✅ L’Académie française et ses contradictions, par Michel Feltin-Palas

✅ L’Académie française et ses contradictions, par Michel Feltin-Palas

Protection du français au Canada : les contradictions de l’Académie française

Les Immortels se réjouissent des actions menées en faveur du français au Canada, où il est une langue minoritaire. Et si elle en tirait les leçons pour la France ?

C’est l’une de ces scènes qui donnent à la France républicaine des couleurs d’Ancien régime. En cette journée caniculaire de l’été 2022, dans les salons d’apparat de l’Académie française, les Immortels reçoivent le ministre de la langue française du Québec, Simon Jolin-Barrette, venu affirmer avec émotion et éloquence l’attachement viscéral de ses compatriotes à la langue de Molière. Son discours se conclut sous les vivats de la docte Assemblée, qui vibre en entendant son allocution enflammée en faveur de la diversité culturelle. Un enthousiasme aussi sincère que… pétri de contradictions.

Commençons par expliquer les applaudissements.

Le Québec, on le sait, constitue un fragile îlot francophone en Amérique de Nord, peuplé d’à peine 8 millions d’habitants. Dans le reste du Canada comme aux États-Unis, l’anglais, partout, règne en maître. “Lors de la Conquête de 1760, nous n’étions que 70 000. Tout indiquait que, en vertu de la loi du nombre, nous devions bientôt disparaître“, a souligné Simon Jolin-Barrette. Et de poursuivre : “Dans les années 1950, l’anglais était encore dominant au Québec, y compris dans les représentations. Il n’était pas rare que les Canadiens français se fassent répondre par le maître anglais, avec une grande violence : Speak white!“.
Il fallut, dans les décennies qui suivirent, un sursaut de la communauté francophone pour modifier la situation. Ce fut la “Révolution tranquille” qui déboucha en 1977 sur la Charte de la langue française, dite aussi “loi 101”. Un acte fondateur qui se fixa pour objectif de faire du français la langue de l’État, de l’administration, de la communication, du commerce, etc.

Un bouclier face à l’anglais. (1)

Quarante-cinq ans plus tard, cette loi 101 vient d’être complétée par un autre texte, appelé “loi 96”, qu’a précisément fait adopter le jeune ministre, et dont voici quelques mesures. Désormais, la Constitution précise que le français est la seule langue officielle du Québec. Elle fait en pratique du français la seule langue de l’administration, ce qui n’était pas toujours le cas. Tout un volet est également consacré à l’immigration, sachant qu’une partie des nouveaux arrivants ont tendance à privilégier l’anglais, jugé plus utile dans un Canada à majorité anglophone. “Sitôt obtenu leur diplôme de l’école secondaire, une proportion alarmante d’étudiants se précipitent dans le réseau anglophone pour poursuivre leurs études“, a précisé le ministre. Pour mettre un terme à cette dérive, la loi 96 fait de la maîtrise de la langue française “une condition de diplomation dans les établissements anglophones“. Quant aux employeurs, ils ne peuvent plus aussi facilement exiger la maîtrise de l’anglais dans leur recrutement.

La loi 96 a été vivement critiquée, notamment par la presse anglo-saxonne, qui l’a présentée comme “un combat d’arrière-garde“.

Erreur ! a tonné Simon Jolin-Barrette en mettant en garde contre les dangers du tout anglais. “Ce qu’on présente comme une ouverture sur le monde masque trop souvent l’acculturation, qui vient avec une importante perte de mémoire et d’identité.” Une analyse dont découle sa conclusion : “Quand la diversité des cultures devient tout aussi menacée que la diversité de la faune et de la flore, défendre la langue française n’a rien de folklorique. Au contraire, défendre la langue française, c’est défendre l’avenir. Et surtout, c’est défendre l’intégrité de ce monde, la beauté de ce monde, la diversité de ce monde !“.
C’est alors que, sous les boiseries de la salle des conférences de l’Institut de France, les applaudissements ont fusé, semblant ne pas vouloir s’arrêter. L’unanimisme était à son paroxysme.

Lire la suite de cet excellent article de Michel FELTIN-PALAS sur L’Express.fr

Suivez Michel FELTIN-PALAS sur Facebook

Lire également à ce sujet

✅ Vu des “provinces” : le suprémacisme de la langue française.

✅ Une langue dont l’enseignement n’est pas obligatoire à l’école est condamnée à mort.

✅ Les vertus de l’enseignement par immersion, par François Alfonsi

✅ Pour sauver le breton de la disparition, une seule solution, une seule !

académie française

 

Previous ✅ Le mot « autonomie » n’est plus tabou ! par Thierry JIGOUREL
Next ✅ Musée de Bretagne ? : chassons le point d'interrogation

Á propos de l'Auteur

Michel FELTIN-PALAS
Michel FELTIN-PALAS 25 posts

Rédacteur en chef du service Régions de L’Express. Il fut journaliste à l'Express, chroniqueur sur France info et journaliste à La Croix

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Bretagne Futur : la jeunesse bretonne se mobilise pour son avenir.

Bretagne Futur. Nous, Jeunes de Bretagne, engagés dans la lutte pour le progrès social, contre les inégalités de toute sorte, défenseurs d’une planète vivable et d’une région écologique appelons les

Pollution et déni de démocratie en Bretagne.

En quelques mois, les pressions extérieures se font de plus en plus précises sur notre environnement. Il y a cette décision d’un ministère parisien d’accorder à une société bretonne privée le

✅ Arthur de Bretagne, entre légende et politique, de Yannick Lecerf

Nous avons le plaisir de vous proposer une contribution de Yannick LECERF à propos du Roi Arthur, entre légende et Histoire. Premier des deux volets : la légende. Yannick LECERF

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse