Ma lettre ouverte à Thibault COUDROY à propos de nos langues.

Ma lettre ouverte à Thibault COUDROY à propos de nos langues.

à Monsieur Thibault COUDROY

Chargé d’études et de communication au Conseil français d’évaluation du système scolaire

Monsieur,
Dans la presse, je note l’interrogation du Conseil d’évaluation du système scolaire concernant l’amélioration de l’apprentissage des langues vivantes étrangères des élèves français.
Or, vous le savez mieux que quiconque, plus un enfant a la possibilité de parler plusieurs langues dès son plus jeune âge, plus il est capable de s’ouvrir à de nouvelles langues.
Les linguistes le confirment. Et l’expérience le prouve. Notamment dans d’autres pays européens.
Or, la France, pour des raisons historiques, impose le français comme langue unique.

Et nos langues originelles ?

Nous avons dans notre pays, la chance d’avoir, en plus du français, des langues différentes. Dont le breton, le basque, l’alsacien et le corse.
Pourquoi ne pas permettre aux enfants concernés de bénéficier de cette chance ? D’ailleurs comme le rappelle le linguiste Claude HAGEGE dans son livre « L’Enfant aux deux langues » ?

Je suis convaincue que si l’Éducation Nationale sortait, en ce qui concerne l’enseignement des langues, de cette rigidité d’un autre temps, vous n’auriez pas à vous poser la question que vous vous posez aujourd’hui.

En Bretagne, nous serions très heureux que l’enseignement du breton soit intégré au système scolaire. Dès l’école élémentaire. Voire la maternelle en vue d’une efficacité assurée d’une ouverture des nos enfants à d’autres langues.
Quant aux élèves français qui n’ont pas cette chance sur le reste du territoire, ils pourraient être initiés à une langue étrangère dans les mêmes conditions.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce message.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées,

Précédent Festival Interceltique de Lorient

A propos de l'auteur

Danièle NOVELLO-FLOC'HLAY
Danièle NOVELLO-FLOC'HLAY 2 articles

Licenciée de philosophie de la Faculté des Lettres de Rennes, j'ai travaillé dans la presse.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

Devenez Rédacteur/Rédactrice à NHU Bretagne

Tout le monde peut devenir Rédacteur / Rédactrice On a tous, un peu, beaucoup, passionnément, envie et besoin de raconter sa Bretagne. Alors, venez librement le dire, l’écrire, dans les

Fusion de communes et disparition de noms bretons.

De nombreux projets de fusion de communes ont vu le jour au cours de la dernière année. Trente six communes nouvelles ont été créé le 1er janvier 2018. Elles regroupent

Météo bretonne : pluie ou entrées maritimes

Pluie en Bretagne Coup de gueule de NHU, le premier de 2016 … Pourquoi les présentateurs et tatrices des bulletins météo se sentent-ils presque toujours obligés de parler de « pluie »

1 commentaire

  1. Tiern e pep Amzer
    avril 29, 13:30 Répondre
    Ul lizher dreist hag hegarat. N'eo ket estonus hag ar skolidi Bro C'hall a zo nul evit komz ur yezh estreget eus ar galleg. An doare deskadurezh gall a zo divalo. 'pad ar c'houlz-se ar boblansoù "bihan" en Europa a-bezh a gomz evel dleet saozneg , alemaneg ha me oar. (Bro Holland , Skandinavia a-bezh , Hungaria da skouer.) Hag e vo roet respont gant an aotroù Thibault COUDROY se ? Droet ' zo da sonj ne vo ket.

Laissez un commentaire