Redeo, le fournisseur breton de l’électricité la moins chère.

Redeo, le fournisseur breton de l’électricité la moins chère.

Depuis 1946, existait un quasi monopole pour la fourniture d’électricité dans l’Hexagone. Les entreprises publiques EDF et GDF faisaient la pluie et le beau temps. Jusqu’à ce que Bruxelles n’en décide autrement. Progressivement est imposée une ouverture du marché de l’électricité à la libre concurrence.
Ainsi l’occasion était trop belle pour que le dynamisme économique breton n’en profite pas.

Rêve et ose la Bretagne.

C’est le slogan de Redeo.
Redeo est un collectif d’entrepreneurs bretons créé en 2014. Avec une ambition folle, comme nous savons souvent l’avoir sur notre territoire. Inventer un nouveau modèle économique pour proposer aux Bretonnes et aux Bretons des produits de première nécessité à des prix défiant toute concurrence.
Libérons les énergies créatives de ce pays.
Pourquoi compter sur les autres ? Faisons-le nous-mêmes ! Nous-mêmes en breton se dit Ni Hon-Unan (NHU)
Contribuer plus efficacement au développement économique et social de la Bretagne. « Pour une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde ».

redeo

Redeo, rêve et ose la Bretagne

Les cinq axes majeurs de Redeo.

D’abord oeuvrer à augmenter le pouvoir d’achat des habitants de Bretagne. D’au moins 15 à 20%
Puis nous réapproprier la couverture de nos besoins primaires au lieu de subir des monopoles centralisés à Paris et Bruxelles.
Aussi faire des profits et les réinjecter dans l’économie bretonne.
Également mieux valoriser nos comportements équitables et responsables : je suis Breizhponsable.
Enfin, « investir son temps, sa confiance et son argent sur des biens identifiés et identifiables ».
Redeo, sa première action.
En Bretagne, nous consommons des énergies, dont du gaz. Redeo Énergies et Breizh Gaz sont nés de la volonté d’offrir aux Bretons un gaz moins cher d’environ 20% que celui que nous proposent les entreprises françaises du marché. En l’occurrence essentiellement GDF et Direct Énergie.

redeo

En Bretagne, quand on veut, on peut

« Qui veut, peut », n’est ce pas Jakez BERNARD ?

Aujourd’hui des entreprises bretonnes économisent des sommes très importantes sur leur facture de gaz. Parce qu’elles font le choix breton d’acheter leur gaz à Redeo, le fournisseur breton. Pour une société comme Saveol, ce sont plus de deux millions d’euros d’économie chaque année.
Pourquoi donner tout cet argent à des sociétés étrangères quand un simple changement de fournisseur le laisse dans l’économie bretonne ?
Très bientôt Redeo annoncera son implantation dans l’assurance santé et l’assurance emprunteur. Y compris pour les Particuliers.
Suivront l’épargne, le recyclage et le numérique.

Retrouvez Redeo sur www.redeo.bzh et à Pontivy au centre du pays.

déni, cartes

En Bretagne je protège mon environnement : je suis Breizhponsable.

 

Précédent Série Nature de Bretagne à l’Aber Wrac’h, Finistère : Marelle pour Géants
Suivant Brexit et lignes maritimes avec l'Irlande : les ports bretons trahis

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 217 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

La blockchain libérera t-elle nos nations invisibles ?

Une anecdote En 94, alors que j’étais vendeur dans un hypermarché informatique surnommé la Foire permanente de l’informatique, les gens nous faisaient remarquer, qu’en France, on avait le Minitel et

Deux Bretons dans les personnes les plus riches du monde, selon Forbes.

Classement Forbes des plus grandes richesses personnelles du monde. Les milliardaires étaient 1810 en 2016. Ils furent 2043 en 2017 soit une hausse de 13% du nombre de milliardaires sur

Les fermes bio de Bretagne bien placées en Europe

Les fermes en bio en Bretagne Les fermes en bio en Bretagne se développent vite. En quelques années on est passé en Bretagne, comme ailleurs en Europe, du phénomène du bio qu’on

1 commentaire

Laissez un commentaire