Bilan démographique de la Bretagne

Bilan démographique de la Bretagne

Le bilan démographique est naturellement globalement positif pour la totalité du pays.

Mais des disparités très importantes apparaissent.
Au dernier recensement, la population bretonne est de 4 616 602 habitants très exactement. Les populations sont les plus importantes dans les deux départements de l’est. Plus de 50% pour ces seuls deux départements bretons.

La Bretagne a un taux de croissance de sa population dynamique - bilan

Population Bretagne par département_www.nhu.bzh

Mais qu’en est-il des naissances et des décès ?

Là aussi, existe cette grande disparité entre notre ouest et notre est.
Seuls l’Ile et Vilaine et la Loire Atlantique ont des soldes naturels positifs. Les trois départements plus occidentaux accusent tous des soldes naturels négatifs. On n’y fait plus assez de bébés d’une part. Et la population vieillissante augmente le taux de mortalité. Cette tendance de la chute du solde naturel de la population bretonne s’inscrit dans une tendance lourde et durable. En 2014 le solde naturel de la population d’Ile et Vilaine était de +4700 personnes. En 2015 il n’est plus que de +3700 personnes. Même dans l’est du pays cette tendance est visible.
En temps de paix, depuis environ deux siècles, c’est la première fois que la Bretagne est à ce point touchée.

Les raisons sont évidemment multiples.

Mais globalement elles ont toutes une même origine. La Bretagne est un territoire délaissé par le pouvoir central. Un des nombreux territoires que Paris a abandonné, depuis longtemps pour certains. Le nombril de l’Hexagone n’a d’yeux que pour lui-même.
La situation de l’emploi est plus difficile en Bretagne. Les jeunes couples s’exilent donc en plus grand nombre vers des bassins d’emplois plus dynamiques. Ce sont ces jeunes couples bretons qui font des bébés.
La population est vieillissante dans toute l’Europe. Et la Bretagne a, là aussi, une spécificité. Déjà, après guerre, nos jeunes de l’époque avaient pris la route de l’exil. Souvent pour les mêmes raisons. Maintenant retraités, et n’en pouvant plus de survivre dans des grands ensembles, ils reviennent au pays. Pour mieux vivre leur retraité certes, mais pour mourir sur leur terre aussi.

bilan

Naissances et décès en Bretagne, par département.

La Bretagne a la double peine.

Car le pouvoir central ne s’est jamais réellement préoccupé de ce qu’ils nomment avec une certaine condescendance « la province ». A fortiori si cette « province » est « périphérique ». La Bretagne a cette double peine. Vu de Paris. Et la politique actuelle continue à aller dans ce sens du délaissement des périphéries.
Pour quelles autres bonnes raisons la démographie serait-elle en si mauvais point en Bretagne ? Toutes les raisons que vous trouverez, toutes, ont peu ou prou ce centralisme effréné comme fondement.

Pour inverser cette tendance mortifère, il n’existe que deux solutions.

Ou le pouvoir central nous accorde, par le Haut, une décentralisation décisionnelle véritable et rapide. Mais nous attendons cela depuis des lustres et des lustres. Et ce centralisme d’un autre temps et en soins palliatifs ne cèdera pas un pouce de sa domination hégémonique.
Ou les Citoyennes et les Citoyens de Bretagne s’emparent, par le bas, de ces pouvoirs dont ils ont nécessairement besoin pour décider de leur avenir. Et surtout de l’avenir des futures générations de Bretons.

Il en est devenu une question de vie ou de mort.

Si vous pensez à une autre solution que ces deux-ci, n’hésitez surtout pas à nous en faire part.

Précédent En Bretagne, routes gratuites : ni Écotaxe en 2013, ni vignette en 2019
Suivant Alan STIVELL, nouvel album et interview exclusive NHU Bretagne

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 251 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Politikos … élus bretons, ces questions attendent des réponses !

Lettre ouverte aux élus bretons. Comme beaucoup de personnes attachées en Bretagne au respect de la Démocratie et de ses valeurs, je n’ai appris l’organisation du Festival du Film Politique

La grande vogue des prénoms régionaux.

Les prénoms régionaux. Le succès des Erwan, Petru et autres prénoms régionalistes traduit l’attachement des Français à la culture historique de leur territoire. Beaucoup d’entre vous, j’en suis certain, ont

Philippe Grosvalet hors la loi en toute impunité : est-ce possible ?

Être hors la loi et en même temps Président du conseil départemental de Loire Atlantique ? Hors la loi ? Dans une Démocratie cela ne serait évidemment pas possible. Mais

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire