Les Breton(ne)s les plus mal rémunéré(e)s de l’Hexagone, selon Randstad

Les Breton(ne)s les plus mal rémunéré(e)s de l’Hexagone, selon Randstad

C’est Randstad qui nous l’apprend !

Merci Randstad de nous dévoiler ces chiffres.
C’est en région Bretagne administrative que le salarié non-cadre est le plus mal rémunéré de tout l’Hexagone. Sa rémunération brute mensuelle n’est que de 1596 euros.
Cette étude est basée sur des données internes de Ransdtad, société spécialisée dans l’intérim. Elle porte sur une analyse fine de plus de 140 000 fiches de paye des quatre départements administré par la région.

Le salaire non-cadre moyen dans l’Hexagone est de 1636 euros.

Ainsi donc, la région Bretagne administrative est bonne dernière de toutes les régions administratives composant cet Hexagone au bout du rouleau. Mais comme cela ne suffit pas, c’est aussi cette région Bretagne sans son département le plus riche, la Loire Atlantique, qui a la plus faible augmentation.
Pendant que le salaire médian non-cadre hexagonal augmente de +1,8%, le breton n’augmente que de +1,7%.
Double peine.

Analyse par secteur d’activités.

En région Bretagne administrative, ce sont les secteurs des services et du BTP qui proposent les meilleurs salaires non-cadres. Avec un salaire mensuel brut de 1721 euros.
A l’opposé, c’est le secteur industriel qui propose le plus bas salaire, avec seulement 1582 euros mensuels bruts.
Comment se fait-il que cette Bretagne si riche par ailleurs, soit aujourd’hui devenue le coin de l’Hexagone où les salariés non-cadres sont les plus payés ?
Cela fait-il aussi partie de cette “différenciation” dont certains nous parlent tant ?

Le salarié non-cadre de la région Bretagne administrative est le plus mal payé de tout l’Hexagone : pourquoi ?

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Exclusif : imposition des entreprises bretonnes à la baisse. Bruxelles dit oui !

Urgences bretonnes : re-territorialiser les activités productives

Et si l’épargne des Bretons soutenait l’économie bretonne ?

L’excellence industrielle bretonne

Bretagne, « sans stratégie, point de salut » … par Xavier FONTANET

Previous VigiBretagne/EvezhBreizh n°28 : lettre d'informations Novembre 2019
Next L'histoire des paquebots de Saint Nazaire en Bretagne.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 343 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Unicode reporte l’entrée de l’émoji BZH : discrimination ?

Unicode et l’émoji BZH L’incompréhensible mauvaise nouvelle vient de tomber : le consortium Unicode vient de refuser l’émoji Gwenn ha Du du drapeau breton. Refuser ou reporter ? Pour Unicode

Bretagne et lobbying : impossible mariage ou besoin de pédagogie ?

La France et les États-Unis : deux chemins différents. En 1791, alors même que les Etats-Unis inscrivaient dans leur constitution le droit à défendre ses intérêts auprès des élus, la

✅ La tragédie de la Bretagne, par Marcel Texier

“La tragédie de la Bretagne” L’expression est d’un Canadien d’origine irlandaise, grand connaisseur de la réalité bretonne, Jeffrey O’Neill (1). A un observateur superficiel, cette formule peut paraître excessive. Surtout

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse