Bretagne tiers mondisée

La Bretagne tiers-mondisée ?

de Yvon OLLIVIER

L’ambassadeur de Cuba en France se tient prêt à envoyer à Guingamp / Gwengamp des médecins cubains pour maintenir les soins hospitaliers.

Comment décrypter cette information ?

La France n’est plus capable de former des médecins pour subvenir à ses besoins, ou plutôt disons qu’elle a d’autres priorités.
A force de privilégier les dépenses de grandeur – armée, nucléaire, diplomatie, Jeux Olympiques, etc…-  l’État est condamné à faire des choix, surtout lorsque la croissance n’est pas au rendez-vous.
Ainsi la santé recule comme l’ensemble des services publics, mais encore pas partout. Paris et les métropoles résistent bien et ne connaissent pas de désert médical, postal, scolaire ou judiciaire.

Pour les territoires périphériques, et semi-ruraux, c’est la tiers-mondisation qui guette.
C’est bien comme cela qu’il nous faut interpréter le recours des Guingampais à Cuba, moyen intelligent pour mettre la pression sur l’État.
La France est devenue une personne malade, avec de gros besoins sociaux qu’elle ne peut plus assurer.
Seul l’endettement progressif maintient encore le malade en vie.

Et dans ce contexte, que faisons-nous en Bretagne ?

Pas grand-chose.
La région Bretagne administrative a remis un rapport pour plus d’autonomie à Madame la Première ministre Borne.
Mais dans quel esprit ?
Il a fallu retirer le Gwenn ha Du de la salle, à Saint-Malo / Sant Maloù, pour que Madame la Première Ministre puisse prendre la parole. Déjà la messe était dite. Celui qui consent à retirer son drapeau ne sera jamais crédible pour obtenir des droits ou des libertés.
Le rapport en lui-même n’est qu’une morne supplique et d’une ambiguïté rare. S’il finit par évoquer timidement un statut constitutionnel, c’est pour les calendes grecques.

Le pire !
En quarante pages, pas la moindre mention du « peuple breton ».
Nous avons regardé le document similaire remis par les Corses. La notion de « peuple corse » est reprise plus de soixante dix fois.

Bretagne tiers mondisée : faillite du « pouvoir » régional qui obéit au pouvoir central et se tait
Bretagne tiers mondisée : faillite du « pouvoir » régional qui obéit au pouvoir central et se tait


Que peut attendre celui qui remet une demande d’autonomie, la tête basse, en retirant son drapeau et sans jamais oser dire qu’il le fait au nom d’un peuple ?

On n’émancipe pas une « région » puisqu’elle n’est qu’une morne partie du tout.
C’est d’ailleurs pour cette raison que la langue bretonne est en fâcheuse posture. A quoi bon sauver « une langue régionale » et donc forcément inferieure ?  On ne sauve une langue que lorsqu’un peuple la prend en charge, et encore nous savons à quel point c’est difficile.

Les circonvolutions politiques d’usage ne sont d’aucune justification pour celui qui retire son drapeau.
Si nous pouvons voir dans la remise de ce rapport un acte symboliquement fort, le choix s’impose à nous.
Sommes-nous une « région » ou un « peuple » ?

Faut-il vraiment s’étonner si les Corses avancent tandis que les Bretons restent soumis à tous les vents de l’histoire.

Nous connaissions les cités-Etats qui ont prospéré sur l’accaparement des chasseurs cueilleurs il y a quatre mille ans. Avec Paris, nous avons le premier Etat-cité qui subordonne l’ensemble des préoccupations au rayonnement de la capitale.

C’est là le principal clivage au sein duquel nous devons nous inscrire. Ne perdons plus notre temps avec les clivages franco-français qui finiront par tout emporter.

Notre destinée sera-t-elle de demeurer toujours cette région variable d’ajustement de toutes les politiques publiques, ou le peuple surgira t-il des ruines d’une région soumise et tiermondisée ?

Bretagne calomniée
Bretagne tiers-mondisée : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » – Étienne de la Boëtie, Discours de la servitude

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.