conlie

Conlie : commémoration pour certains, « festivités » pour d’autres.

de Alan CORAUD
Publié le Dernière mise à jour le

A Conlie, la commémoration sera une version française

Les 150 ans de la Guerre de 1870 et du camp des Bretons.
Ces Samedi 18 et Dimanche 19 Septembre 2021 deux journées sont organisées à Conlie. Non pas le Camp de Conlie et l’organisation étatique de la mort de milliers de soldats bretons, mais les 150 ans de la guerre de 1870.
Avec un an de retard pour cause de pandémie.

Le Camp de Conlie est situé dans la région du Mans.

Il est l’un des onze camps établis par le gouvernement républicain de Gambetta lors de la guerre de 1870 afin de préparer une contre-offensive contre l’occupant. Car les Prussiens sont désormais aux portes d’Orléans.

Ces camps serviront à rassembler les armées d’enrôlés de force. Dont celui de Conlie qui est destiné à l’Armée de Bretagne. Cette Armée de Bretagne est forte d’environ 60 000 hommes des cinq départements de Bretagne.
En quelques semaines, l’État français contraint les forces vives de la Bretagne à marcher hors de Bretagne, en plein hiver, jusqu’au camp de Conlie. C’est le général breton Comte de Keratry qui est nommé à la tête de cette Armée de Bretagne.

Conlie : commémoration pour certains, "festivités" pour d'autres.

Gambetta ce personnage politique français a sur les mains le sang d’au moins dix mille jeunes Bretons. On débaptise des rues et on déboulonne des statuts pour moins que ça …

Mais voilà, Gambetta prend peur.

Car rassembler et armer des dizaines de milliers de Bretons sous le commandement d’un général … breton l’inquiète tout à coup.
Alors Gambetta opte pour laisser mourir cette armée bretonne.

Extrait d’un témoignage de Gaston Tissandier (né le 21 novembre 1843 à Paris où il est mort le 30 août 1899, scientifique et aérostier français).

« Est-ce bien un camp ? C’est plutôt un vaste marécage, une plaine liquéfiée, un lac de boue. Tout ce qu’on a pu dire sur ce camp trop célèbre est au-dessous de la vérité. On y enfonce jusqu’aux genoux dans une pâte molle et humide. Les malheureux mobiles se sont pourvus de sabots et pataugent dans la boue où ils pourraient certainement faire des parties de canots. Ils sont là quarante mille nous dit-on. Et tous les jours, on enlève 500 ou 600 malades. Quand il pleut trop fort, on retrouve dans les bas-fonds des baraquements submergés. Il y a eu ces jours derniers quelques soldats engloutis, noyés dans leur lit pendant un orage »

Les Bretons surnomment ce camp de la mort et de l’horreur Kerfank.

Kerfank, qui signifie « Ville de boue » en langue française.

Après deux mois de privations et d’humiliations, environ 6500 Bretons affaiblis et peu armés -4000 vieilles pétoires selon les témoignages- sont envoyés à la boucherie dans la lugubre et froide nuit du 11 au 12 Janvier 1871.
La vingtième division prussienne bien équipée du Général Von Krautz-Koschlau en massacrera six mille.
En les envoyant en première ligne le commandement français savait pertinemment qu’il allait sacrifier six mille Bretons … pour rien.

Car Le Mans sera occupé par les Prussiens le lendemain.

L’armée de la Loire quant à elle concentre tous les efforts de Gambetta. Cette armée est créée à partir de troupes rappelées d’Algérie. Ainsi que de soldats des dépôts et des réserves (régiments de marche) qui forment le quinzième corps d’armée sous la direction du général de la Motte-Rouge. Soit soixante dix mille hommes équipés comme il se doit, armés de fusils de dernière génération, soutenus par cent cinquante canons.
Habitués à combattre en Algérie, cette armée aguerrie n’hésitera pas à tuer ces maudits Bretons qui essaient de rentrer chez eux en fuyant ce camp de Conlie où l’État les laisse mourir.

Voilà pour le résumé de cette page d’histoire.

Aurons-nous droit à cette information lors de ces deux journées des 18 et 19 Septembre ?
Financées par les régions administratives « Bretagne » et Pays de Loire, les organisateurs -principalement la ville de Le Mans- n’ont pas contacté les associations bretonnes.
Le Conseil Régional de Rennes n’a pas non plus partagé l’information.
L’ICB – Institut Culturel de Bretagne n’a pas été invité à participer.

Encore moins Koun Breizh / Souvenir Breton qui depuis 1954 fait vivre la culture et l’histoire bretonnes, particulièrement étouffées par les réseaux officiels.
Il va sans dire que les organisations culturelles et historiques en Bretagne avaient toute légitimité pour que cet évènement des 150 ans de Conlie soit organisé par elles.

Vous pouvez consulter ici le programme officiel.

La dimension bretonne risque d’être folklorisée et noyée dans une problématique Prusse-France. Vous remarquerez le terme « festivités » en fin de document …
C’est pourquoi si vous pouvez être présents durant ces deux jours, il serait intéressant que des compatriotes amènent l’information savamment étouffée depuis … 150 ans.

#HistoireDeBretagne
#RacontonsNotreHistoireNousMemes

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.