✅ Toussaint, Halloween, Samhain, Ankou … on vous dit tout !

✅ Toussaint, Halloween, Samhain, Ankou … on vous dit tout !

En réalité, le 1er novembre n’est pas la fête des morts, mais la fête de tous les Saints, la Toussaint. Mais il est plus facile de venir nous recueillir sur la tombe de nos proches en ce jour férié, plutôt que le lendemain, lors de la fête des morts.
Mais d’où vient cette fête ?

Histoire de la fête de la Toussaint.

La Toussaint est d’origine païenne et portait le nom de All Hallows Eve, ce qui signifie Veille de la Toussaint. Petit à petit, cela s’est transformé en Halloween.
En Bretagne, l’année celtique était divisée en deux saisons. La saison sombre démarrait le 31 octobre de notre calendrier actuel avec la fête de Samhain et la saison claire avec Beltaine, signifiant le mois de mai en irlandais.
La fête de Samhain qui est donc à l’origine de notre Toussaint, durait quatre jours. Le passage entre le monde des Dieux et des humains était alors ouvert.
Puis vers 835, le Pape Grégoire en fait une fête chrétienne. C’est seulement au XIe siècle, que les chrysanthèmes font leur apparition. Auparavant, on apportait des bougies, symboles d’une vie heureuse après la mort.

toussaint

Toussaint chrétienne, Halloween américaine ou Samhain celtique ?

Samhain et légendes bretonnes.

La Bretagne, pays de contes et de légendes, chargée d’histoire… Voici quelques coutumes du passé en lien avec la Toussaint et la Samhain.

Connaissez-vous le rituel de protection ? Les druides allumaient un feu et chaque foyer emportait chez soi une braise, qui devait brûler jusqu’à l’automne suivant.
Plus célèbre, l’Ankou qui signifie “oubli” représente la Mort. Ce passeur d’âmes circule la nuit, sur un chariot grinçant et est annonciateur de la mort d’un de nos proches.

Dans nos anciennes traditions bretonnes, il était coutume de laisser à la Toussaint mais également à Noël, quelques crêpes devant le feu pour nos défunts. Aussi, on ne balayait pas de peur de faire partir les âmes venues nous rendre visite.
Saviez-vous que nos grands parents creusaient des lanternes non pas dans des citrouilles mais dans des betteraves ! Ainsi les recoins sombres étaient éclairés et les mauvais esprits tenus à distance.

La Samhain aujourd’hui.

Quelques communes essayent de faire revivre cette fête païenne. Depuis 2014, la commune de Saint Quay Portrieux dans les Côtes d’Armor, organise deux jours de festivité pour la Samhain dans le parc de la Duchesse Anne. Si vous voulez renouer avec nos traditions, pourquoi ne pas aller y faire un tour cette année ?

A la Mézières, près de Rennes il est organisé les 2 et 3 Novembre un festival en soutien à l’école Diwan de Guipel. Le Samhain Fest propose des concerts métal ainsi que des conférences sur le druidisme tenues par des membres de la fraternité Gorsedd.

Previous ✅ Samhain, début de l'année pour les Celtes
Next ✅ Vu de Bretagne : COP25, COP26 ... COP72 ... on coule et ils écopent !

Á propos de l'Auteur

Lucie MARCQ
Lucie MARCQ 1 posts

Maman Finistèrienne et infirmière depuis 15 ans, elle se lance dans un nouveau projet professionnel. Elle souhaite proposer ses services pour l'embellissement des tombes de vos proches en Nord Finistère.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ La liberté avant tout, ou ne plus être les supplétifs des autres

La liberté avant tout ! L’autonomie est une exigence première en ce qu’elle conditionne tout. L’individu autonome est libre de penser, de décider et d’agir conformément à ses intérêts, à

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle

Le maire, les noms de rue et la diversité culturelle Une manifestation a eu lieu le 14 septembre dans le Finistère pour exiger des noms de rue en langue bretonne

Fonction publique : les grands corps sont malades.

A propos de la fonction publique … Nouveau Rédacteur à NHU Bretagne, je réponds à l’intéressante interview de Marylise LEBRANCHU à lire ici dans La Gazette des Communes. Extrait :

5 Comments

  1. Eric Hallais
    octobre 05, 10:10 Reply

    L’Ankou na jamais signifier “oubli”, cela vient des chiens d’Arawen au pays de Galles et signifit : An = (article) le, la & les Kou = Kw = chiens (au pluriel); donc Ankou = Les Chiens.
    Voir aussi Barghest, Cerbère, Augenbrand, gwyllgi etc.
    Le chien dans la mythologie:
    Le chien tient une place importante dans la mythologie car il est considéré comme un animal psychopompe. C’est-à-dire qu’il guide les âmes jusqu’au royaume des morts. L’on retrouve le symbolisme du loup initiateur et gardien du royaume des morts chez de nombreux peuples : Egyptiens (Anubis le dieu des morts et conducteur d’âmes, à tête de chien ou de chacal), Grecs (Cerbère le chien monstrueux à trois têtes, gardien des Enfers), Sioux (le loup est appelé « chien de dessous-terre » et le coyote « chien qui rit »), Bantous (le chien délivre les messages des morts au sorcier en transe), Mexicains (Xolotl dieu chien jaune qui accompagna le soleil dans son voyage sous la terre pour le protéger durant la nuit).

    Et la braise que l’on ramenais chez soit était pour allumer le feu et voir si la buche ainsi allumée brulait entièrement ou non.
    Ce feu “consacré” symbole de l’air indispensable à la vie, de lumière (symbole de connaissances) et de chaleur (symbole de …) était un peut comme ces rameaux bénits que les chrétien ramène chez eux, le feu qui ce propage de la source des connaissance vers tous les foyés.
    Voyez le Tantad le “Feu Père” de Tan = feu & Tad = père, ou encore, Beltan (beltain en Gaëllique) feu de Bel qui vont avec les lieux “Bel air”, ou encore comment St Patrick convertis l’Irlande avec le feu de Tara.
    Cordialement,
    Eric Hallais

    • bb123
      novembre 02, 12:51 Reply

      Très intéressant… Merci… Cela rappelle le chien des Baskerville avec la légende, dans la province du Devon et la région du Dartmoor, d’un chien infernal aussi gros qu’un veau et aux yeux incandescents…

  2. Yann
    novembre 01, 16:07 Reply

    En fait en Bretagne, c’est toute l’année que la coutume voulait que on ne passe pas le balais après le couché du soleil pour ne pas déranger le repos des âmes.
    Merci pour ce résumé

  3. Plukif
    novembre 03, 11:05 Reply

    A Saint Dégan (56) on fête Kalan Gouianv:”C’est lorsque la nuit tombera ce 31 octobre vers 17h, à l’heure de la “si trouille party”, que les monstres et créatures viendront de partout envahir le bourg de st Aignan.

    Ils défileront aux flambeaux, déambuleront dans les rues et surprendront les habitants.
    Potions magiques, galettes des bois, châtaignes grillées et chaudrons fumants seront là pour les rassasier. Aux sons druidiques du moment, comme un appel à la danse, les boissons locales feront chanter, gigoter et rigoler.
    Quand 1h sonnera, ces saltimbanques et croque-mitaines disparaîtront…
    Je lis: Kalan goanv est communément appelé pour le début d’hiver et nous utilisons pour le printemps “kalan hanv”;

    e fin miz here, An dud zo boazet da :
    – terrin pladoù war blassen ar bourg (casser des assiettes sur la place du bourg)
    – arabat skuban ludu ar siminal d’an noz (ne pas balayer les cendres de la cheminée dehors, sinon les paotred ar zabad entrent dans la maison)
    – kustum ar vugale eo kizellan betarabez pe pannez ha pegan ul lutig en o c’hreiz da c’hobar aon d’an dud ( les enfants scultent des betteraves ou des panais en y insérant une bougie)
    voir: http://www.kervarker.org/forum_archives/forums2_traduc491.html.

  4. Eflamm Caouissin
    novembre 01, 18:25 Reply

    Si je puis me permettre, le terme d’Halloween révèle l’origine chrétienne de cette fête dans son étymologie, même si elle trouve ses racines bien avant (le mot Halloween ne vient pas du vieil anglais signifiant “Veille de la Toussaint” comme on l’entend bien souvent mais d’un terme gaélique ancien signifiant « assemblée des saints« . Je vous en dis un peu plus ici => https://www.argedour.bzh/samain-halloween-toussaint-jour-des-morts

Laissez votre réponse