonomistes de l’Union démocratique bretonne rencontrent leurs premiers succès électoraux. Ce bouillonnement identitaire encourage les parents à redécouvrir leur patrimoine au moment où leurs enfants voient le jour. Le mouvement prendra une ampleur plus impressionnante encore après le vote de la loi de 1993, qui accorde une liberté quasi-totale dans le choix des prénoms.

Le même phénomène s’observe en Corse avec, toutefois, un léger décalage dans le temps.

C’est seulement à partir des années 1980, quelques années après l’attaque de la cave viticole d’Aléria – premier coup d’éclat du FLNC – que naissent en masse des bambins nommés Lisandru, Ghulia ou Lesia. Un engouement qui se poursuit aujourd’hui, où la part des prénoms corses atteint environ 20 % des naissances. Cette proportion est d’autant plus significative que l’île attire de nombreuses familles venues du Continent et connaît une forte immigration maghrébine. Jérôme Fourquet y décèle à juste titre la victoire idéologique du mouvement nationaliste, qui mène depuis de longues années un travail de fond en faveur de la culture et de la langue corses.
Le paradoxe est que cet envol a lieu au moment où la pratique des langues dites régionales ….

✅ Lire la suite directement dans L’EXPRESS Sur le bout des langues.

Recevez gratuitement la lettre d’information de Michel FELTIN-PALAS dont la pérennité dépend entièrement du nombre d’inscrits.
Écrivez-moi à mfeltin-palas@lexpress.fr

Previous Évolution de la société ... et unité de mesure des surfaces
Next Francisation des toponymes en Bretagne : qui ment ?

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 20 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Cathédrale de Nantes : refaire les vitraux à l’identique !

Cathédrale de Nantes : le Comité Anne de Bretagne demande à ce que les vitraux détruits soient refaits à l’identique. Nantes est un point central et incontournable dans l’Histoire de

Mutualiser la dette ? non ! Réformer la structure du Pouvoir d’abord.

L’État central veut mutualiser la dette … Il n’est pas surprenant de voir la France faire des pieds et des mains pour convaincre ses partenaires européens du Nord -Allemagne, Pays-bas,

✅ Fête Nationale du Pays de Galles ce 1er Mars

Nous fêtons aujourd’hui la Dydd Gŵyl Dewi, la fête nationale du Pays de Galles. Dewi Sant en gallois, et Sant Divi en breton, il est le saint protecteur du Pays

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse