✅ Coup de tabac sur la Bretagne

✅ Coup de tabac sur la Bretagne

Prenons garde à l’esprit du temps nouveau.

Alors que l’Histoire semblait suivre le cours de l’émancipation démocratique, le retour du bâton se fait cruel. Après la victoire des démocraties en Europe de l’Est, avec la chute du mur de Berlin, voici que la Russie rebat violemment les cartes en Ukraine.
Les valeurs d’ouverture et de décentralisation ont longtemps primé en Bretagne, notamment à gauche de l’échiquier politique. Même si l’émancipation promise, comme la réunification de la Bretagne historique, ne sont restées que de belles promesses bloquées par les élites parisiennes, au moins le sens de l’histoire était-il clair. Mais voici que l’extrême gauche jacobine étend son emprise sur l’ensemble de la gauche. Les velléités décentralisatrices du Parti Socialiste et des écologistes n’étaient donc qu’un vernis pour se concilier les voix bretonnes ?

Nous aurions dû le savoir.

La France Insoumise se tait superbement sur l’avenir du réseau Diwan plus que jamais menacé faute de protection juridique. La « libre pensée » ressort du bois pour salir notre Gwenn ha Du si cher au cœur des Bretons. Même la dimension celtique de notre identité bretonne reçoit désormais les sarcasmes du Musée de Bretagne. Faudrait-il donc se plier au corset de l’identité monolithe latine et française ? Partout, on sent rougir à nouveau le fer de l’emprise jacobine. Quant à l’extrême droite, elle n’a jamais été aussi forte, puisant à toutes les craintes.
Alors que l’évolution démocratique de la Bretagne devait se concrétiser de manière pacifique, les nuages s’amoncellent à l’horizon. Notre avenir immédiat sera-t-il fait de nouvelles luttes dont les Bretons ont le secret lorsqu’ils se retrouvent acculés au mur ? Avons-nous vraiment besoin de cela ? Il y a tant de soucis à régler en ce monde, tant d’injustices criantes à terrasser, à commencer par celles qui sont inhérentes au système jacobin. Je n’ai jamais compris que l’on puisse subventionner l’opéra de Paris à hauteur de 95 millions d’euros lorsque la survie de deux langues menacées de disparition en Bretagne ne reçoit que 8 millions d’euros de la part de la région. Comment peut-on justifier un tel système ?

Le moment tant redouté par le général de Gaulle est en passe de se produire.
La France se défait sous nos yeux faute d’avoir su décentraliser. L’unité française ne progressera pas lorsque Diwan sera étouffé et que la promesse que ce réseau incarne pour l’avenir du breton aura vécue. Elle est plus que jamais fragile cette unité française, menacée de toute part. Et ce n’est pas aux Bretons qui ont déjà tellement souffert du mépris, d’en payer aujourd’hui le prix fort.

Je ne vois qu’un seul remède

Le vœu voté par le Conseil régional de Bretagne en faveur de l’autonomie ne doit pas rester lettre morte. Le président du Conseil régional Chesnais-Girard doit lui donner force en élaborant ce statut particulier, dont la Bretagne a tant besoin, et en le proposant solennellement à l’État français.
Dans la tempête, la Bretagne doit rester dans le sens de l’Histoire qu’elle a choisi.

coup de tabac

Loïg Chesnais-Girard, vous chuchotez le mot “autonomie” pour la Bretagne : avez-vous un plan ?

Previous Celtique ? : l'exposition contreversée du Musée de Bretagne, par Koun Breizh
Next ✅ La galette Saint Sauveur de LU ment sur l'emballage ?

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 34 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Les Verts contre le CELIB : quelle place pour l’humain chez les Verts ?

La position récente des Verts visant à faire tomber de son piédestal le CELIB doit être interrogée. De prime abord, on a du mal à concevoir qu’un grand parti se

Bretagne Réunie : en 2019, préparons le nouveau printemps breton !

L’année 2018 restera dans les annales de Bretagne réunie. Alors que 2015 avait été l’année de la réforme territoriale ratée, 2016 et 2017 furent l’occasion pour l’association de se relancer

Nantes, Rennes, la Bretagne : séparation ou réparation ?

la Bretagne, séparation ou réparation ? Nantes Rennes. L’envie est très forte pour le second terme. Je suis Nantais et j’ai mis beaucoup de temps à considérer la Bretagne dans son

1 Comment

  1. Juhela
    juin 13, 08:03 Reply

    Il me semble que votre argumentation reste dans les clous d’une manière ancienne de penser la politique. Ce qui peut nous intéresser chez la NUPES c’est la perspective de modifier la constitution, ce que nous attendons tous depuis si longtemps pour réunifier notre pays, pour disposer de nos langues et de notre parlement dans un système fédéral hexagonal et européen. Nous devons, pour y parvenir, nous battre à Paris qui dispose mathématiquement et mécaniquement des voix des électeurs français et bretons indistinctement. Sans un changement de constitution nous n’y parviendrons jamais. La Nupes projette de mettre en chantier une nouvelle constitution et le mouvement pour instaurer Le RIC constituant fait son chemin dans les esprits. L’abstention est intelligente dans le sens où elle dénonce les dérives du système parisien (domination et abêtissement télé programmé). Si nous ne montons pas dans le train, nous resterons dans les vieilles habitudes de protestations désespérées, les bagarres sans fins entre partis de Bretagne et bretons, et d’insultes réciproques qui empêcheront de réaliser une unité de perspective bretonne. L’esprit jacobin est en voie de dépassement. Il sera désormais à en combattre les derniers soubresauts. http://WWW.facebook.com/ Celte que j’aime / Colette Trublet

Laissez votre réponse