✅ YesBreizh, samedi 19 juin à Vannes, 14:30, Place Brûlée

✅ YesBreizh, samedi 19 juin à Vannes, 14:30, Place Brûlée

YesBreizh, samedi 19 juin à Vannes, 14:30, Place Brûlée

Pourquoi attendre ?
Nous le savons, la Bretagne est un pays.
Le modèle français s’effondre, il est temps de penser un autre avenir, il est temps de parler sereinement d’indépendance.
L’idée se résume ainsi : la pleine et entière liberté pour le peuple breton de construire les institutions et le modèle de société qu’il souhaite sur son territoire.

Le projet n’a rien de fou ou d’impossible.

En Europe, beaucoup de pays avancent vers l’indépendance : l’Écosse, la Catalogne, la Corse, le Pays Basque, le Pays de Galles, et d’autres encore.
A l’instar de la Bretagne, tous ces peuples ont connu l’indépendance par le passé, et tous ont su conserver leur culture malgré des politiques d’assimilations souvent violentes.

Depuis le référendum d’indépendance catalan de 2017 les lignes bougent.

Un ancien président de la République française, parlait à l’époque d’un risque d’effet domino en Europe si la Catalogne venait à obtenir son indépendance. Si ce n’est pas la Catalogne, ce sera l’Écosse ou le Pays Basque qui fera tomber le premier domino.

Nul doute que la Bretagne fera partie de cette dynamique.

Il nous faut dès à présent créer un mouvement politique massif et populaire, jusqu’à la tenue d’un référendum sur le territoire des cinq départements bretons et la victoire. Cette dernière permettant l’organisation d’élection pour former une première assemblée bretonne à même d’assurer la transition avec les autorités françaises.

Après plusieurs siècles de domination française, le cœur de la Bretagne n’a jamais cessé de battre. Le peuple breton a le droit de choisir ce qui lui convient le mieux.

L’indépendance, est notre droit, et notre espoir.

Les diverses faillites démocratiques, que ce soit en France, en Espagne, ou dans d’autres pays nous montrent qu’il est temps de repenser les institutions et de reconstruire autour de ce qui fait sens : la ville, le quartier, le village, les territoires et les pays réels comme la Bretagne. On ne fait pas le même modèle démocratique à cinq millions d’habitants ou à soixante-sept millions.

Aujourd’hui en Bretagne, des mouvements indépendantistes souhaitant un modèle tourné vers l’humain émergent à nouveau.
Nous ne pouvons que vous encourager à les rejoindre.

YesBreizh n’est pas un parti politique mais une plateforme, qui vise à promouvoir le projet d’un référendum pour l’indépendance bretonne. Notre rôle n’est donc pas de proposer un modèle de société pour la Bretagne de demain. Nous laissons aux partis politiques bretons le soin de remplir ce rôle.

A Vannes ce 19 juin 2021.

Le 19 juin à Vannes, ville où fut officiellement supprimée la liberté bretonne il y a bientôt cinq cent ans, nous nous réunirons pour ce qui sera le premier d’un rendez-vous annuel pour défendre l’idée d’indépendance et d’autonomie pour la Bretagne.

Nous vous proposons de nous retrouver le 19 juin à 14:30, Place Brûlée de Vannes.

Rejoignez YesBreizh sur les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/YesBreizh
https://www.twitter.com/yes_breizh
https://www.instagram.com/yesbreizh

 

YesBreizh samedi 19 juin à Vannes : lire aussi.

✅ YesBreizh, ou parler sereinement de l’indépendance de la Bretagne

Previous ✅ La trop molle présidence de la Région Bretagne.
Next ✅ La défense des Pratiques des langues régionales, par Jean Bernard Vighetti.

Á propos de l'Auteur

Yes Breizh
Yes Breizh 10 posts

A l'instar de nos cousins du nord, Écossais, Gallois et Cornouaillais, Yes Breizh veut promouvoir légalement l'idée d'une indépendancce pacifique retrouvée pour la Bretagne. Nous ne sommes pas un parti politique. Like our cousins ​​from the north, Scottish, Welsh and Cornish, Yes Breizh wants to legally promote the idea of ​​a regained independence for Brittany. We are not a political party.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Élections régionales en Bretagne : trois interviews exclusives

Les élections régionales en Bretagne* sont devant nous. Il est sans doute prématuré de donner une date. En effet, les élections départementales et régionales étaient programmées en Mars 2021. Puis

✅ Maël de Calan, vous avez du courrier

A Maël De Calan, nouveau Président du Conseil départemental du Penn ar Bed. Texte de l’allocution de Philippe Guillemot, Conseiller départemental autonomiste en Penn ar Bed Monsieur le Président, Mesdames

✅ Rima Abdul-Malak, ne touchez pas aux festivals en Bretagne

Rima Abdul-Malak : non à l’annulation d’évènements culturels lors des Jeux Olympiques de Paris 2024 Communiqué de Paul MOLAC Ce jeudi 3 novembre, lors de la séance de Questions au

1 Comment

  1. Penn kaled
    juin 19, 08:59 Reply

    Votre plateforme de rassemblement est intéressante , à condition de sortir de la marginalité ,maladie chronique du mouvement breton . J ‘aurais préféré que vous auriez fait référence à l’annexion à Vannes en 1532 par le roi de France François I ,qui a imposé une charte bénéficiant surtout à l’aristocratie bretonne pour l’acheter au détriment du peuple , ce qui par la suite a eu des conséquences catastrophiques , une des causes de la révolte des bonnets rouges , la confusion intéressée entre les libertés bretonne et des privilèges de l’aristocratie qui refusait toute réforme des états de Bretagne (parlement ) ce qui a été indirectement la cause principale de la dissolution de la Bretagne en 1790 , jeter le bébé avec l’eau du bain est une l’expression qui détermine clairement la situation de l’époque . Autant le combat pour la langue bretonne est primordial ,autant l’action politique pour la Bretagne ne doit plus en faire sa priorité ,vu que le nombre de locuteurs par rapport à l’ensemble de la population est de moins en moins important (deux cent mille brittophones sur quatre millions sept cent mille habitants ) ,,c’est le mouvement culturel qui doit justement s’en saisir d’autant que une partie des défenseurs de la langue ne sont pas intéressés par la politique et vice versa .Un autre point déterminants le fait que la Bretagne le mouvement breton également s’interdit d’avoir des relations avec Londres et le gouvernement anglais est un fardeau dont il serait plus que temps de s’en séparer .

Laissez votre réponse