La Bretagne minée sur 3% de son territoire, par des Australiens.

La Bretagne minée sur 3% de son territoire, par des Australiens.

La compagnie Variscan Mines est une petite compagnie minière australienne.

Sa capitalisation boursière a l’ASX (Australian Stock Exchange) de 13,49 millions de dollars australiens soit seulement 9,76 millions d’euros. Le prix de l’action a l’ASX au 3 Mars 2017 est de A$ 0,025 soit deux centimes d’euro.
Jusque dans la première décennie de l’an 2000 c’était principalement une compagnie dédiée à l’exploration. Depuis 2010 la compagnie a pour objectif de devenir un producteur.

Des mines sur plus de 3% du territoire de la Bretagne.

En Juin 2013 Variscan a reçu son premier Permis Exclusif de Recherche (PER) pour Tennie dans la Sarthe (France). En Bretagne, qui semble être un terrain privilégié pour Variscan, il faut voir les PER suivants. Le PER Beaulieu près de Guemene Penfao sur 278 km2 pour l’Etain et le Tungstène. Aussi le PER Loc Envel sur 336 km2 pour les Tungstène et Cuivre. Également celui de Silfiac sur 173 km2 pour les Zinc, Plomb, Argent et Germaniu. Enfin Merleac sur une surface de 411 km2 pour les Zinc, Plomb, Argent, Cuivre et Or et Penlan pour 66 km2 en Penn ar Bed.
Soit 1264 km2 au total. C’est pratiquement a même superficie que le Parc Naturel d’Armorique.

variscan

Localisation des minerais et métaux précieux en Bretagne. Et PER de Variscan.

Engagement non contractuel.

Sur leur site internet www.variscan.com.au  Variscan déclare que les PER « reflètent clairement la capacité de Variscan de travailler avec le code minier français et qu’elle a reçu un bon support de la communauté, des autorités locales, des préfets et des autorités Fédérales » – fin de citation.
Il est évident que ceci s’adresse à un public néophyte d’actionnaires australiens et semble loin de la réalité sur le terrain et des structures politiques françaises.

Des promesses d’emplois toujours sans lendemain.

Jusqu’à présent cette petite compagnie minière s’était contentée d’avoir des intérêts non opérationnels dans les exploitations minières. Donc pas de responsabilités directes dans les possibles accidents miniers.
La présence des mines peut complètement transformer non seulement l’utilisation des terres et des paysages mais aussi les infrastructures et la population active. Souvent au détriment de l’économie locale existante.

L’impact socio-économique n’est pas négligeable.

Car les promesses d’emplois qui viennent avec les opérations minières en Australie sont en général grossement exagérés et les coûts sur l’environnement, le tourisme et les exploitations agricoles à court et long termes ignorés. La majorité des emplois créés sont pris par les Fly In Fly Out ou Drive In Drive Out Workers ou travailleurs extérieurs travaillant en rotation. Ceci a une influence sur le coût des logements qui devient trop cher pour les communautés locales, due à la disparité des salaires qui engendre ce qui en Australie est appelé une « économie a deux vitesses ».

Danger : mines.

De plus, quand les ressources minérales sont épuisées l’économie locale prend du temps à se relever. Sans parler des changements environnementaux qui sont parfois trop sévères pour s’en remettre à l’échelle humaine.
Pour la Bretagne, il s’agit avec les permis existants dont nous parlons au début de cet article d’une superficie totale de 1264 km2 ou 119800 hectares de terres comprenant des zones humides, de bonnes terres agricoles et des villages.
Pour comprendre l’immensité de cette surface que Variscan veut à terme exploiter, nous pouvons la comparer aux 1250 km2 du Parc Naturel d’Armorique.

Il faut aussi comprendre que Variscan a été le premier à mettre un pied dans la porte en Bretagne. Et qu’une autre compagnie minière d’origine australienne, ScotGold, au travers de sa filiale française, veut aussi entreprendre des explorations d’or et d’argent dans les Monts d’Arrée.

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Précédent L'odyssée d'eog ou les tribulations d'un Saumon atlantique.
Suivant La Bretagne, puissance économique

A propos de l'auteur

Patrick REGNAULT
Patrick REGNAULT 8 articles

J’ai travaillé comme paysagiste en Bretagne, Angleterre et depuis près de 20 ans en Australie. Ma profession est ma passion et j’espère pouvoir la partager avec vous.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Youpiieee, c’est le mois du breton en Bretagne !

Le Conseil régional qui administre quatre des cinq départements de Bretagne a décrété ce mois de mars 2017. Mizvezh ar brezhoneg, mois du breton. C’est mieux qu’une semaine, et tellement

Où fait-il bon vivre et travailler en Bretagne en 2017 ?

Bon vivre et travailler en Bretagne. L’hebdomadaire français L’Express a enquêté sur les villes de l’Hexagone. En particulier pour savoir où il fait bon vivre et travailler. Nous retiendrons les neuf

Es-tu Penn ar Bed ou Finistère ?

C’est étonnant comme un territoire peut être très différemment considéré selon le nom qu’on lui attribue ! Prenons par exemple (mais tout à fait au hasard, bien entendu) cette partie

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire