Bretagne Magazine, le Paris Match breton

Bretagne Magazine, le Paris Match breton

De 1965 à 1968 l’aventure de BRETAGNE MAGAZINE.

De novembre 1965 à avril 1968 a existé dans les cinq départements bretons un magazine pensé comme le Paris Match breton et appelé Bretagne Magazine. Une grande première dans le paysage médiatique breton. Paysage plus que jamais dominé par les quotidiens Ouest France, Le Télégramme et Presse Océan. Il survivra deux ans et six mois, sabordé pour cause de « régionalisme ». Par l’homme politique qui l’avait créé, juste avant que n’éclatent les événements de Mai ’68 en Europe…
Bretagne Magazine (64 pages) publie son premier numéro en novembre 1965. Il est tiré à 37.000 exemplaires, distribué par les NMPP, dont 20.000 vendus au prix de 2 francs l’unité (3 euros constants). Pour son créateur, le gaulliste de Dinard Yvon BOURGES, 43 ans, secrétaire d’Etat à la recherche scientifique, l’ambition est en fait d’installer un « Paris Match breton ». Aussi pour ravir le leadership politique breton au centriste René PLEVEN. Son directeur de cabinet, Jean BOTHOREL, 25 ans, en devient son rédacteur en chef. Mais les ventes se stabilisent autour de treize mille exemplaires, insuffisantes pour équilibrer les comptes.

Yvon BOURGES est nommé secrétaire d’Etat à l’information après la réélection du général de GAULLE à la présidence de la République française, le 19 décembre 1965. Il cède alors le magazine en mars 1966 à l’imprimeur vendéen Chaix-Desfossés-Néogravure, basée à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis, France). Mais tout en conservant un droit de regard sur les orientations de la publication. Le magazine ne peut s’écarter d’un conformisme tranquille et folklorisant, bien que bénéficiant de quelques articles de fond sur la vie économique et sociale. Ses « plumes » sont alors notamment François-Henri de VIRIEU, Herry CAOUISSIN et un certain Xavier GRALL.

magazine

Bretagne Magazine de Novembre 1967

Du folklore à la révolte de la société bretonne …

Au fil des numéros, le ton se fait plus engagé. Sur fond de marée noire du Torrey Canyon, du « Vive le Québec libre ! » du général de Gaulle. Également de l’action du Comité d’Etude et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB) et du combat d’ Alexis GOURVENNEC pour défendre et organiser l’économie bretonne (plan routier breton, automatisation intégrale des télécoms, etc.). Sans oublier le « BZH » réprimé à l’arrière des voitures ! Tout en étant basé à Paris, Xavier GRALL et Jean BOTHOREL s’attachent par leurs écrits à différencier de plus en plus la Bretagne de la France.
L’Emsav dédaigne de moins en moins Bretagne Magazine. Et au printemps 1967, les ventes se redressent. Alan STIVELL n’est pas encore connu. Bretagne Magazine en parle déjà au futur. Suite aux manifestations paysannes qui ébranlent toute la Bretagne le 2 octobre 1967 (200 blessés à Quimper), la une de Bretagne Magazine de Novembre 1967 est barrée du titre « Les paysans après l’émeute ». Voilà, Jean BOTHOREL vient de rompre avec la ligne éditoriale fixée par Yvon BOURGES. Mais la direction de Chaix-Desfossés-Néogravure ne bronche pas. Car les ventes venaient de dépasser les quinze mille exemplaires en Septembre, alors que le « Problème du mois » du magazine était « Rennes, Nantes : rivales ou complémentaires ? ».

Pour prouver son indépendance, Bretagne Magazine publie en décembre 1967 un entretien avec Michel PHLIPONNEAU, intitulé « Le problème breton et la gauche ». PHLIPONNEAU était l’expert le plus influent du CELIB et le « père » de la « loi-programme pour la Bretagne », enterrée en 1963 par le gouvernement Pompidou. Il démissionnera à la suite de cet échec et se tournera vers la gauche.

magazine

Le numéro de Décembre 1967 de Bretagne Magazine

… Qui dérange les politiques bretons.

Puis le lendemain de la parution de ce 25e numéro, la direction de Chaix-Desfossés-Néogravure reçoit une lettre furieuse du gaulliste Yvon BOURGES : « J’avais conçu Bretagne Magazine dans un style très ouvert, ne parlant guère de politique, s’attachant essentiellement à montrer ce qui est la réalité de la Bretagne et à exalter l’esprit d’entreprise à travers les initiatives de toutes sortes. […] on s’aperçoit [aujourd’hui] qu’il s’agit essentiellement, pour ne pas dire exclusivement, d’en faire une tribune anti-gouvernementale et en même temps, bien que cela soit moins affirmé, anti-française… »
Mais Chaix-Desfossés-Néogravure ne s’incline pas. En outre, Pierre MAYEUX, administrateur et autorité morale de Bretagne Magazine explique. « Il ne s’agit nullement de « faire de la politique », mais seulement de ne pas avoir peur de parler « de la politique » qui est faite ou dite. La presse la plus libre, voire gouvernementale, ne craint pas d’exposer les thèses les plus diverses. Et cela nous paraît être la meilleure voie pour toucher un public plus nombreux […].Quant à Michel PHLIPONNEAU, Raymond MARCELLIN s’est déclaré « enchanté » de répondre dans notre prochain numéro. »

Donc Bretagne Magazine continue. Puis en Janvier 1968, la couverture est améliorée. Enfin, le graphisme du titre même est rendu plus lisible est moins agressif. L’interview avec Raymond MARCELLIN cohabite avec un face-à-face entre François BRIGNEAU de Minute et Morvan LEBESQUE du Canard Enchaîné. Un morceau d’anthologie qui vaut à Bretagne Magazine un coup de chapeau dans Le Monde. Les ventes grimpent à dix huit exemplaires. Jean BOTHOREL commande alors pour le numéro de Février 1968. Une enquête sur la permanence des forces autonomistes en Bretagne, suite à la reprise d’attentats à l’explosif. Car ces actions « d’excités« , comme l’écrit la presse parisienne, se déroulent dans une situation économique et sociale calamiteuse en Bretagne.

magazine

Bretagne Magazine, l’original. Couverture du numéro de Février 1968.

Vers une nouvelle dimension de l’identité bretonne.

Dans cette atmosphère lourde d’incertitude, Jean BOTHOREL rédige son éditorial du Bretagne Magazine de mars 1968. L’intitulant « Nouvelle jacquerie ? » et le terminant par ses mots : « La Bretagne bouge« . Adage favori des dernières années pour exprimer notre expansion, retrouve une troublante actualité. Aujourd’hui, c’est une Bretagne en sursis qui se prépare à « bouger » dans la révolte ». Un bandeau « La province contre Paris » barre même la une du magazine.

C’en est trop pour Yvon BOURGES.
Soutenu cette fois par René PLEVEN et d’autres notables, qui demande le départ de Jean BOTHOREL. Puis, cédant finalement aux pressions, Chaix-Desfossés-Néogravure, qui n’a aucune raison légitime de soutenir la cause bretonne, préfère mettre fin à l’aventure de Bretagne Magazine. Car « Nous avons, avec ces politiciens, assez d’emmerdements comme ça ! » lance l’administrateur Pierre MAYEUX à Jean BOTHOREL en guise d’adieu. Et sans lui cacher sa tristesse.
Enfin, un ultime numéro, le 29e, déjà en fabrication, paraît en Avril 1968. Avec une couverture qui claque au vent : « Un député breton attaque« . Il s’agit de Edouard OLLIVRO, député-maire de Guingamp, élu aux législatives de Mars 1967. Et que Jean BOTHOREL présente comme « un fervent régionaliste sans craindre les écueils que réservent en Bretagne de telles prises de position […]. On peut considérer qu’il est, à l’Assemblée nationale [française], le premier élu « régionaliste », bien qu’appartenant au groupe Progrès et démocratie moderne. »

Au moment de sa disparition, Bretagne Magazine fut défini comme un journal régionaliste. En effet, c’est ainsi qu’il fut perçu « Comme mourait Bretagne Magazine« , écrira plus tard Jean BOTHOREL, « et que démarraient les événements de Mai 68, j’étais dans cet état d’esprit, de plus en plus séduit par la dimension « nationale » de l’identité bretonne. »

magazine

‘Un député breton attaque ». Titre de Bretagne Magazine en Avril 1968.

 

Contenu exclusif NHU Bretagne. Reproduction interdite en l’état, même partielle, sur tout autre site internet, des contenus textes et images. Par contre vous pouvez partagez le lien ou nous écrire à redaction@nhu.bzh pour en parler.
Vous appréciez ce contenu, commentez en bas de cette page; et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via ces icônes couleurs.

Précédent Tamm Kreiz lance CanalBreizh, la webradio dédiée à la musique bretonne.
Suivant Un coming out un peu particulier des jeunes Breton(ne)s.

A propos de l'auteur

Fañch GAUME
Fañch GAUME 3 articles

Mon quotidien est le management du sport. La Bretagne l'est tout autant, pour son histoire, son économie, ses relations internationales et tout ce qui la caractérise, d'hier, d'aujourd'hui et de demain, avec ses neuf Broioù / cinq départements et son potential national au coeur des autres nations celtes. Avec "Bretagne est Univers", Saint-Pol-Roux nous a tracé un chemin sans limite. Que la Bretagne s'affirme et rayonne : Put Brittany On The Map / Exportons la Bretagne !

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Moratoire annoncé : rentrez dans vos chaumières …

Le mot moratoire va devenir le mot le plus écrit dans ces prochaines heures. Du latin « moratorius » signifiant « délai » ou « retard ». Donc « suspension pour une durée de six mois » des

La Bretagne, leader européen du bien-manger, ou du mieux-manger ?

Le bien-manger : c’est la campagne que lance la Région Bretagne. Faire de la Bretagne (c’est à dire la Région Bretagne et la Loire Atlantique) le leader européen du bien-manger.

Le Saumon atlantique est comme nous … il aime la Bretagne !

Si la présence du Saumon atlantique est une aubaine pour les pêcheurs, elle l’est aussi pour les scientifiques. Également pour les amoureux de la nature bretonne, une immense fierté. Après une,

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire