appel à tous les peuples de la Terre

Mon appel à tous les peuples de la Terre

de Colette TRUBLET

Je me présente : je suis une vieille dame, banale et à la fois particulière.

A tous les peuples de la Terre …
Il paraît que j’ai « une belle main d’écriture ». Mais je suis restée toute ma vie, à la marge de l’université, un pied dedans, un pied dehors. Je vais tranquillement et paisiblement vers mes 89 ans.

Pour vous je ne sais pas, mais moi, je ne trouve pas mon compte face aux discours et aux informations qui semblent vouloir nous entrainer dans des peurs paralysantes ou dans des mensonges éhontés dictés par toutes sortes de marchands, marchands de gadgets, marchands de vaccins, marchands d’armes de guerre, marchands qui attisent les convoitises avec le corps de belles femmes dénudées, comme si le sexe et le corps étaient des marchandises.

Je suis navrée, vraiment, blessée dans ma dignité.
Également outrée d’entendre des vieillards lubriques qui se répandent en propos dégradants, pour la chair comme pour l’esprit, et qui nous scandalisent au plus vif de nos désirs de bonheur.

Je voudrais parler de démocratie et de mondialisation – globalisation


J’ai consciencieusement voté, à chaque élection. J’ai voulu croire aux partis, aux élus. La fièvre législative surcharge les textes au point qu’il faille des avocats hautement spécialisés à intelligence diabolique pour justifier des contournements parfois criminels, telle actuellement la prolifération des algues vertes, tels les déchets nucléaires actifs durant des milliers d’années, telles de îles entières de déchets plastiques qui dérivent sur les océans.

Mon appel à tous les peuples de la Terre

Pire, les cabinets de conseils dictent des lois à nos députés en fonction de la comptabilité favorable au capitalisme dans l’ignorance des besoins de base des personnes : Logement, nourriture, santé, éducation, instruction, créativité, travail.
Nous sommes abreuvés de mensonges comme d’appeler vaccin une manipulation génétique qui semble, selon certains spécialistes extrêmement performante en même tant que parfaitement inutile en pareil cas, ou peut-être dangereuse. Nos savants se disputent, ce qui est leur rôle normal.

Là où je deviendrais volontiers complotiste c’est que les gouvernements ont interdit aux médecins de soigner les malades pendant l’épidémie. Les médecins récalcitrants ont été écartés et menacés de sanctions. Les gouvernements ont imposé la vaccination à tout le monde et à tout va, sur ordre de l’OMS, cet office mondial de la santé qui est l’œuvre soit-disant charitable d’un milliardaire pitoyable aux pauvres des contrées reculées. Et naturellement l’industrie pharmaceutique a fait des
bénéfices énormes en raflant l’argent publique de la sécurité sociale. Les milliards ont dansé au- dessus de nos têtes dans des évocations propres à nous donner le tournis.

Par ailleurs, curieusement, le capitalisme marchand sans frontière fomente des projets, un oléoduc par-ci, une exploitation minière par là, qui déclenchent des guerres que des élus veulent nous faire prendre pour du patriotisme. Malheur aux pays qui possèdent des richesses minières en sous-sol !

Les marchands sont à la manœuvre et mettent au pouvoir des dictateurs à leur solde en flattant leurs appétits les plus grossiers. Et les dictateurs deviennent fous, Hitler en a fait la démonstration évidente.

Alors je voudrais parler de démocratie et d’intelligence collective.

La terre entière est comme un grand vaisseau, qui tourne sur elle-même en tournant autour du soleil en une année, lequel soleil fait pour nous la pluie et le beau temps. Il a donné à l’humanité l’idée qu’un astre créateur de la pluie et du beau temps pourrait bien être un Dieu Tout-Puissant, ou son représentant, et c’était parti pour établir une hiérarchie entre un sommet qui commande et une base qui est bénéficiaire si elle obéit. Ou pas.
Sur terre tout le monde n’est pas d’accord.

Mon appel à tous les peuples de la Terre


Mais le soleil est quand même notre seul rempart contre la mort. Sans sa lumière et sa chaleur nous disparaissons. Nous sommes ses obligés. C’est ce que nous disons puisque nous parlons. Et ça ce n’est pas le soleil qui nous l’a appris. La culture ça commence avec le fait de parler. Dès le premier mot nous sommes dans la culture. L’intelligence collective commence dès le premier mot qui nous met d’accord pour désigner les choses de la vie et chacun y va de sa partition. Nous parlons. Nous nous souhaitons une bonne année dans toutes les langues du monde. Ça nous dit que nous sommes des vivants-parlants. Nous ne sommes pas seulement des clients de marchands internationaux, ni des futurs malades à vacciner, ni de la chair patriotique exposée à des engins de destruction massive.

J’aurais bien envie de lancer un appel à tous les peuples de la Terre.

Je dis bien un appel à TOUS LES PEUPLES, à l’exclusion des marchands qui achètent et pervertissent nos élus, nos présidents, nos gouvernements. Il ne s’agit pas d’éliminer des personnes, il s’agit de leur consentir une juste place de citoyen capable comme nous tous d’acquérir et de faire valoir une compétence au service des besoins humains : Les peuples sur la terre entière sont les victimes des dirigeants au service de marchands qui ont une calculette dans le cerveau et une braguette ouverte pour allécher la lubricité des vieillards, et dégoûter les adolescents. Il s’agit de basculer partout d’un système à un autre.
Les peuples savent profondément ce qu’ils veulent et ne veulent pas, ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas.
Notre outil, l’esprit, multipliable à l’infini, est à notre disposition. Notre humanité expérimente depuis des millénaires la pertinence de notre intelligence collective qui guide nos grands mouvements humanistes : Je pense à des valeurs d’amour, de tendresse, de fraternité, de liberté, de justice, de respect de nos différences, de pertinence, de spiritualité.

Toutes aspirations universelles que nous pourrions mettre en œuvre dans des conventions officielles, légitimées par une nouvelle manière de faire de la politique à partir du tirage au sort de personnes aléatoires, donc libres de conflits d’intérêt, semblables à celles qui ont été expérimentées en France l’une sur le climat l’autre sur la fin de vie. Nous pourrions diversifier cette structure au niveau des communes, des quartiers, chacune adaptée à son lieu particulier. Les peuples y trouveraient leur voix propre à faire valoir au niveau de chacun des pays dont il a conquis des frontières au fil des siècles passés. Les marchands et les spécialistes des grands corps des États y seraient conviés à une place de fournisseurs d’informations sans avoir le droit d’imposer leur version des lois.

Ensuite, le reste en découle : Un référendum pourrait ensuite valider ou invalider une loi, après expérimentation. Les personnes tirées au sort seraient rémunérées pour leur prestation et retourneraient à leurs occupations au lieu de s’éterniser en professionnels de la politique débranchés des réalités du besoin existentiel des populations. Les systèmes administratifs en place dans la plupart des pays sont capables de fonctionner durant une transition progressive entre le vieux système à rejeter et le nouveau à mettre en place.

Ainsi nous pourrions donner sa chance à notre espoir d’une démocratie mieux ajustée à nos besoins existentiels.

Appel à tous les peuples de la Terre, et aux femmes en particullier
Appel à tous les peuples de la Terre, et aux femmes en particullier

J’aimerais aussi en appeler à toutes les femmes.


Nous sommes folles d’aimer les hommes, bien qu’ils ne soient pas des dieux. D’ailleurs ils ne vivent que par notre désir de leur donner la vie, de les protéger, de les aimer puis de les laisser libres ensuite de nous lâcher la main, mais pas d’abandonner nos cœurs-tendresse, quand même. Depuis Abraham aucun homme ne nous a plus reconnu, nous, les femmes, dans le pouvoir symbolique de pouvoir et savoir de source sûre dire à un enfant lequel est son père, et en même temps de dire à un homme : cet enfant est de toi. C’est tellement élémentaire que nos sociétés bien formatées par la hiérarchie phallique ne veulent rien savoir de ce qui symbolise la puissance de la maternité.

Profondément, je pense que résoudre le conflit homme-femme, qui s’exprime honteusement et tragiquement par les féminicides actuels, pose à nos sociétés le même devoir de fraternité que celui de la dictature, du servage, de la prostitution. Une bascule de nos sociétés est profondément tributaire de la nouvelle manière d’être une Femme, un Homme, et un couple de parents.
Pour terminer
Et je voudrais savoir souhaiter une très bonne nouvelle année dans toutes les langues du globe. A défaut, j’emprunte celui-ci à un média du peuple breton, duquel je fais partie

Bloavezh Mat 2024
A tous les peuples de la Terre : Bloavezh Mat de Bretagne

A tous les peuples de la Terre

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.