La Bretagne serait-elle à vendre à la découpe ?

La Bretagne serait-elle à vendre à la découpe ?

Ma plage n’est pas à vendre !

La pression de la finance privée se fait de plus en plus précise. En Bretagne comme ailleurs en Europe occidentale.
D’un côté, et parmi les entreprises du CAC40 il y a le groupe Véolia. Des milliards d’euros de chiffres d’affaires et des dizaines de milliers de salariés dans le monde entier.
De l’autre côté il y a l’état français. A moins que ce ne soit du même côté finalement !
Et ces deux-là sont un peu … comment dire, cul et chemise. Mais on ne sait pas qui fait la chemise !
Et c’est l’état central siégeant à Paris qui est propriétaire du domaine maritime breton.
Et pour faire du fric, avec tout et n’importe quoi, le cul et la chemise s’entendent à merveille.
L’état central vend des portions de notre sous-sol de Bretagne à une compagnie minière australienne pour extraire des minerais et des métaux précieux. Alors pourquoi ne pas continuer ?

Maintenant, ils vont plus loin, encore plus loin …

L’état vient de concéder à Véolia plus de cinq kilomètres de plage de la Baule en Loire Atlantique, dans le sud de la Bretagne. Les procédures ont bien entendu été respectées. Un appel d’offre a été lancé fin 2016, et au final, il ne s’est trouvé qu’une seule société en course, Véolia. Ce monde est décidément bien fait. La chemise et …
Pour les douze prochaines années, ces cinq kilomètres de plage bretonne vont être « exploitées » au sens le plus mercantile du terme, par une société privée. Entrée privée donc et tarif non concurrentiel affiché : sans doute dix euros le parasol à la journée, plus cinq euros le fauteuil. Pique nique familial interdit. Raison invocable : nuisance olfactive et pollution du sable. Raison vraie : si tu veux manger c’est dix euros le sandwich au stand Véolia. Sandwich certifié sans odeur et emballage non polluant, celui-là.
Actuellement plusieurs restaurateurs exercent sur ces cinq kilomètres de plage bretonne. A terme, ils devront certainement plier bagages pour laisser place au monopole du concessionnaire.

vendre

Plage privée standardisée

Environnement standardisé.

Jusqu’à maintenant, en Bretagne, aucune plage ne ressemble à une autre.
Avec la concession privative de nos plages jusqu’à présent publiques, celles-ci commenceront à toutes se ressembler. Parasols, fauteuils et bains de soleil en rang d’oignons. Une seule ligne, une seule couleur. Des emplacements tous strictement identiques, tous numérotés.
Est-ce bien cela que nous voulons voir sur nos plages de Bretagne ?
Les entreprises privées existent pour créer de la richesse. Pour leurs personnels comme pour leur actionnaires. Mais elles ne doivent pas le faire à n’importe quelles conditions. Nous proposer un produit est une chose, nous contraindre à l’acheter en est une autre. Et privatiser une plage jusqu’alors publique est une contrainte. Inacceptable.

C’est la première fois qu’une plage est ainsi privatisée en Bretagne.

D’autres pays connaissent déjà ce phénomène, en particulier méditerranéens comme l’Italie, la France ou l’Espagne. Il s’agit donc d’un précédent en Bretagne et nous pouvons craindre que ce mal progresse le long de nos côtes.

C’est très simple en fait. Si nous laissons faire, dans quelques années, vous devrez payer pour vous rendre sur votre plage familiale préférée. Ils continueront par les plages les plus fréquentées et donc les plus rémunératrices. Et ces marchands du temple ne s’arrêteront sûrement pas là ?

 

Précédent L'exil des Bretons vers le Canada, de 1504 à 1950.
Suivant Pierre Ier de Bretagne : le temps des conflits avec le Roi de France

A propos de l'auteur

La Rédaction
La Rédaction 203 articles

Sur NHU Bretagne, plateforme collaborative de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur, chacun d'entre vous peut intervenir, sous deux formes. Occasionnellement ou de façon plus permanente en signant votre article de votre nom; ou par discrétion, en ne souhaitant pas être nommé. La signature du contenu sera alors La Rédaction.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Escargot de Quimper versus Stade brestois

Escargot de Quimper / Elona quimperiana En dépit de sa désignation vernaculaire, le gastéropode quimpérois n’est pas une espèce endémique mais une espèce vivant en  Bretagne. L’Escargot de Quimper est 

Agriculture bretonne en perdition

Agriculture et agroalimentaire en voie de disparition en Bretagne ? La Bretagne est le premier territoire européen si on combine agriculture et agroalimentaire. Pourtant tous les secteurs (viande bovine, production

Fête des musiques et solstice d’été en Bretagne

Solstice d’été, le jour le plus long. Le solstice d’été est en fait le moment de l’année où il fait jour le plus longtemps. L’inclinaison naturelle de notre petite planète

3 commentaires

  1. Superbigou
    juin 13, 07:07 Répondre
    Réveillez-vous Bretons ! Avec Macron cela ne va pas s'arranger. Réagissez vite, dans 5 jours il sera trop tard, vous en aurez pris pour 5 ans sans Marche arrière possible....
  2. A-M
    août 08, 14:31 Répondre
    Que fait-on de la loi littorale ? Que fait -on du chemin de douaniers ? Que la Bretagne est belle quand elle reste "sauvage" : les petites plages "sans surveillance" , les vaches dans les prés , les cailloux où s'écrasent les vagues avant de venir mourir sur la plage, les hameaux de granit.... RESPECTONS LA BRETAGNE.
  3. Arskoliad
    avril 13, 10:17 Répondre
    Je découvre cet article (et cette histoire de privatisation des plages) un peu tard et très inquiet. Quoi qu'il en soit, ne nous laissons pas faire ! L'article de loi (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006053761) stipule clairement (pour le moment...) que "l'exploitation de la plage (doit) être compatibles avec le maintien de l'usage libre et gratuit des plages ". Donc si vous vous trouvez sur une plage "privée" et qu'on vous demande de payer quelque chose, n'oubliez pas de citer cet article !

Laissez un commentaire