L’état central détourne 230 M€ de la Région Bretagne administrative

L’état central détourne 230 M€ de la Région Bretagne administrative

La Région Bretagne administrative va t-elle se laisser déplumer, un peu plus encore, par Paris ?

Cette entité territoriale Région Bretagne administrative décidée par Paris perçoit tous les six ans un chèque de quelques 230 millions d’euros de l’Union Européenne. Afin de permettre à nos agriculteurs, sur quatre des cinq départements bretons, de s’installer en bio.
L’état central a décidé que dorénavant c’est lui qui gèrera ces aides, et non plus la région administrative.
Cet état central qui nous fait de beaux discours sur la “différenciation”, mais “en même temps” nous reprend des aides de Bruxelles.

La Bretagne mais pas en Corse.

Étonnant mais compréhensible : la Corse conservera, elle, ses aides directes de l’Union Européenne pour le bio.
Pourtant chaque année, le Conseil régional administrant quatre des cinq départements bretons fait le job. En effet, quelques deux cent exploitations sur les trente mille réparties sur ce territoire, passent au bio. Plus de trois mille exploitations ont déjà bénéficié de ces aides de l’Union Européenne. Avec ses cinq départements, la Bretagne est une des régions européennes parmi les plus dynamiques en bio. Pourtant le pari n’est pas simple pour la Bretagne. Car ce pays possède une agriculture puissante et lourde, et ces reconversions demandent du temps.

Budget ridicule et présidence molle.

Le problème majeur de la Région Bretagne administrative c’est son budget ridicule, de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. Il y a tant de besoins pour une région administrative si importante, et tellement peu de moyens financiers. L’état central sait très bien ce qu’il fait en ne nous permettant pas de disposer d’un budget plus important. Comme il sait très bien ce qu’il fait en voulant détourner ces 230 millions d’euros.
Le pouvoir central parisien sait que la Région administrative Bretagne est molle et docile. Contrairement à l’exécutif corse, qui ose tenir tête. Tant que la Région administrative bretonne sera aux mains de complices de ce pouvoir centralisateur parisien, nous subirons.
Bien entendu, le Président actuel (déjà reconduit par Paris jusqu’en 2027) a été très courroucé !!

Retenez-moi … ou je fais un malheur !

Le Président de la région administrative sans moyens a écrit un courrier au Président de cet état central. Puis il a téléphoné à son Premier Ministre. Il va même en parler de vive voix bientôt à son Ministre de l’agriculture. A moins qu’il ait écrit au Ministre de l’agriculture, téléphoné à l’autre Président … Finalement peu importe. C’est la même méthode qui a prévalu lorsque Paris n’a retenu aucun port breton dans la réorientation du trafic maritime de l’Irlande post-Brexit.
Car ces trois représentants du pouvoir central n’ont que faire de ces quelques molles et convenues humeurs d’un de leurs collaborateurs, là-bas, dans une province lointaine.

Previous Bretagne des festivals : éloge de la culture, encore et toujours !
Next Réunification et Assemblée de Bretagne : poursuivre le processus.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Surchauffe climatique en Bretagne : 2018 pire que 1976 ?

Tout le monde en parle du réchauffement climatique. Mais est-il réel ce réchauffement climatique ? En réponse à cette question essentielle, il y a plusieurs possibilités. De plus en plus

✅ La première université de Bretagne à Nantes dès 1461.

La première université de Bretagne fut créée à Nantes/Naoned en 1461 par François II, Duc de Bretagne. Jusqu’à cette date, les Bretons devaient aller étudier dans les universités françaises. Mais

✅ Plan Marshall pour nos langues : éloge du volontarisme !

En Bretagne, un Plan Marshall pour nos langues. Le 6 mai 2021, Daniel Cueff a signé le « plan Marshall » pour sauver nos langues. Cela fait plusieurs années déjà

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse