✅ Bretagne et indépendance : Regards étrangers, par Alan Le Cloarec

✅ Bretagne et indépendance : Regards étrangers, par Alan Le Cloarec

Regards étrangers

Si en France l’étranger est celui qui fait peur, en Bretagne il est souvent celui qui inspire.
Il faut dire que si le combat breton n’existe que dans un seul pays, il résonne avec tous les autres combats de libération des peuples à travers le monde.
Près de nous beaucoup de pays avancent vite, et la Bretagne est en retard. Certes elle prend son temps, mais elle regarde vers l’étranger, ce qui ne manquera sans doute pas de l’inspirer.

En Écosse …

La revendication nationale a été très discrète sur de longues périodes, mais l’esprit n’était pas mort. En 1997 un référendum permet la création d’une Assemblée écossaise. Il est remporté à 74,5 % de voix. Le vote contient également une seconde question, pour que cette assemblée puisse lever l’impôt, le « Oui » a également répondu en majorité, à 63,5 %.
Depuis trois décennies, le succès du nationalisme écossais a été de séparer la question identitaire et culturelle de la question politique liée à l’autonomie et l’indépendance. Il a proposé concrètement la création d’un nouveau pays, organisé autre chose que le modèle imposé par Londres. La stratégie a été payante par la prise de l’autonomie, puis la consolidation de l’idée d’indépendance par les actes et les politiques publiques menées par les nationalistes.

Au Pays de Galles…

L’autonomie est aussi arrivée par un référendum en 1997, remporté d’une courte majorité. En 2007, un nouveau référendum accepté à 63 % des voix, élargit et renforce les compétences du parlement gallois. Aujourd’hui, on n’a jamais autant parlé d’indépendance au Pays de Galles et en Écosse. Tout a changé en vingt ans, grâce à l’expérience de l’autonomie, grâce à la prise de conscience qu’il était possible de s’organiser sans Londres, comme il est possible de le faire ici sans Paris.

Au Pays Basque et en Catalogne…

L’autonomie est mise en place en 1979, à la fin de la dictature franquiste. Depuis, le peuple catalan a voté en 2006 un statut d’autonomie renégocié avec Madrid, et accepté à 73,23 % des voix. De même, plusieurs consultations sur l’indépendance, puis un référendum sous répression policière en 2017, ont montré des majorités politiques et populaires indéniables en faveur du « Oui ».

En Corse…

De nombreux statuts ont vu le jour depuis 1982, souvent pour diviser ou enliser le mouvement nationaliste dans des avancées bien en-deça des espérances. L’Assemblée de Corse est finalement devenue une collectivité unique en 2018, en pointe des territoires « français » d’Europe à avancer vers l’autonomie. C’est à ce moment qu’après de longues années de progression, le mouvement nationaliste, regroupé entre autonomiste et indépendantistes, remporte les élections et l’assemblée corse.

Dans tous ces pays, quand on a pu voir ces luttes, ces lieux, ces personnes qui portent les combats de ces peuples, on mesure en Bretagne tout le chemin qu’il nous reste à parcourir.

Dans tous ces pays, les mouvements politiques ont travaillé la société sur la durée, installé des idées claires sur la question nationale, remporté petit à petit les espaces politiques, officiels ou non.
En Bretagne, les idées claires sur la question et le projet national n’étaient généralement pas dans les élections. Et dans les élections, les propos bretons étaient réduits à de la préoccupation de seconde zone ou à du folklore. Si la Bretagne prend son temps, c’est sans doute aussi de la faute du nationalisme breton, qui n’a pas encore été suffisamment à la hauteur. Et pourtant, lui aussi a résisté, construit, semé.

Chaque pas en avant est déjà un bout de route qu’il n’y aura plus à refaire.

Quand le nationalisme breton moderne est apparu, la Bretagne avait officiellement disparu. Parler d’indépendance s’assimilait à de la folie ou de la manipulation étrangère. Même le régionalisme le plus tiède était vu comme un étrange extrémisme politique.
Depuis, l’Irlande amputée d’un de ces pays est devenue indépendante. Les pays des États espagnol et britannique sont devenus autonomes. L’Écosse a voté sur l’indépendance. La Catalogne, même sous les matraques, a voté sur l’indépendance. La Corse a élu une majorité nationaliste pour gérer sa nouvelle collectivité unique.

La Bretagne et l’indépendance.

En 2000, un sondage CSA donne 23 % des Bretonnes et Bretons pour l’indépendance.
Puis en 2013, le magazine Bretons donne un sondage à 18 % pour l’indépendance.
En 2019, DIBAB finance un sondage qui montre un résultat favorable à plus de 60 % pour la création d’une Assemblée de Bretagne, dans les quatre départements de la région administrative. Et plus de 50 % en Loire Atlantique. Pour ce département, le projet de référendum de réunification semble bel et bien lancé et même si tout se jouera dans la campagne, des sondages favorables donnent depuis longtemps le « Oui » en tête.
Tous comptes faits, le bout du chemin n’est peut être pas si loin.

Regards étrangers … lire aussi.

✅ Magazine BRETONS censuré : « 18% des Bretons pour l’indépendance » de la Bretagne

✅ YesBreizh, ou parler sereinement de l’indépendance de la Bretagne

 

regards étrangers
regards étrangers

Previous ✅ Diwan en danger ... et toujours pas de capitaine à la Région !
Next ✅ Bretagne : découvrez 8 atouts majeurs trop méconnus.

Á propos de l'Auteur

Alan LE CLOAREC
Alan LE CLOAREC 7 posts

Militant indépendantiste et membre de Douar ha Frankiz - Pour une Bretagne Libre. Ouvrier du bâtiment, je mène également des recherches de façon indépendante sur le nationalisme breton, après avoir déjà travaillé le sujet lors d'un doctorat de science politique. En 2016 j'ai publié chez Coop Breizh "Aux origines des mouvements bretons".

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

La Bretagne réunifiée est une nécessité absolue – Part 1/2

Bretagne Réunifiée ? – Part 1 Nous vous présentons la première partie de l’excellente vidéo des 5 Minutes Bretonnes dont on a déjà diffusé récemment dans nos colonnes La Guerre

✅ Bretagne Futur : la jeunesse bretonne se mobilise pour son avenir.

Bretagne Futur. Nous, Jeunes de Bretagne, engagés dans la lutte pour le progrès social, contre les inégalités de toute sorte, défenseurs d’une planète vivable et d’une région écologique appelons les

« Déploukiser » la langue bretonne

La langue bretonne devrait être capable de dire la science moderne. C’est ce que nous ont prouvé courageusement les bacheliers du lycée DIWAN de Carhaix. C’est ce qu’illustre l’intégration d’un

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse