En Bretagne, les socialo-progressistes sont en marche !

En Bretagne, les socialo-progressistes sont en marche !

Les élections régionales ne sont qu’au printemps 2021.

Les socialo-progressistes en Bretagne.
Les dates des prochaines élections régionales ne sont pas encore fixées par Paris. Au plus tard en Décembre 2021 comme ce fut déjà le cas en 2015. Ou alors aux mêmes dates que les élections départementales vraisemblablement en Mars 2021.
Le pouvoir central actuellement en place sait, mieux que quiconque, que les trois prochains scrutins vont être pour eux une véritable hécatombe. D’abord aux municipales du printemps 2020 qui approche. Puis en 2021 pour les départementales et les régionales.

Tout faire pour conserver le pouvoir à la région Bretagne administrative.

L’actuelle présidence molle de la région administrant quatre des cinq départements de Bretagne est socialiste. Ou plus précisément issue du parti des Socialistes et Démocrates. Son président, Loïg CHESNAIS-GIRARD est aussi le président de cette région administrative. Loïg CHESNAIS-GIRARD est le remplaçant terrain de Jean Yves LE DRIAN, Président élu à la tête de cette région administrative de 2015 à 2017, et occupé à Paris à ses fonctions de ministre de la Défense. Le copilote prendra le volant le 22 Juin 2017, pour remplacer pleinement le ministre de la Défense fraîchement muté à l’Union Européenne et affaires étrangères.

On reprend les mêmes et on change de nom.

Alors comment essayer de faire du neuf avec du vieux ?
Sur le papier c’est très simple. D’abord il faut changer de nom : ce sera les Progressistes bretons. Les Déménageurs bretons, c’était déjà pris. Parce qu’en fait, il ne s’agit que de changer de place à du vieux mobilier, en rafraîchissant un peu. On est en Bretagne … il faut « faire » breton : un truc en Breizh quoi ! Ce sera Breiz Lab. Lab comme laboratoire. Qui sont les cobayes de ce Breizh Lab, l’histoire ne le dit pas. D’ailleurs, serait-ce décent de le dire ?

Il faut un chef …

Pour être chef des Progressistes Bretons et diriger le Breizh Lab, qui de mieux que le Breton qui a sans doute le carnet d’adresses le plus garni du monde ? Également un des plus respectés dans le gouvernement français actuel. Nous avons nommé Jean Yves LE DRIAN. Pour garnir, le Breizh Lab ressort quelques vieux socialistes comme Bernard POIGNANT et quelques vieilles idées, comme l’Assemblée de Bretagne d’un autre socialiste, Jean Jacques URVOAS. Mais actuellement moins présentable.
Globalement, beaucoup de bonnes idées comme cette Assemblée de Bretagne. Par ailleurs, des Bretonnes et des Bretons de grande qualité. Et les moyens qu’offre la position de Ministre.

Le SRADDET ?

Pas d’inquiétude, ce n’est pas un mot breton. Il y a déjà le mot Breizh du Breizh Lab, et ça leur suffira bien, à ces Progressistes-là.
Non, ce SRADDET est le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires. Quelques deux cent cinquante pages de réflexion pour aller jusqu’en 2040. En désordre, le bien-manger, la biodiversité, le dérèglement climatique, les inégalités, l’agriculture …
Loïg CHESNAIS-GIRARD le résume ainsi : « Peser sur l’avenir pour qu’il fasse toujours bon vivre en Bretagne« .
Globalement, ce SRADDET de la région administrative des Socialistes et Démocrates sert de base pour un Livre Blanc à venir des Progressistes. Ce Livre Blanc sera présenté à l’automne 2020 en vue des élections régionales.
Deux démarches, deux poupées russes, et un même but : faire de la Bretagne une région française comme une autre.
A propos du SRADDET, il semble introuvable, hors d’un petit cercle fermé. Si un Lecteur ou Lectrice sait où on peut en prendre connaissance, nous lui serions reconnaissants de nous le signaler.

Promettre à nouveau ce que tu n’as pas voulu faire hier.

Quatre groupes de réflexion et de travail pour les Progressistes bretons dans leur Breizh Lab. Dont Breizh Europe, Breizh Transitions, Breizh Innov’, Breizh Connexion et Breizh Différenciations sous-titré « oser la Bretagne« . Une étude récente fait apparaître qu’en Bretagne, le mot Breizh fait vendre !

Quatre morceaux choisis dans ce nouveau catalogue de promesses des socialo-progressistes ..

« Pour que la Bretagne valorise ses différences elle doit absolument revoir son modèle de gouvernement. C’est le sens du projet d’une collectivité unique de Bretagne. Une décentralisation enfin ambitieuse ! »
C’est le socialiste Jean Jacques URVOAS qui a inventé ce concept d’Assemblée de Bretagne. Socialo-progressistes,  vous nous re-promettez aujourd’hui de faire demain ce que vous n’avez pas fait hier quand vous le pouviez … en on devrait vous re-croire ?

« Trop de couches, trop de collectivités et des responsabilités croisées qui rendent opaque notre organisation : communes, intercommunalités, départements, régions. Qui fait quoi ? »
Ce sont les socialistes régnant à tous les postes qui ont inventé ces couches. Socialo-progressistes,  vous nous re-promettez aujourd’hui de faire demain ce que vous n’avez pas fait hier quand vous le pouviez … en on devrait vous re-croire ?

Le budget dérisoire de la région Bretagne administrative.

« Car il n’y a pas de compétences sans moyens ! N’oublions pas que pour une même population le budget du Pays de Galles est plus de dix fois supérieur au budget de l’actuelle région Bretagne… Mais ce n’est pas la Grande-Bretagne qui, par ses textes et règlements, gère la politique en faveur de l’enseignement du gallois ! C’est le Pays de Galles ! »
C’est la région administrative et son Président qui refuse de donner plus de deux euros par an et par Breton(ne) pour développer le breton en Bretagne. Alors que le Gouvernement autonome gallois consacre vingt euros pour le gallois. Socialo-progressistes, vous nous re-promettez aujourd’hui de faire demain ce que vous n’avez pas fait hier quand vous le pouviez … en on devrait vous re-croire ?

La fin de la partition territoriale.

« Enfin, si la démocratie s’exerce enfin en Loire-Atlantique, ses habitants seront interrogés : veulent-ils rejoindre cette Assemblée de Bretagne ou rester en région Pays de Loire ? »
C’est le président français socialiste François HOLLANDE, soutenu par le président de région socialiste Jean Marc AYRAULT qui ont refusé en 2014 de ré-intégrer la Loire Atlantique en Bretagne. Et c’est encore Philippe GROSVALET, le président socialiste du Conseil Départemental de Loire Atlantique, qui mis à la poubelle une pétition citoyenne de plus de cent mille signatures réclamant la fin de cette partition. Socialo-progressites, vous nous re-promettez aujourd’hui de faire demain ce que vous n’avez pas fait hier quand vous le pouviez … en on devrait vous re-croire ?

Socialistes partout, Bretagne nulle part ?

L’ambition des socialo-progressistes exerçant en région Bretagne administrative et en Bretagne est invariable. En faire un territoire neutre.
Ce SRADDET ou Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires, est adaptable, quasiment en l’état, au Grand Est ou à la Nouvelle Aquitaine française. Tout aussi bien qu’à une région ibérique ou autrichienne.
Un SBADDET pour Schéma Breton d’Aménagement, de Développement Durable des Territoires, aurait déjà été plus affirmé.

La spécificité bretonne ?

Ne la cherchez pas, il n’y en a pas.
Aucune trace de la culture bretonne. Pas un mot du brezhoneg ou du gallo. Ou si peu que cela équivaut à rien.
Le but évident et quasiment avoué du pouvoir central, est l’éradication des langues originelles de l’Hexagone, dont le breton. Pour éviter trop de problèmes, ils distribuent depuis des années des soins palliatifs pour accompagner la mort de notre langue, véritable part du patrimoine linguistique de l’humanité. Ces langues originelles n’entrent pas dans leur projet « progressiste » européen.
Aucun parti politique dont le siège est à Paris n’a jamais été utile pour dessiner à la Bretagne un vrai projet ambitieux et spécifique.
Pourquoi voulez-vous que ce soit différent aujourd’hui ?
Pensez-vous que des n-ièmes promesses non tenues hier le soient demain ?

⚠️ Pour aider NHU Bretagne⚠️
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi :

Et Jean Yves Le Drian créa les Progressistes de Bretagne

Les Progressistes Bretons, un cheval de Troie en Bretagne ?

Hé, oh, les socialistes fossoyeurs de la Bretagne …

Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne

Previous Nems et châtiments : l'incroyable aventure d'une entreprise bretonne ...
Next Les West Web Awards 2020 pour récompenser les startups bretonnes.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 295 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Comment vivait-on en Bretagne en l’an mille ?

Vivre en Bretagne en l’an mille. De l’autre côté de la frontière, le roi franc Hugues Capet meurt en 996. Charlemagne était mort en 814. Plus au nord l’Écosse se

Réunification de la Bretagne : par décret, sinon rien !

Un décret, sinon rien. Philippe Grosvalet, président du Conseil départemental de Loire Atlantique, est de plus en plus agacé par les pressions citoyennes qu’il subi à propos de la réunification

La pluie, une richesse en Bretagne, que bien d’autres pays nous envient déjà.

La pluie en Bretagne, un formidable atout et non un handicap. Étonnant cette faculté que possèdent certains à considérer comme pauvreté ce qui est en réalité une fabuleuse richesse. A

2 Comments

  1. Reun Allan
    janvier 23, 10:54 Reply

    On a connu JYLD mieux inspiré car se revendiquer « Progressiste » sonne comme un retour vers le passé, en d’autres termes un peu ringard sur les bords. Associé à « Socialo » la marque de fabrique risque de faire fuir le client. Pour une ambition de reconstituer un CELIB du 21 ème siècle, une autre appellation eut été préférable mais peut être aussi avec des acteurs qui ne soient pas que socialo. On ne va pas conseiller non plus « Bretagne en Marche (BZH-EM) » sachant que le ministère de l’intérieur ne veut plus « nuancer » les tendances politiques des maires de communes sous 9000 habitants afin d’occulter la déroute de LR-EM à venir.

  2. Penn kalet
    janvier 23, 20:50 Reply

    Reun vous dites achant que le ministère de l’intérieur ne veut plus « nuancer » les tendances politiques des maires de communes sous 9000 habitants afin d’occulter la déroute de LR-EM à venir.
    Cependant cette décision ne sera pas forcément défavorable aux mouvements Bretons ,même si évidemment ce n’est pas son but .D’autre part elle évite de vouloir trop politiser la vie des petites et moyennes communes ,dans ce sens je peux comprendre que le RN le PS et d’autre partis parisianistes soient vent debout contre cette décision .

Laissez votre réponse