Éditer et imprimer son livre en Bretagne #BreizhCoherence

Éditer et imprimer son livre en Bretagne #BreizhCoherence

Éditer et imprimer son livre en Bretagne ne semble pas évident pour tous.

La Bretagne est depuis longtemps très prolifique en maisons d’édition. Si vous vous intéressez un tant soit peu à la Bretagne, vous avez certainement dans votre bibliothèque au moins un livre édité et imprimé en Bretagne.
En 2018, il existait près de cent quarante éditeurs en Bretagne.
En Loire Atlantique, ils étaient cinquante neuf. Puis venait l’Ille et Vilaine avec vingt neuf éditeurs. Immédiatement suivi des vingt huit éditeurs du Penn ar Bed. Enfin, ils étaient onze dans les Côtes d’Armor et seulement neuf dans le Morbihan. Il est à noter que les trois plus grandes métropoles de Bretagne, c’est à dire Nantes/Naoned, Rennes/Roazhon et Brest, ont un fort pouvoir d’attraction.

Retrouvez cette liste détaillée dans ce document PDF.

Liberté de publication et cohérence.

Tout(e) Auteur(e) en Bretagne peut, bien évidemment, et fort heureusement, éditer et imprimer son livre où bon lui semble. Que ce soit en Bretagne où il existe un très large choix d’éditeurs et d’imprimeurs, et tous les moyens possibles pour un travail soigné. Ou que ce soit à l’étranger.
Mais quand on est un(e) auteur(e) engagé(e), une cohérence élémentaire induit que l’ouvrage soit édité et imprimé en Bretagne.
On ne doit pas s’afficher produit en Bretagne, écrire sur la Bretagne, son Histoire, son environnement, son peuple … et éditer et/ou imprimer son livre hors de la Bretagne.
Elle est où l’élémentaire #BreizhCoherence ?

éditer et imprimer en Bretagne

Nombre d’éditeurs en Bretagne en 2018 par département

Imprimer hors de Bretagne.

Trop d’ouvrages édités en Bretagne, dans une des très nombreuses et excellentes maisons d’éditions bretonnes, sont encore imprimés hors de Bretagne.
Il faut encourager les écrivain(e)s et auteur(e)s à éditer leurs ouvrages en Bretagne.
Mais il faut, plus encore, également, les encourager à les imprimer en Bretagne. Trop d’ouvrages sont encore imprimés en dehors du pays. Regardez les dernières pages de l’ouvrage que vous lisez : imprimé en Bulgarie, en Normandie, à Paris …
Il n’est pas normal de publier à propos de la Bretagne, de ses paysages, sous des titres militants, revendicatifs … et d’imprimer en Lituanie ou à Orléans.
La Bretagne s’offre à vous, rendez-le lui !

#BreizhCoherence.

Pour l’auteur(e) breton(ne), pour l’éditeur, et pour le lecteur, la question de la cohérence saute aux yeux.
En général, un éditeur peut avoir des accords privilégiés avec un ou plusieurs imprimeurs. Mais l’auteur(e) reste toujours libre d’imposer son propre choix de l’imprimerie.
Aucun(e) auteur(e) n’est vraiment contraint. Il a le libre choix de son éditeur (si ce dernier l’accepte) mais au final, également de son imprimeur.

L’argument du coût ?

Il ne vaut évidemment pas pour les autres régions de l’Hexagone.
Par contre, dans certains pays européens, même de l’Union Européenne, les coûts d’impressions sont nettement inférieurs à ceux pratiqués en Bretagne. En outre, il peut, selon les cas, exister un autre avantage : celui d’un moindre tirage. Souvent, en Bretagne, des imprimeries demandent un tirage minimal vers deux mille exemplaires. Alors que dans certains pays il est souvent possible d’imprimer qu’entre huit cent et mille deux cent exemplaires.
Quand on achète un livre dont le sujet est breton, qui est édité en Bretagne, le lecteur ne peut-il pas dépenser deux ou trois euros de plus ?
Elle commence où, elle s’arrête où, notre/votre #BreizhCoherence ?

NHU Bretagne propose un code de recommandation …

Depuis nos débuts, nous présentons dans nos colonnes des livres ayant un rapport étroit avec la Bretagne. Dans des domaines très variés : légendes, politique, environnement, culture, gastronomie, Histoire …
En particulier avec deux éditeurs bretons très connus : Coop Breizh et Yoran Embanner.
Dorénavant, en fin de présentation d’un ouvrage, vous trouverez un code de recommandation comme celui-ci :

éditer et imprimer en Bretagne

Ouvrage édité et/ou imprimé en Bretagne – feu vert ou rouge selon le livre

Au titre de la #BreizhCoherence, ce visuel affichera des feux verts et/ou rouges.
Bien sûr, nous recommandons d’acheter plutôt les ouvrages affichant les deux feux en vert : livre édité ET imprimé en Bretagne.

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi.

Coop Breizh : producteur, éditeur et distributeur de cultures en Bretagne

Yoran Embanner, l’indispensable maison d’édition bretonne.

Previous Notre indifférence tue la biodiversité en Bretagne
Next Breizh 5/5 n°10 : lettre d'informations de Juin 2020

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Nicola STURGEON, première ministre d’Écosse, à la rencontre des Bretons.

Rencontre avec Nicola STURGEON. C’est avec grand intérêt et plaisir que j’ai pu interroger la semaine dernière, avec mes collègues de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, la

Bilan démographique de la Bretagne

Le bilan démographique est naturellement globalement positif pour la totalité du pays. Dans ce bilan, des disparités très importantes apparaissent. Au dernier recensement, la population bretonne est de 4 616

Sarrasin, le diamant de la gastronomie bretonne …

A tout seigneur, tout honneur … le sarrasin, diamant breton. La graine de sarrasin à la forme d’un diamant et est une véritable richesse économique et culinaire de Bretagne. C’est

1 Comment

  1. Laquittant Jean-Luc
    octobre 30, 18:39 Reply

    Un éditeur qui supprime 50 pages de votre manuscrit, SANS VOUS EN PARLER et sans vous donner un temps de relecture est-il un éditeur? Je ne pensais pas que c’était possible. Pourtant un éditeur après avoir signé un contrat avec vous peut le faire en Bretagne. Heureusement on a le droit de ne pas être d’accord, mais après c’est coton…

Laissez votre réponse