Vous entendez, alors que nous voulons être écouté. Trop tard, trop peu.

Vous entendez, alors que nous voulons être écouté. Trop tard, trop peu.

Entendre c’est percevoir, écouter c’est prêter attention.

Depuis des années, le personnel politique qui nous administre tant bien que mal, n’a de cesse de nous affirmer qu’il nous entend. J’entends bien votre revendication. Nous avons bien entendu votre demande. Et si vous nous écoutiez, au lieu de seulement nous entendre ?
La nuance est d’importance. Pour ne pas dire capitale. Entendre quelqu’un c’est saisir vaguement ce qu’il nous dit. Ses paroles passent sans qu’on y prête réellement attention. Elles entrent par une oreille et ressortent rapidement par l’autre.
Écouter c’est tout autre chose. Écouter c’est respecter l’autre. C’est prendre le temps de recevoir ce qu’il a à dire. Puis c’est s’en soucier et essayer de trouver des solutions dans l’intérêt général. Dans l’intérêt de ceux que vous avez bien voulu recevoir pour les écouter.
Dans votre trop grande majorité, vous ne nous avez jamais écouté.

trop tard trop peu

Écoutez ceux qui vous ont élus, et pas seulement les entendre

Maintenant c’est trop tard, trop peu.

Ainsi, pendant des années, vous avez cru, à coup de carotte et de bâton, pouvoir nous faire tout subir et accepter. Puis il a eu les promesses non tenues, les mensonges, les trahisons, le mépris … tout y est passé. A chaque demande aimable, à chaque soubresaut plus vif, votre réponse fut globalement toujours la même : nous vous avons entendu … Rentrez dans vos chaumières, on va s’en occuper. On vous a cru, et recru. Et pratiquement à chaque fois, ce fut le renoncement. A chaque scrutin, quasiment les mêmes viennent nous expliquer qu’ils ont changé, qu’ils ont bien entendu. Cela fait au moins quarante ans que cela fonctionne.
Jusqu’à ces dernières heures encore, les ministres et autres députés courent, fébriles, des plateaux médias aux réseaux sociaux pour nous dire la même chose : nous vous avons entendu.  Rentrez dans vos chaumières, on va s’en occuper. Ainsi, vous n’avez toujours pas compris. Et à ce stade vous ne comprendrez jamais. Car pour beaucoup d’entre vous, cette réponse n’est pas feinte. Non, c’est plus grave encore : vous n’êtes pas, ou plus, capable de comprendre. Parce que vous êtes à tel point déconnectés, que vos pieds ne touchent plus le même sol que nous.

La demande s’est maintenant inversée.

Maintenant que la peur de trop perdre de vos pouvoirs et privilèges vous a gagné, vous perdez de votre superbe. Remisé le mépris et le sourire condescendant. Juste le temps de reprendre la main.
Et maintenant vous demandez qu’on vous écoute !! Vous concédez à peine, miette par miette.
Mesdames et Messieurs, on vous a entendu.
Car plus rien dans ce pays, ni même en Europe, ne sera plus comme avant cette période que nous traversons. Il va falloir réinventer une toute nouvelle relation entre les Citoyens et leurs représentants élus. Le « je vous ai entendu » est définitivement périmé. Aux prochains scrutins, toutes celles et ceux qui tiendront encore ce vieux discours seront éliminés de la scène* politique. (*scène : c’est bien du théâtre !).
Nous représenter n’est pas une rente. C’est une mission de chaque jour à organiser avec celles et ceux qui vous ont choisi.
Le respect en est le maître-mot.

Trop tard trop peu

Précédent Je suis Breton : Hénaff presque une institution en Bretagne.
Suivant Vu de Bretagne : la Révolution macroniste du Royaume de France ...

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Réchauffement climatique : et s’il s’agissait de désinformation ?

Le réchauffement climatique aurait-il bon dos pour supporter une vaste opération de désinformation ? Voici les cinq critères qui permettent d’identifier une vaste opération de désinformation. Critère n°1 : Unanimité

Parcs et jardins de Bretagne : parc Hamelin-Oberthür

Les climats et sols de Bretagne sont idéaux pour la création de jardins. Et oui, j’ai mis cela au pluriel. Car la Bretagne a de nombreux microclimats et des températures

Freizh, fraise de Breizh

La fraise cultivée en Bretagne est délicieuse, et la fraise de Plougastel en particulier.. Fraise de Bretagne, le fruit rouge par excellence. Ce sont des marins bretons à la fin du XVIe

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire