thibault-coudroy

Ma lettre ouverte à Thibault COUDROY à propos de nos langues.

Publié le Dernière mise à jour le

à Monsieur Thibault COUDROY

Chargé d’études et de communication au Conseil français d’évaluation du système scolaire

Monsieur,
Dans la presse, je note l’interrogation du Conseil d’évaluation du système scolaire concernant l’amélioration de l’apprentissage des langues vivantes étrangères des élèves français.

Or, vous le savez mieux que quiconque, plus un enfant a la possibilité de parler plusieurs langues dès son plus jeune âge, plus il est capable de s’ouvrir à de nouvelles langues.

Les linguistes le confirment. Et l’expérience le prouve. Notamment dans d’autres pays européens.
Or, la France, pour des raisons historiques, impose le français comme langue unique.

Et nos langues originelles ?

Nous avons dans notre pays, la chance d’avoir, en plus du français, des langues différentes. Dont le breton, le basque, l’alsacien et le corse.
Pourquoi ne pas permettre aux enfants concernés de bénéficier de cette chance ? D’ailleurs comme le rappelle le linguiste Claude HAGEGE dans son livre « L’Enfant aux deux langues » ?

Je suis convaincue que si l’Éducation Nationale sortait, en ce qui concerne l’enseignement des langues, de cette rigidité d’un autre temps, vous n’auriez pas à vous poser la question que vous vous posez aujourd’hui.

En Bretagne, nous serions très heureux que l’enseignement du breton soit intégré au système scolaire. Dès l’école élémentaire. Voire la maternelle en vue d’une efficacité assurée d’une ouverture des nos enfants à d’autres langues.
Quant aux élèves français qui n’ont pas cette chance sur le reste du territoire, ils pourraient être initiés à une langue étrangère dans les mêmes conditions.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce message.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées,

Soutenez votre média breton !

Nous sommes indépendants, également grâce à vos dons.

A lire également

1 commentaire

Tiern e pep Amzer 29 avril 2019 - 13h30

Ul lizher dreist hag hegarat. N’eo ket estonus hag ar skolidi Bro C’hall a zo nul evit komz ur yezh estreget eus ar galleg. An doare deskadurezh gall a zo divalo. ‘pad ar c’houlz-se ar boblansoù « bihan » en Europa a-bezh a gomz evel dleet saozneg , alemaneg ha me oar. (Bro Holland , Skandinavia a-bezh , Hungaria da skouer.)
Hag e vo roet respont gant an aotroù Thibault COUDROY se ? Droet ‘ zo da sonj ne vo ket.

Répondre

Une question ? Un commentaire ?

Recevez chaque mois toute l’actu bretonne !

Toute l’actu indépendante et citoyenne de la Bretagne directement dans votre boîte e-mail.

… et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Notre mission

NHU veut faire savoir à toutes et tous – en Bretagne, en Europe, et dans le reste du monde – que la Bretagne est forte, belle, puissante, active, inventive, positive, sportive, musicienne…  différente mais tellement ouverte sur le monde et aux autres.

Participez

Comment ? en devenant rédacteur ou rédactrice pour le site.
 
NHU Bretagne est une plateforme participative. Elle est donc la vôtre.