Appel à la mobilisation de Jean Michel LE BOULANGER

Appel à la mobilisation de Jean Michel LE BOULANGER

Pour les collégiens, pour les lycéens et pour le tildé.

Par Jean Michel LE BOULANGER.
Le Conseil régional de Bretagne a présenté au gouvernement un pré-projet de « Pacte girondin » issu des travaux menés par un groupe de travail interne à la Région que j’avais l’honneur de présider. Le Président de la République, dans son discours récent de Quimper, a affirmé sa volonté de signer un tel Pacte avec la Bretagne avant la fin de l’année.
Dont acte.
Parmi les très nombreuses propositions du groupe de travail. La reconnaissance du tilde. Puis le soutien à une ambitieuse stratégie de développement de l’enseignement et de la transmission des langues de Bretagne (via les trois filières). Également le développement de la présence des langues dans la vie publique… Enfin un soutien tout particulier aux écoles Diwan aujourd’hui si fortement pénalisées par la fin des «emplois aidés».

Voilà ce que le Président de la République répondait, le 21 juin, à Quimper :

« Je n’ignore pas que ce dynamisme, lorsqu’on parle de culture, est souvent aussi ancré dans un respect attentif à l’héritage breton. Et donc aux langues de Bretagne. Je ne crois pas que nous soyons encore au temps où la langue française était menacée par les langues régionales. J’ai eu d’ailleurs plusieurs fois l’occasion de dire que, sur ce sujet aussi, je souhaitais être pragmatique. Celles-ci, ces langues régionales, jouent désormais leur rôle dans un enracinement qui contribue à la force d’une région. C’est pourquoi je souhaite qu’à travers les différents réseaux d’éducation, nous puissions accompagner sa juste place. Qu’il s’agisse de l’école publique ou de l’école privée sous contrat ou des écoles Diwan. Chacun de ces réseaux doit être accompagné en trouvant les bonnes solutions, peut-être les réformes institutionnelles ou d’organisation qui permettront de pérenniser ces enseignements et nous serons là aussi présents au rendez-vous ».

Or, depuis quelques jours, et suite à ce discours, que voit-on ?

Des mauvaises nouvelles qui s’accumulent : le tildé vient de nouveau d’être refusé et l’épreuve de maths, rédigée en breton par des lycéens Diwan, ne sera pas corrigée…
Il est vraiment temps d’en finir avec des pratiques tellement ringardes qu’elles en sont totalement ridicules.
Plusieurs manifestations et conférences de presse sont organisées aujourd’hui et demain, en Bretagne, de Rennes à Carhaix.
Il est important que la mobilisation soit au rendez-vous !

Jean Michel LE BOULANGER, le 05 Juillet 2018.

Previous Bécassine : la censure n'est pas la solution ... Communication positive !
Next Je suis Bretonne et vous me connaissez tous : je m'appelle Mamie Nova ...

Á propos de l'Auteur

Jean Michel LE BOULANGER
Jean Michel LE BOULANGER 5 posts

Né en 1956 de Parents trégorrois. Docteur es-lettres et militant associatif. Président des Fêtes Maritimes de Douarnenez de 2000 à 2010. Puis Conseiller régional, et 1er Vice Président du Conseil régional Bretagne, en charge de la Culture et de la démocratie régionale, depuis Juin 2017. Également Auteur : Étre Breton ? Manifeste pour une France de la diversité,

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Ar brezhoneg a gan par Brezhoweb : le breton chante !

Ar brezhoneg a gan … Brezhoweb, la chaîne télé web en breton sort aujourd’hui même le premier épisode de sa toute nouvelle série : Ar brezhoneg a gan. Ce qui

Libérez les énergies citoyennes

Faire de Sein une île autonome en énergies renouvelables Au bout de la pointe du raz, l’île de Sein (Enez Sun) émerge à peine de l’eau. L’île se retrouve donc aux

Le chômage en Bretagne

L’emploi en Bretagne, ou le chômage en Bretagne ? Que ce soit en français ou en breton, le chômage est un malheur. Comme sur de nombreux autres sujets, l’Europe est

1 Comment

  1. All light long
    juillet 05, 19:07 Reply

    Merci pour cet article ! Le ringardise de notre dirigent actuel est effarant pour quelqu’un se faisant le chantre de la start-up nation. Quels autres moyens de pression avons nous, pour que les actes politiques soient au minimum cohérent avec le discours, si ce n’est à la hauteur des attentes de la majorité des bretons ?

Laissez votre réponse