✅ Gagnant gagnant : l’autonomie ou l’indépendance d’Alan LE CLOAREC

✅ Gagnant gagnant : l’autonomie ou l’indépendance d’Alan LE CLOAREC

Gagnant gagnant

Il y a de quoi être optimiste sur la cause bretonne, même si ce texte commence par des constats moroses.

Il n’y a pas besoin de faire un catalogue, tout le monde sait que nous vivons des temps difficiles. Ici des crises, des épidémies, des systèmes à bout de souffle, du lien social qui disparaît, des précarités qui explosent. Heureusement, dans notre pays breton comme ailleurs, des mouvements poussent vers un autre monde. Ici des remises en cultures écologiques de parcelles en friches,. Là des pratiques d’assemblées dans les communes. Puis plus loin des transitions énergétiques locales, ailleurs des réinventions du travail autour de ce qui a du sens. Le pays prend de l’avance sur les politiques, et il fourmille particulièrement.
Le problème, malgré tout, c’est que tout ce nous pouvons construire en Bretagne rencontrera toujours un mur : la France.

Si beaucoup de transformations à construire peuvent sembler compliqué, il n’en va pas de même pour le combat breton.

Il est vrai que la construction d’un modèle démocratique, féministe et écologiste, ne se fait pas avec une loi ni par une élection. Ce sont des luttes et des évolutions de société complexes, qui se font sur un temps long. Pour la libération de la Bretagne, tout semble bien plus évident. Comme toute nation vaincue de l’Histoire, elle a besoin de retrouver une souveraineté lui assurant les moyens de décider de l’organisation de la société qui lui convient.
En d’autre termes, il lui faut l’indépendance, et à minima l’autonomie.

Pour réussir il faut donc gagner contre le premier acteur qui n’a pas intérêt à voir cette liberté bretonne arriver : l’État français.

Ce qui l’effraie le plus, c’est bien sûr l’indépendance. À force d’organisation, si le peuple se manifeste de plus en plus ouvertement autonomiste ou indépendantiste, l’État se devra de réagir. Il n’aura le choix qu’entre tenir coûte que coûte et balayer ces revendications, en diluant par exemple la Bretagne dans un Grand Ouest, ou céder sur un minimum de questions bretonnes.
Souvent, ce sont des récompenses culturelles qui sont proposées pour calmer les ardeurs politiques, comme avec la charte culturelle de 1977. Mais si la revendication est trop forte, il faudra bien céder un minimum d’autonomie.
L’État se verrait alors acculé dans une position très inconfortable.

L’autonomie ?

À donner l’autonomie, il risque de voir des nationalistes en prendre le contrôle et conforter les populations vers une idée d’indépendance finalement possible, et peut être souhaitable.
À refuser toute autonomie, il risque de renforcer de façon exponentielle le sentiment que l’État n’a que mépris et injustice pour la Bretagne. À refuser une autonomie dans la création d’une Assemblée de Bretagne, il se pourrait qu’il contribue à engager les Bretonnes et les Bretons vers des idées indépendantistes. Car il n’y aurait plus le choix qu’entre tout ou rien.
Au final, il n’y a de notre côté qu’une stratégie gagnante-gagnante. Ou l’autonomie puis l’indépendance, ou l’indépendance tout de suite.
La route est simple, elle est juste devant nous.

Il n’y a plus qu’à avancer.

Après cela nous pourrons faire en Bretagne, et faire comme nous le voulons.

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi :

✅ YesBreizh, ou parler sereinement de l’indépendance de la Bretagne

✅ De Alan LE CLOAREC en Bretagne : eau chaude, eau froide

✅ Vu de Bretagne, « Ce que nous sommes » du Corse Jean Guy TALAMONI

Gagnant gagnant

Previous ✅ #Brezhoneg20Euros : Please, sign this petition
Next ✅ Le numérique en Bretagne, un enjeu majeur pour l'avenir

Á propos de l'Auteur

Alan LE CLOAREC
Alan LE CLOAREC 4 posts

Militant indépendantiste et membre de Douar ha Frankiz - Pour une Bretagne Libre. Ouvrier du bâtiment, je mène également des recherches de façon indépendante sur le nationalisme breton, après avoir déjà travaillé le sujet lors d'un doctorat de science politique. En 2016 j'ai publié chez Coop Breizh "Aux origines des mouvements bretons".

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Îles de Bretagne : Ouessant/Enez Eusa par Le Voyage des Koumoul

Parmi les grandes îles de Bretagne, il y a bien sûr Enez Eusa (Ushant en anglais et Ouessant en français). Et quoi de mieux que de la survoler pour en

Hélène Jegado, la serial-killeuse bretonne la plus meurtrière du monde.

La Bretonne Hélène Jegado est sans doute une des serial-killeuse qui fut parmi les plus « efficaces » en Europe. Fleur de Tonnerre comme la surnommait sa mère, est née en 1803

Notre indifférence tue la biodiversité en Bretagne

La biodiversité s’appauvrit en Bretagne Les plus jeunes ne s’en rendent sans doute pas compte. Et pour cause, le mal progresse lentement. Lentement mais tellement sûrement. La Bretagne voit disparaître peu à

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse