✅ Pourquoi le littoral de Bretagne recule autant …

✅ Pourquoi le littoral de Bretagne recule autant …

D’abord, la carte du littoral de Bretagne et le constat.

Cette carte de Bretagne réalisée par Météo Bretagne a été obtenu grâce aux travaux de la CEREMA.
La CEREMA a pour « vocation d’apporter des connaissances, des savoirs scientifiques et techniques et des solutions innovantes au coeur des projets territoriaux pour améliorer le cadre de vie des citoyens ». Dans le domaine maritime, la CEREMA « vous accompagne dans vos projets d’aménagement du territoire ainsi que sur la géo-information, la planification, l’observation du trait de côte ou la recherche de réduction des impacts des activités sur le milieu marin ».

littoral en Bretagne

Érosion littorale en Bretagne – Carte Météo Bretagne

Les chiffres dramatiques …

Souvent les chiffres parlent mieux que les mots. Et c’est malheureusement ici le cas.
On compare ici deux périodes.
D’une part l’ancien linéaire kilométrique de côte de Bretagne des années comprises entre 1924 et 1958. Donc sur une trentaine d’années. D’autre part celui compris entre les années 2005 et 2014. Seulement neuf années.
Donc en moins d’un siècle la Bretagne a perdu quelques 150 kilomètres de côtes maritimes, soit un recul de 8,3% du linéaire qui passe ainsi de 1810 kilomètres à 1660.

Par département breton.

L’évolution est très différente dans les cinq départements bretons.
Si l’on s’en tient à ces données communiquées par Météo Bretagne selon la CEREMA, c’est en Loire Atlantique que la situation est de loin la plus alarmante. En effet, le linéaire côtier y passe de 120 à 95 kilomètres. C’est à dire un recul de 25 kilomètres soit 20%.
A contrario, sur son nord, on remarque une stabilité sur les soixante kilomètres de côtes d’Ille et Vilaine.
Le Penn ar Bed, le plus occidental des départements bretons, voit son litoral reculer de 725 kilomètres à 680 kilomètres. Soit un recul de 6,2%.
Après la Loire Atlantique, c’est dans les Côtes d’Armor que le recul est le plus important. En effet, la côte de rétrécie de 45 kilomètres, entre 430 et 385, soit un recul de -10,5%.
Enfin, le Morbihan voit sa côte reculer de 35 kilomètres de 475 à 440 kilomètres, ou – 7,4%.

Quelles sont les raisons de ce recul de la côte ?

Le seul vrai responsable de cette catastrophe silencieuse en cours, c’est … nous ! C’est vous, c’est moi !
D’abord on pense au réchauffement climatique qui fait inexorablement monter le niveau de la mer. Et la Bretagne est un des pays continentaux parmi les plus maritimes d’Europe. En moyenne, la Bretagne perd au moins cinquante centimètres de côte par an depuis les années 50. Depuis plusieurs années on constate aussi une nette augmentation des coups de vente et tempêtes. On aime à parler « d’érosion naturelle » mais le réchauffement climatique est tout, semble t-il, sauf « naturel ». Il est artificiel, et dû à l’impact de nos activités humaines.
Puis ce recul est également dû à nos activités physiques tout au long du littoral breton. On y construit de plus en plus et certains voudraient le faire plus encore. Le tourisme de masse entraîne le piétinement des côtes et des cordons sableux, fragilisant d’autant ces barrières, elles naturelles. Sans oublier l’extraction de sable à destination de la construction et de l’industrie. Là on pense à l’extraction contreversée de sable en Baie de Sant Brieg/Saint Brieuc.

Et maintenant ?

Si nous ne changeons pas nos habitudes en Bretagne, notre littoral continuera à se réduire dans les prochaines décennies. Sans doute plus rapidement encore. D’ici nous ne pouvons véritablement pas influer significativement sur le réchauffement climatique planétaire. Par contre, ici en Bretagne, nous pouvons mieux réglementer l’occupation des côtes, mieux les préserver. Les menaces sont nombreuses et déjà présentes. Pour le pouvoir central, la Bretagne n’est qu’un vaste terrain de jeux estival. Sa priorité n’est pas de gérer la situation au mieux des intérêts des personnes qui y vivent à l’année.
Ces questions, nous devrons les gérer Nous-Mêmes

Littoral de Bretagne, article inspiré par Steven TUAL de Météo Bretagne.

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi.

Météo Bretagne, la météo qui nous concerne lance son appli gratuite

Météo Bretagne, à quand un bulletin météo en breton ?

Previous ✅ After NHU Bretagne, here is NHU Brittany
Next ✅ Éolien maritime en Bretagne : position de Marc LE FUR

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Les Progressistes Bretons, un cheval de Troie en Bretagne ?

Les élections européennes approchent et il va falloir ressortir le Cheval de Troie. « La Bretagne a toujours été au rendez-vous des grandes échéances européennes. Le combat pour l’Europe nécessite un

✅ Langues régionales à l’école : un « combat inutile et douteux », vraiment ?

En disqualifiant par cette formule l’enseignement immersif des langues minoritaires de métropole, le linguiste Alain Bentolila commet plusieurs erreurs de raisonnement. Alain Bentolila a de nombreuses qualités. Linguiste à la

Conservatoire végétal du monde en Bretagne

Conservatoire Botanique de Brest, à la pointe de la conservation végétale de Bretagne et du monde. Toute l’histoire du CNB Brest commence au début des années 70. Après avoir regardé

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse