✅ Diwan en danger … et toujours pas de capitaine à la Région !

✅ Diwan en danger … et toujours pas de capitaine à la Région !

Diwan en danger : il est où le capitaine ?

Nous sommes tous un peu sidérés par le danger qui pèse sur l’existence du réseau Diwan et de la langue bretonne, suite à la décision du Conseil constitutionnel.
La Bretagne connaît une situation de crise, et dans le passé, elle a toujours trouvé les ressources de l’unité pour faire entendre sa voix. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Toutes les formations politiques se confondent en protestations d’usages, mais il en sort quoi au final ?

Il faut modifier la Constitution, tout le monde en convient, mais où est le rapport de force qui nous permettra de contraindre l’Etat à y procéder ?
Le Pouvoir central a le droit pour lui, et il va falloir trouver la force de faire sauter le verrou, pour obtenir une modification de l’article 2 de la Constitution ou un statut particulier pour la Bretagne.
La perspective des élections régionales n’est pas propice à une action unitaire, mais il est des moments où il faut réagir avec force et promptitude sauf à regarder passer le train de l’Histoire.

Après, ce sera trop tard.

Après le temps de l’indignation, les énergies s’émoussent.
La position consistant à attendre les élections en espérant profiter de cet égarement de la République en marche n’est pas la meilleure.
Celle qui consiste, pour la République en marche et Le Drian, de rechercher l’apaisement ne l’est pas davantage. Comment imaginer que l’État central n’applique pas le droit ? Les contrats d’association pourront être dénoncés à tout moment, peut-être même devront-ils l’être dans le cadre d’un contentieux administratif.

Il n’y a aucune clarification à attendre !

l’immersion est hors la loi et c’est on ne peut plus clair.
La Bretagne bénéficie d’une représentation politique. C’est à elle de trouver le ressort de rassembler tous les Bretons pour une réaction si forte que le Pouvoir n’aura d’autre choix que de s’y plier pour modifier l’ordre constitutionnel et donner enfin la place qu’il revient à nos langues.
On dit que lorsque les Bretons sont unis, rien ne leur résiste.
Cette épreuve, qui nous place au pied du mur, peut être le moment du sursaut tant espéré pour sortir du marasme actuel où s’abiment nos langues. Surtout, cette crise souligne avec acuité le besoin d’un statut particulier pour la Bretagne. Il serait sot de ne pas en profiter.

✅ La trop molle présidence de la Région Bretagne.

Alors, il est où le capitaine ?

Dans la crise, Chesnais Girard est aussi transparent que dans le quotidien, malgré son agitation sur les réseaux sociaux et les artifices de communication.
Il aurait tendance à s’emmêler les crayons, comme en témoigne sa demande hâtive d’une nouvelle lecture de la loi au chef de l’État au mépris total de l’autorité de la chose jugée des décisions du Conseil constitutionnel. En droit, on appelle cela une erreur grossière.
Mais il n’est jamais trop tard pour réagir et se situer au niveau exigé par la situation de crise.

Chesnais Girard pourrait …

Chesnais Girard pourrait initier une grande mobilisation unitaire du monde politique et associatif breton autour de quelques axes forts. Et il serait suivi.
Il pourrait aussi initier un front des régions. Puisque l’impact de la décision du Conseil constitutionnel concerne tout le monde et qu’il faut à présent se sortir ensemble de ce guêpier. Il ne serait pas injuste que les Bretons montrent le chemin.
Puis il pourrait exiger enfin le statut particulier que la Bretagne attend pour s’extirper du système jacobin qui nous étouffe.
Il pourrait surtout affirmer le soutien inconditionnel à Diwan , dans son modèle éducatif, coûte que coûte, quels que soient les interdits juridiques.
Voilà ce que tous les responsables bretons doivent affirmer aujourd’hui.

C’est ce que Daniel Cueff vient d’affirmer avec force ce 23 mai 2021.

La Bretagne a besoin d’un capitaine dans la tempête.
Nous ne pouvons que déplorer le double jeu détestable des partis qui s’intéressent davantage aux élections qu’à la défense des intérêts fondamentaux de la Bretagne. Ils escomptent juste pouvoir profiter de la situation.
La manif à Guingamp du samedi 29 mai prochain sera une réussite, mais nous savons qu’une manifestation ne suffira pas.
Le cas particulier de Le Drian mérite bien sûr d’être évoqué. Dans une crise pareille, il doit mettre sa démission dans la balance pour obtenir la modification de la Constitution.
Y a-t-il seulement songé ?
Plus que jamais, la Bretagne attend son capitaine.

Lire également…

✅ Tous à Guingamp ce Samedi, pour nos langues; par Jean Michel Le Boulanger

✅ Notre conseil de lecture : Et les Bretons créèrent … Diwan !

Diwan en danger

Previous ✅ Tous à Guingamp ce Samedi, pour nos langues; par Jean Michel Le Boulanger
Next ✅ Bretagne et indépendance : Regards étrangers, par Alan Le Cloarec

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 22 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

La meilleure Chef du monde est bretonne

The World’s Best Chef 2016 est bretonne. Et devient la première cheffe à obtenir trois étoiles Michelin aux États Unis. Restaurant Petit Crenn, San Francisco, Californie Allez sur le site

Produit en Bretagne, une initiative unique en Europe.

Ce Vendredi 07 Février 2020 se déroule l’Assemblée générale annuelle de Produit en Bretagne à Gwened/Vannes. Ainsi, ils seront cette année 1100 participants à se réunir dans la belle capitale

✅ Bretagne régionales : rejoindre Daniel CUEFF par Yvon OLLIVIER.

Pourquoi j’ai décidé de rejoindre Daniel CUEFF par Yvon OLLIVIER En vue des élections régionales en Bretagne*, NHU Bretagne souhaite vous informer, en particulier sur ses réseaux sociaux, des initiatives

1 Comment

  1. Penn kaled
    mai 29, 16:38 Reply

    Cependant Burlot a des chances d’arriver en tête de ce scrutin ,malgré qu’il le dissimule, c’est lui le représentant du pouvoir français actuel , il devrait être votre première cible d’autant que il semblerait que les parlementaires bretons LREM aient reçus discrètement un rappel à l’ordre vu qu’ils ont ,à l’unanimité proclamés hier que malgré la censure du concon , que la loi Molac était une avancée sans précédant ,fustigeant ceux qui dénoncent à juste titre ,un recul sans précédent .Je suis d’accord avec vous que au-delà du problème de la langue bretonne Chesnay Girard manque de poigne vis à vis du pouvoir francilien ,cependant je ne vois aucune tête de liste qui a la capacité de lui faire face et de mobiliser la population bretonne .Il y en aurait un ,malheureusement ,malgré qu’il a un discours plus nuancé concernant la problématique bretonne ,il est la tête de liste d’un parti qui reste jacobin ,je pense à Pennelle ,je ne le soutiens pas du tout pour autant vu son appartenance à la droite extrême .

Laissez votre réponse