“Modernité” des langues : oui pour le gallois et non pour le breton ?

“Modernité” des langues : oui pour le gallois et non pour le breton ?

Les langues régionales sont-elles victimes de la “modernité” ?

Selon certains, le breton, le corse ou le picard s’étioleraient pour une raison simple : si ces langues étaient adaptées au monde rural, elles ne le seraient pas à la France du XXIe siècle. Ils se trompent.

C’est un argument que j’entends souvent : “Si les langues régionales disparaissent en France, personne n’y peut rien. C’est simplement l’effet de la modernité.” Même le grand Michel Serres – paix à son âme – débitait ce genre de sornettes. Or il n’en est rien car les langues minoritaires (tel est leur vrai nom) sont tout à fait adaptées au XXIe siècle, pourvu qu’elles disposent d’un cadre adéquat. Et je voudrais tenter de vous en convaincre cette semaine en prenant un exemple, ou plutôt deux.

Gallois et breton.

De ce côté-ci de la Manche : le breton ; de l’autre côté, le gallois, soit deux langues celtiques situées dans deux pays européens de niveau économique comparable. Or qu’observe-t-on ? Voilà trente ans, ces deux langues étaient parlées par un nombre équivalent de personnes : 500 000 environ dans les deux cas. Aujourd’hui ? Le breton n’en compte plus que 200 000 tandis que le gallois, lui, dispose de 600 000 locuteurs (700 000 avec les gallophones de l’extérieur).

Le gallois serait mieux adapté au troisième millénaire que le breton ?

Pour expliquer ces deux trajectoires opposées, la modernité a donc bon dos, et je souhaite bon courage à celui qui prétendra expliquer que le gallois serait intrinsèquement mieux adapté au troisième millénaire que le breton. Non, la réponse est ailleurs et elle tient uniquement aux décisions prises – ou non – par les pouvoirs publics.
Au Pays de Galles, voilà plusieurs décennies que des mesures vigoureuses et cohérentes sont prises dans le domaine linguistique. Commençons par la politique. En 1942, le Welsh Court Act permet de plaider en gallois dans les cours de justice. Puis en 1967, le Welsh Language Act autorise le gallois dans l’administration. En 1993, un nouveau Welsh Language Act place l’anglais et le gallois sur un plan d’égalité dans le secteur public.

Enchaînons par les médias.

Une radio tout en gallois, la BBC Cymru, existe depuis 1977. En 1980, en pleine crise nord-irlandaise, le député Gwynfor Evans, 68 ans, annonce son intention de se mettre en grève de la faim si une télévision tout en gallois n’est pas octroyée. Pointée du doigt dans le monde entier, Margaret Thatcher cède et la chaîne S4C est lancée en 1982.
Terminons par l’enseignement. En 1990, l’étude du gallois devient obligatoire dans toutes les écoles jusqu’à 14 ans (puis jusqu’à 16 ans). Résultat ? Aujourd’hui, 20 % environ des enfants du Pays de Galles sont scolarisés en gallois première langue. Conséquence logique, c’est dans les classes d’âge les plus jeunes que l’on trouve le plus de gallophones. ” …

Lire la suite sur l’article original de Michel FELTIN-PALAS.

Vous souhaitez recevoir automatiquement et gratuitement cette lettre d’information ? Cliquez ici
Débattez et trouvez plus d’infos sur les langues de France en me rejoignant sur ma page Facebook

Par ailleurs, d’autres articles de Michel FELTIN-PALAS parus dans NHU Bretagne :

Chirac : les arts premiers, oui; les langues régionales, non.

Réforme du bac : les langues régionales à la sauce Blanquer

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle

Previous Les marches de Bretagne, nos frontières de l'est.
Next Passez à l'Ouest ou Passez en Bretagne ?

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 25 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ “L’universalisme républicain” ou le deux poids deux mesures

L’universalisme républicain. En réaction au meurtre odieux de Samuel Paty, on entend les forces de l’establishment faire feu de tous bois contre les rayons communautaires, les prénoms régionaux. Un député

✅ En Bretagne, un vœu pour l’autonomie. Et après ?

Un voeu pour l’autonomie de la  Bretagne. Le Conseil régional de Bretagne a réagi aux récents développements favorables à l’autonomie en Corse par un vœu adressé à l’État central revendiquant

Les algues, le nouvel or bleu de la Bretagne

La Bretagne est le premier champ d’algues européen et le dixième plus important champ d’algues au monde. Elle est baignée sur près de 2700 kilomètres par des courants tempérés et

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse