Coronavirus en Bretagne : où sont nos lits d’hôpitaux ?

Coronavirus en Bretagne : où sont nos lits d’hôpitaux ?

Depuis quinze ans, l’état central ferme des lits d’hôpitaux.

Des lits d’hôpitaux et en particulier des lits en soins intensifs. En quinze ans, près de soixante dix mille lits ont été supprimé dans l’Hexagone.
Pourquoi ? La raison en est malheureusement très simple. Réduire toujours plus la dépense publique pour répondre à des critères dictées de Bruxelles. La finance de quelques-uns avant la santé de tous.
La bourse ou la vie ? Ou devrais-je dire : votre bourse ou notre vie ?

Ainsi, en termes de lits hospitaliers de soins intensifs, l’Hexagone n’arrive qu’en dix-neuvième position sur les trente cinq de l’OCDE de ce classement. Dix-neuvième sur trente cinq pour la septième puissance économique du monde !

Cette gestion calamiteuse de l’état central pour la santé des Citoyen(ne)s amplifie la catastrophe sanitaire du Covid-19 en cours.
Donc en 2018, nous ne disposons ici que de 3,1 lits de soins intensifs pour mille habitants. Soit quelques deux cent mille lits pour les soixante sept millions d’habitants que compte l’Hexagone.

lits_hopitaux

En 15 ans, l’état central a supprimé 70000 lits d’hôpitaux dans tout l’Hexagone

Pourquoi certains pays résistent mieux au Covid-19 ?

Une des raisons est que ces pays disposent d’un nombre de lits en soins intensifs bien plus important qu’ici.
Le japon et la Corée du Sud en affichent respectivement 7,8 et 7,1. L’Allemagne fédérale en a six, le double de son voisin. Il faut noter que la gestion de la santé en Allemagne est en grande partie gérée par les Lander disposant d’une large autonomie de gestion. Contrairement à l’Hexagone où tout doit être décidé à Paris. Ce centralisme exacerbé démontre toute sa nuisance surtout dans les situations de catastrophes.

lits_hopitaux

Nombre de lits en soins intensifs pour mille habitants – Source OCDE

Lits d’hôpitaux : les « petits » pays européens font mieux !

Dans l’Union Européenne, huit pays font mieux en nombre de lits de soins intensifs. D’une part, on remarque que ce sont des pays récents de l’est de l’Europe. D’autre part, qu’il s’agit de « petits » pays dont beaucoup ont des populations inférieures à celle de la Bretagne. Pour rappel, la population de la Bretagne est de 4,8 millions habitants.
Ainsi donc, sont devant, la Lituanie (2,8 millions habitants et 5,5 lits pour mille), Slovaquie (5,5 millions et 4,9 lits) et Pologne (38 millions et 4,8 lits). Puis la Hongrie (9,8 millions et 4,3 lits), la Slovénie (2,1 millions et 4,2 lits) et la République Tchèque (10,6 millions et 4,1 lits). Enfin, l’Estonie (1,3 million et 3,5 lits) et la Lettonie (1,9 million et 3,3 lits).

Ces crises, dont la sanitaire, dans lesquelles nous entrons, nous démontrent, une fois encore, que l’avenir n’est plus dans les grands ensembles centralisés devenus trop lourds et ingérables, mais dans des ensembles plus naturels et plus réactifs.

Situation le 20 Mars 2020.

Nombre de cas de Covid-19 détectés dans l’Hexagone : 9000
Pour l’Allemagne : 13000.
Nombre de morts : 243 dans l’Hexagone et 31 en Allemagne.
Rappel du nombre de lits de soins intensifs  : 6 pour mille habitants en Allemagne et 3,1 dans l’Hexagone.

Sous-équipement médical de la Bretagne.

Je n’ai pas su trouver de données sur le nombre de lits d’hôpitaux en soins intensifs en Bretagne.  Je pars donc d’un constat sur lequel j’établis une vraisemblable hypothèse : regardez le tableau ci-dessous. Il s’agit des effectifs et densités dans dix-huit spécialités de médecine libérale en RAB région Bretagne administrative (donc hors Loire Atlantique).
Pour une seule de ces spécialités, la densité est identique en RAB que dans le reste de l’Hexagone. Pour les dix-sept autres (94,5%), les densités de médecins spécialistes libéraux sont inférieures. Souvent très inférieures.
De ce constat accablant, je me demande si la situation n’est finalement pas identique en termes de nombre de lits de soins intensifs.
Bien entendu, si on m’apporte des données récentes à ce sujet, je demanderai à les intégrer à cet article.

lits_hopitaux_Bretagne

Effectifs et densités dans dix-huit spécialités de médecine libérale en RAB région administrative bretonne (donc hors Loire Atlantique)

 

 

✅ Pour aider NHU Bretagne ✅
c’est là, sur Tipeee

ena, probité, cartes, heureux, république

Small is great ! Petit c’est grand !

#CroirePlusEnNous
#DeciderNousMemes

Lire aussi :

Coronavirus en Bretagne : le scénario du pire …

Coronavirus et autres épidémies en Bretagne

Face au coronavirus, la Bretagne ferme toutes ses frontières.

Previous Patrick LE LAY, un Breton au service de son pays.
Next VigiBretagne/EvezhBreizh n°30 : lettre d'informations Mars 2020.

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 316 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

L’état central veut considérer le breton langue étrangère en Bretagne.

Le breton langue étrangère en Bretagne ? De quoi s’agit-il précisément ? De la volonté de l’état central de mettre en concurrence notre langue originelle, le breton, et une langue

L’Amoco Cadiz empoisonnait la Bretagne il y a 40 ans.

Il y a quarante ans, l’Amoco Cadiz … Le 16 Mars 1978, l’Amoco Cadiz venait s’échouer sur la côte nord de la Bretagne, à Portsall dans le Bro Leon. Malgré

La dictature capitaliste hypothèque l’avenir de l’Humanité.

Je suis assez atterré des réactions que je lis ici ou là sur les Gilets jaunes. Il me semble que la plupart de ceux qui s’insurgent contre ce mouvement n’ont

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse