✅ Halloween pour certains, et de plus en plus Samhain celtique pour d’autres

✅ Halloween pour certains, et de plus en plus Samhain celtique pour d’autres

Halloween, adaptation américaine de la très celtique Samhain.

Halloween nous vient d’Amérique du nord. Cette fête païenne devenue folklorique et commerciale se déroule le 31 Octobre. C’est à dire la veille du 1er Novembre, par ailleurs fête religieuse de la Toussaint pour les chrétiens.

Les origines …

On doit remonter chez les Celtes d’outre Channel pour retrouver les vraies origines de Halloween. En effet, en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles, le nouvel an celtique se déroule le 31 Octobre, sous le nom de Samhain. On est alors entre l’équinoxe d’automne du 21 Septembre et le solstice d’hiver du 21 Décembre. Cette célébration majeure dans le calendrier celtique se nomme dans les langues celtiques. Dont les langues celtiques gaéliques : Oíche Shamhna en gaélique irlandais, Oidhche Shamhna en gaélique écossais, et Oie Houney en manx. C’est le pape Grégoire III (731-741) qui déplacera la fête chrétienne de la Toussaint au 1er Novembre, pour christianiser la trop païenne Samhain.

Halloween traverse l’Atlantique … puis revient en Europe.

Halloween quittera les pays celtes du nord pour l’Amérique, du nord elle aussi, durant les famines irlandaises des années 1845 à 1851. Affamées par le pouvoir central anglais, des milliers d’Irlandais et d’Écossais fuient leurs pays pour gagner l’outre Atlantique en y espérant une vie meilleure. A partir des années 1920, Halloween se développe, et re-traversera bientôt la grande flaque d’eau séparant les deux continents.

La fameuse Jack-o’-lantern traditionnellement en rutabaga ou navet, se transformera alors dans la citrouille que nous connaissons aujourd’hui en Bretagne.

En brezhoneg/breton, Samhain est Kala-Goañv, la Fête de l’Hiver.

Étymologiquement Samhain est construit à partir de « sam » pour « été, la saison » et « haf » pour « fin » en brittonique. Halloween et Samhain marquent chez nous les Celtes, le début de l’hiver, la saison froide. C’est le véritable Nouvel An celtique.
Nous entrons alors dans les mois noirs. En effet, en brezhoneg Novembre se dit Miz Du, et Décembre Miz Kerzu. Respectivement « mois noir » et « mois aussi noir » en langue française.

Selon Tanguy Malmanche « cette fête s’accompagnait de rituels symboliques, comme celui de chasser les esprits en balayant la poussière accumulée le reste de l’année sur le seuil de la porte avec un balai de genêt. Ou de laisser une assiette supplémentaire à table pour les morts qui visiteraient leur famille« .

Ce 31 Octobre, en Bretagne et chez les Celtes du monde entier, ce soir, nous entrerons dans la Nouvelle Année …
Bloavezh mat d’an holl/Happy New Year

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

Lire aussi.

Samhain, début de l’année pour les Celtes

Kalan-Hañv ou le Rameau de Mai

Previous ✅ J'avais fait un rêve ... de Jean Michel Le Boulanger
Next ✅ Samhain, début de l'année pour les Celtes

Á propos de l'Auteur

NHU Bretagne
NHU Bretagne 346 posts

NHU Bretagne, plateforme collaborative francophone de promotion d'une Bretagne qui croit de plus en plus en elle pour se forger dès maintenant un avenir meilleur. #CroirePlusEnNous #FaireNousMemes #DeciderNousMemes Les articles en anglais pour dire notre Bretagne au reste du monde sont signés NHU Brittany.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Pas de statut particulier pour la Bretagne

« Pas de statut particulier pour la Bretagne » répondent obstinément aux Bretonnes et aux Bretons les pouvoirs, de droite, de gauche… … ou d’ailleurs, qui se succèdent à Paris depuis des

Bien aménager le territoire breton.

Toujours mieux aménager son territoire de vie est essentiel. Aménager un territoire, par qui et pour qui. Avant de commencer cette série de réponses aux questions sur les besoins de

Le narcisse de l’archipel des Glénan, e brezhoneg hepken.

L’emblème des Glénan, l’endémique narcisse Sable blanc et eau turquoise, soleil radieux et ciel azur. Nous ne sommes ni aux Seychelles, ni aux Maldives, ni même dans les Caraïbes, mais

2 Comments

  1. Belli Boni an Ti
    octobre 31, 11:28 Reply

    Cet article oublie qu’en Armorique et plus généralement dans les Gaules celtiques, on fêtait la même chose : la tri nox Samonios.
    Les bretons réalisaient de la même manière des têtes sanglantes en utilisant la betterave rouge ou le navet.
    Il faut arrêter de penser que nos traditions originelles sont différentes d’un côté ou de l’autre du rivage de la Mer des Bretons (Oceanus Brittanicus / Mor Breizh).

Laissez votre réponse