✅ Loi contre le séparatisme, confortant les principes républicains.

✅ Loi contre le séparatisme, confortant les principes républicains.

Cette loi contre le séparatisme est un texte à vocation répressive et uniformisatrice.

A partir de quand le « droit à la différence » devient-il une revendication « séparatiste » ?
A partir de quel niveau de remise en cause de l’ordre établi un citoyen tomberait sous le coup de cette loi pondue par le gouvernement au nom de la lutte contre l’islamisme radical ?
Cette nouvelle loi ne fera en fait que renforcer la dérive autoritaire de l’Etat.

Quelles qu’aient été les contorsions ministérielles pour affirmer qu’il n’y avait rien à craindre pour nos libertés de ce texte âprement débattu à l’Assemblée Nationale, il est clair que rien de tout cela n’est convaincant.

Omniprésent dans les débats, le mot « séparatisme » ne figure pas dans la loi. Pas plus que le mot « islamisme ». Sémantiquement on parle désormais d’une loi « confortant les principes républicains ». Ce qui n’est pas vraiment rassurant !
Car une loi est censée s’appliquer à tous et réprimer de la même manière tous ceux qui affaibliraient les « principes républicains ». Quand on connaît les dérives potentielles des « républicains à la française » qui pullulent au sommet de l’État, on ne peut qu’être inquiets pour la suite.

Il y a un précédent que l’on connaît bien, celui de l’article 2 de la constitution sur le « français, langue de la République ».

Son adoption en 1992 avait fait l’objet de longs débats expliquant que ce qui était visé par le texte était la langue invasive, l’anglais. Et non les langues régionales, toutes en régression. Le résultat a été tout autre. L’anglais n’a pas reculé d’un pouce. Par contre l’article 2 de la Constitution a été régulièrement opposé aux tenants des langues régionales pour refuser leurs demandes.

 

loir contre le séparatisme

Je suis séparatiste

 

Concrètement quels sont les craintes que l’on peut nourrir avec cette loi destinée à « conforter les principes républicains » ?

Ainsi un club sportif taxé d’anti-français, une association assurant l’enseignement de la langue en immersion pour l’émanciper de la domination du français dans l’espace public. Ou un hebdomadaire nationaliste corse comme Arritti, seront de facto placés sur le même plan qu’un lieu de culte accaparé par les courants religieux islamistes les plus extrêmes.
Première conséquence pratique énoncée par le texte de loi : toute subvention à de telles associations devient alors hors la loi, et c’est le Préfet qui en décide. Autant dire que nous serons nombreux sous la menace !

« Tous les séparatismes sont ciblés » …

Affirme le préambule de la loi. Alors comment penser que le « séparatisme corse » ne sera pas un jour dans le collimateur au gré de l’appréciation d’un État dont on a connu les dérives répressives par le passé. Et que l’on vérifie encore aujourd’hui dans le dossier d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri ?

On est en fait certains du contraire.

L’acharnement anti-langues régionales d’un Jean Michel Blanquer, la déclaration d’Éric Dupont-Moretti sur le FIJAIT, le fichier terroriste appliqué indifféremment aux militants corses et aux islamistes, le rejet d’un dialogue avec la majorité nationaliste de la Collectivité de Corse à tous les étages de l’État, du local au Palais Lantivy, jusqu’au sommet, dans les salons de l’Élysée, sont autant de signaux d’alerte sur l’usage qui pourra être fait demain du nouvel arsenal juridique répressif que cette loi installe.

Les débats sur les bancs de l’Assemblée ne viennent pas atténuer nos craintes.

Le grand argument de la France Insoumise par exemple est d’en appeler à la fin des lois spécifiques sur le culte d’Alsace et de Moselle. Cela au nom des « principes républicains » qu’il faut conforter. On comprend bien qu’il s’agit de couper toutes les têtes qui dépassent. Et que l’extrémisme républicain sera constamment sur le pied de guerre au nom de sa conception uniformisatrice de l’État.
Dans le contexte des attentats terroristes islamistes, réactivé récemment encore par l’assassinat du professeur de Conflans Sainte Honorine à la sortie de son collège, les interventions pour dénoncer les dangers de cette loi sont rares. Les députés corses s’y sont consacrés. Mais le fait majoritaire s’imposera et balaiera leurs objections. Cette loi passera, et la démocratie corse s’en trouvera aussitôt atteinte.

En fait l’État français est en train de se doter d’un arsenal juridique à l’espagnole.

Qu’il utilisera à sa guise le jour venu. Le « confortement des principes républicains » n’étant qu’une novlangue pour désigner des délits assimilables à ceux de sédition et de rébellion. Tels que la justice espagnole les a appliqués aux dirigeants démocratiques du mouvement indépendantiste catalans en les condamnant à treize années de prison.

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire également.

Les langues régionales mènent-elles au séparatisme ?

Le Conseil Constitutionnel détruit les langues minoritaires de l’Hexagone

loi contre le séparatisme

Previous ✅ Le français aurait-il pu devenir une langue régionale ?
Next ✅ Sked, maison de la langue et de la culture bretonnes du pays de Brest

Á propos de l'Auteur

François ALFONSI
François ALFONSI 15 posts

Maire d'Osani depuis 2002 - Président de l'ALE Alliance Libre Européenne ou EFA European Free Alliance - Ancien député européen - Mambre de PNC Parti de la Nation Corse - CoDirecteur de l'hebdomadaire corse Arritti.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Le bonimenteur vend un produit, le polimenteur un programme.

Le bonimenteur est une personne qui raconte des boniments. Et un boniment est un propos dont l’objectif est de plaire, convaincre ou séduire. L’origine de ce mot français est à

✅ Écosse et Bretagne : l’indépendance devient de plus en plus crédible.

Écosse et Bretagne : l’indépendance au bout du chemin ! Début septembre, la première ministre écossaise Nicolas Sturgeon dévoilait le programme de son gouvernement pour la rentrée 2020. Si à

Castex : un gouvernement très parisien

Si le Premier ministre Castex a le bel accent gersois, son gouvernement est largement dominé par les Franciliens et penche de plus en plus vers le centre-droit. La Bretagne n’y

1 Comment

  1. Penn kaled
    février 24, 10:11 Reply

    Tout à fait d’accord avec votre analyse ,qui arrive bien tard ,Depuis l’origine de cette loi à travers des commentaires ,j’ai tenté de sensibiliser à sa grande dangerosité pour la démocratie ,du moins ce qu’il en reste Il aurait fallu d’une part sensibiliser les parlementaires des territoires représentant les minorités de l’hexagone dès le départ ,vu que traumatisés par l’islamisme radical ,ils n’ont pas suffisamment réfléchi aux effets pervers de cette loi et aussi lancer un mouvement d’opinion à son encontre .Par contre le gouvernement sait parfaitement ce qu’il fait ,angoissé par la contagion des désirs d’émancipation de Catalogne ou d’Ecosse Comme il ne se fait pas d’illusions sur la capacité de cette loi à venir à bout des fous furieux de l’islamisme radical ou autres ,pas plus qu’elle ne va arrêter la violence qui dégénère dans les banlieues

Laissez votre réponse