✅ En Bretagne, un vœu pour l’autonomie. Et après ?

✅ En Bretagne, un vœu pour l’autonomie. Et après ?

Un voeu pour l’autonomie de la  Bretagne.

Le Conseil régional de Bretagne a réagi aux récents développements favorables à l’autonomie en Corse par un vœu adressé à l’État central revendiquant une évolution identique pour la Bretagne réunifiée. Après le silence de Chesnais-Girard, ce vœu initié par le groupe Breizh a-Gleiz a le grand mérite de mettre le problème sur la table.

Nul n’ignore plus que, sans autonomie législative et règlementaire, nous ne pourrons rien faire en Bretagne dans les domaines qui nous concernent le plus.

Mais qu’obtiendrons-nous au final ?

Chesnais-Girard et le parti socialiste au pouvoir en Bretagne depuis vingt ans n’ont jamais cherché à progresser sur le terrain d’un statut particulier marquant l’émancipation de la Bretagne. Un tant malmené par la vague des Bonnets Rouges, le pouvoir régional avait mis en place un groupe de travail pour réfléchir au statut de la Bretagne. Ce groupe de travail a vite cessé ses investigations, l’orage passé.
Jean Jacques Urvoas nous a parlé de l’Assemblée de Bretagne, structure cumulant les compétences des départements et de la région. Nous n’avons rien vu venir car le parti socialiste compte au nombre de ses élus de nombreux conseillers départementaux.

Ceux qui militent pour la réunification de la Bretagne connaissent la portée d’un vœu formulé par le conseil régional.
Ils sont déjà nombreux les vœux prononcés par la région Bretagne en faveur de la réunification….

voeu pour l'autonomie

Le voeu de Loïg Chesnais-Girard pour l’autonomie de la Bretagne – Je voeu ou je veux ?

Le vœu n’a aucune portée juridique et reste du domaine de l’incantation.

On peut s’en féliciter, certes, mais le vœu participe aussi de cette duplicité que dénoncent ceux qui s’interrogent lucidement sur les raisons qui font que nous ne sommes toujours pas réunifiés.

Nous subissons le jeu de dupes du Parti Socialiste consistant à soutenir que, via le Conseil régional , il est favorable à la réunification alors que le Conseil départemental de Loire atlantique sous contrôle PS ne l’est pas, que les maires PS des grandes métropoles Rennes, Nantes, Brest et Saint-Nazaire ne le sont pas lorsque la question se pose et privilégient le grand ouest pour que rien ne bouge. Quant au pouvoir socialiste aux affaires à Paris, lorsqu’il dispose de tous les leviers, il choisit le statu quo.

N’est-ce-pas là une duplicité du PS au regard de la Bretagne et de son émancipation progressive ?

Alors que peut-on espérer vraiment de ce nouveau vœu ?

Il faut être réaliste. Nous n’avons rien à espérer de ces gens dont le métier est la politique et dont la préoccupation majeure consiste à conserver le Pouvoir. Ils font partie d’un système politique national. Si Chesnais-Girard avait été favorable à un statut particulier pour la Bretagne, nous le saurions depuis longtemps. Il aurait déjà remis en place une commission de travail composée de constitutionnalistes et d’élus de tous les groupes, pour forger le statut particulier qui aurait déjà été adopté solennellement par l’assemblée du conseil régional. Et la pression aurait été mise sur l’Etat depuis fort longtemps pour obtenir gain de cause.

Là où il y a une volonté, il y a toujours un chemin.

Lorsqu’il n’y a pas de volonté, on choisit les faux-fuyants. Il sera tellement confortable de dire en fin de mandat que rien n’a été fait car l’Etat saisi n’a pas donné suite.

Je suis pessimiste ? Je ne demande qu’à être démenti par une initiative forte qui pourrait être prise prochainement par le Président de la région Bretagne administrative.
L’Histoire tranchera.
Rendez-vous dans cinq ans.

L’État central ne s’inquiète pas outre mesure.

Fort de son socle cohérent autour du principe d’égalité de tous les citoyens devant la loi, il ne croit pas en la volonté des responsables politiques bretons d’émanciper leur territoire. Il n’y croit pas car il sait très bien que, tant que les formations politiques parisiennes contrôleront le jeu politique local, rien ne se produira de sérieux. On restera dans les faux semblants et dans l’incantation. La Bretagne restera coupée en deux. Nous resterons les plus mauvais quant à l’enseignement de nos langues et soumis à la loi de Paris en toutes choses.

C’est qu’il en faut de la volonté pour faire reculer les dogmes de l’État-nation unitaire et indivisible.

Le vœu sera sans doute le degré ultime de la volonté politique affichée par Chesnais-Girard et rien ne bougera tant que les Bretonnes et les Bretons resteront les éternels dupes des partis parisiens.

Tant que nous ne serons pas capables de prendre le pouvoir et resterons soumis aux formations politiques parisiennes, nous resterons victimes du double jeu de nos élus.

Ce pouvoir régional est dans la communication et la promesse …

Préconisations de la Région Bretagne administrative en vue d’une réunification.

un voeu pour l’autonomie

Previous ✅ Macron-Le Pen et la Bretagne : jacobin vs extrême-jacobine
Next ✅ L'hirondelle ne fera plus le printemps en Bretagne.

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 34 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Réunification en Normandie et Bretagne : chercher la discrimination

Réunifier la Normandie fut simple … Avant le dernier charcutage des nouvelles limites régionales de l’Hexagone de 2015, il existait deux régions normandes. D’une part la Basse Normandie avec trois

L’obésité et le surpoids progressent en Bretagne.

Mesurer l’obésité et le surpoids. On les mesure selon un indice de masse corporelle ou IMC : le poids divisé par la taille au carré. Quand cet IMC est supérieur

Les drapeaux de la Bretagne sont tous gwenn ha du.

Les drapeaux de la Bretagne sont au nombre de trois. Comme chaque pays, la Bretagne a un drapeau : le Gwenn ha du. Mais un ne devait pas suffire. Alors

1 Comment

  1. Iffig
    avril 13, 11:23 Reply

    Sachant que personne ne souhaite vraiment un grand rassemblement breton indépendant permettant une avancée politique, va-t-on continuer à pleurer sur notre sort, a s’associer à des partis français, que l’on va ensuite conspuer ? Ce voeu , il faut vraiment que l’on en parle autour de nous, nos compatriotes vont tomber des nues , car jusqu’ici c’était un sujet tabou , Essayez de dire à vos voisins, familles que cette demande d’autonomie a été proposée par l’ensemble des élus de B4 (sauf les RN) , que d’ici 5 ans 50% des instits pourraient être des enseignants bilingues, et vous verrez leurs réactions de surprise, souvent défavorables sinon sceptiques. C’est difficile d’attaquer le pouvoir alors que nous ne nous bougeons pas les fesses ! Les Corses avancent avec beaucoup de mal face au conservatisme français , ici on se plaint !

Laissez votre réponse