✅ Déclaration du Collectif des anciens Président(e)s de Diwan

✅ Déclaration du Collectif des anciens Président(e)s de Diwan

Le collectif des anciens présidents et anciennes présidentes de Diwan.

Suite à la décision du Conseil constitutionnel de modifier la loi Molac sur l’enseignement immersif du breton et des langues de France, les anciens présidents et les anciennes présidentes de Diwan ont décidé de se réunir en collectif le dimanche 23 mai 2021.
Le collectif exprime sa solidarité au réseau des écoles Diwan ainsi mis en danger. Ainsi qu’aux familles, aux enseignants et salariés, aux comités de soutien et à l’ensemble des sympathisants qui s’activent depuis quarante quatre ans pour donner un avenir à la langue bretonne.

Comme anciens présidents-es nous avons tous défendu et promu la méthode pédagogique par immersion, reconnue, pratiquée et appréciée pour son efficacité dans de nombreux pays.

Car c’est la seule à même d’assurer un apprentissage par l’usage social de la langue. La loi Molac lui donnait une assise légale et aurait permis son extension au sein des filières publique et catholique. Ces dispositions ouvraient un nouvel espace d’organisation de l’enseignement bilingue en Bretagne et autorisaient à bâtir une nouvelle confiance dans la reconquête de la langue par l’école.
Nous poursuivrons donc le combat que chacun de nous a dû mener et rappelons notre attachement indéfectible à l’enseignement bilingue par immersion dans des écoles gratuites laïques, associatives et ouvertes à tous, dont la création remonte à 1977.

Tous à Guingamp/Gwengamp.

A l’occasion de l’arrivée de la Redadeg – course relais de la liberté des langues – à Guingamp samedi 29 mai 2021, une manifestation de solidarité à l’enseignement par immersion et à une pratique publique du breton est organisée.
Au-delà des cercles qui se sentent touchés et blessés par la décision inique du Conseil constitutionnel, nous appelons les Bretons et les Bretonnes à venir par solidarité pour défendre une liberté piétinée.

Pour le collectif par ordre des mandats :

Gweltaz Ar Fur
Reun An Ostiz
André Lavanant, contact presse 06 07 45 90 51
Andrew Lincoln, contact presse 06 81 26 45 26
Anne Le Corre
Patrig Hervé, contact presse 06 34 55 67 88
François-Gaël Rios
Serge Guégo
Stéphanie Stoll

✅ Ar Redadeg 2021, courir 2020 kms dans 325 communes de Bretagne : pourquoi ?

Previous ✅ Notre conseil de lecture : Et les Bretons créèrent ... Diwan !
Next ✅ Tous à Guingamp ce Samedi, pour nos langues; par Jean Michel Le Boulanger

Á propos de l'Auteur

André LAVANANT
André LAVANANT 1 posts

André Lavanant est domicilié et né dans le Léon en 1951. Ancien chef d’entreprise, administrateur du réseau des écoles Diwan de 1979 à 1997 dont quatorze ans comme président. Il est un des fondateurs d’An Oaled, premier centre de vacances permanant en breton pour les jeunes des filières bilingues, le président fondateur du premier centre de formation intensive en breton pour adultes Stumdi, le président fondateur de l’association de doublage Dizale et Président du mouvement politique Pour la Bretagne. Il fut élu Breton de l’année en 1995, honoré du Collier de l’Hermine en 1996 et nommé Chevalier dans l’ordre des palmes académiques en 1997

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Novembre, le mois de la mémoire

La Grande Guerre à mille kilomètres dans l’est de la Bretagne. Novembre : ayons une pensée en ce moment pour nos Grands Pères et Arrières Grands Pères. Pour tous ceux

Affaire George Floyd : La République n’est qu’un mirage

La République est morte de trouille … Une fois de plus, l’actualité liée à l’affaire du meurtre de George Floyd nous montre que la République ne peut nier la diversité

L’état central veut considérer le breton langue étrangère en Bretagne.

Le breton langue étrangère en Bretagne ? De quoi s’agit-il précisément ? De la volonté de l’état central de mettre en concurrence notre langue originelle, le breton, et une langue

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse