✅ En Bretagne le “Plan Marshall des langues” s’est dégonflé

✅ En Bretagne le “Plan Marshall des langues” s’est dégonflé

Plan Marshall des langues : « Tout ça pour ça !»

Nous commençons à mieux saisir le sort donné à notre « plan Marshall pour les langues de Bretagne », ce programme politique et culturel ambitieux porté par la liste « Bretagne ma vie » et figurant au cœur des politiques linguistiques selon l’accord électoral Chesnais-Girard/Cueff.
Il n’y avait pas grand espoir de le voir mis en œuvre tant il opère une rupture totale avec les politiques actuellement menées.
Côté positif, une augmentation du budget consacré aux langues, mais avec 16% seulement en plus, contre le triplement de ce budget que nous proposions. Avec ce plan, au moins aurons-nous réussi à mettre la question des langues de Bretagne au cœur des dernières élections régionales.
Mais pouvons-nous être fiers que tout le travail accompli se résume à une augmentation aussi faible de l’ordre d’un million d’euro lorsque l’on sait que l’on part de tellement bas (7 millions d’euros), et que les Gallois y consacrent 167 millions de livres (196 millions d’euros) ?

C’est déjà ça, nous dira t-on.

Mais l’essence même du Plan Marshall était d’opérer une véritable rupture avec les politiques actuelles, concernant nos langues et l’autonomie de la Bretagne.
Je trouve donc choquant d’entendre les élus de la liste Bretagne ma vie évoquer leur Plan Marshall comme s’il était mis en œuvre sans sourciller par Loïg Chesnais-Girard, alors que la politique que poursuit ce dernier en constitue la négation même. Que ceux qui en douteraient consultent seulement le plan Marshall ! Je ne regrette pas d’avoir quitté le navire dans l’entre deux tours comme une grande partie des co-listiers mis devant le fait accompli.
Il s’agit là d’une forme de duplicité permanente, de malhonnêteté intellectuelle et même politique, car je persiste à croire en l’honnêteté en politique.

Convention spécifique des langues en Bretagne. Budget Région Bretagne administrative 2022 et engagements pour 2022-2027 : Loïg Chesnais-Girard, encore des promesses soporifiques ?

Cette duplicité éloigne chaque jour davantage nos concitoyens de la politique et de la démocratie.

Au moins, Loïg Chesnais-Girard, dans son discours d’ouverture de la présente session budgétaire a eu la décence de ne pas en parler, du plan Marshall.
Nous avons déjà dit ce que nous pensions de la Convention spécifique sur les langues dans une tribune récente du télégramme, co-signée avec Yannig Baron.
La région Bretagne administrative va poursuivre une politique linguistique en échec depuis plusieurs années. Dans six ans, et malgré l’affichage d’un objectif de 30 000 élèves, nous n’aurons pas vraiment progressé puisque l’État central n’a pris aucun engagement précis et chiffré quant à la formation des enseignants qui sont déjà en poste, à l’image de ce qui se fait en Corse. La situation pourrait même empirer.

Prenons rendez-vous dans cinq ans !

Lorsqu’une politique publique est en échec, il faut trouver le courage de l’affronter, de l’évaluer par un tiers extérieur et d’expérimenter autre chose, comme ici le plurilinguisme. Loïg Chesnais-Girard n’a pas ce courage-là.
Le plus important sans doute : la volonté d’émancipation bretonne. Loïg Chesnais-Girard évoque à demi-mot dans son discours d’ouverture la nécessité d’une réforme constitutionnelle.

Mais que fait-il pour que les choses changent ?

Rien ! Il ne s’agit pas d’attendre que l’État central accepte de partager sa souveraineté, c’est à la Bretagne de tracer son chemin vers l’autonomisation progressive.
Dans le Plan Marshall des langues figurait la méthode pour y parvenir : dessiner le statut particulier pour la Bretagne. Puis le faire voter solennellement par la collectivité territoriale, le promouvoir auprès du peuple bien sûr dans le cadre d’un débat démocratique et ensuite le proposer à l’État dans un rapport de pression politique passant éventuellement par une consultation populaire.
Chesnais-Girard s’est réservé la compétence en matière institutionnelle, c’est à lui qu’il revient d’agir en remettant sur pied un groupe de travail capable de concevoir ce nouveau statut.

Régionalisme de pacotille…

Mais je doute fort qu’il le fasse, puisqu’avec lui, nous sommes sur le versant d’un « régionalisme » de pacotille, sans réelle volonté d’émancipation.
Le contexte politique le renforce, hélas. Les « régionalistes » qui ont rejoint sa majorité, Christian Troadec et Paul Molac, loin de pousser à l’émancipation sont devenus des forces légitimantes de l’inaction et de ce « régionalisme » de pacotille qui nous donne l’illusion d’exister mais qui assure notre disparition progressive en tant que peuple.
Pour ma part, je me refuse à me contenter des « nous n’avons pas assez d’argent, nous savez, le rectorat ne veut pas… » auxquels même une grande partie du mouvement culturel semble se résigner désormais.
Il existe toujours une place pour la volonté politique, lorsque l’on veut encore exister.

Lire aussi :

✅ La Région Bretagne administrative condamne à mort le breton

“Modernité” des langues : oui pour le gallois et non pour le breton ?

✅ La trop molle présidence de la Région Bretagne.

✅ Pour sauver le breton de la disparition, une seule solution, une seule !

Previous ✅ Bretagne colonie, chapitre 2 : Intégration ou sécession, par Alan Le Cloarec
Next ✅ Fête Nationale du Pays de Galles ce 1er Mars

Á propos de l'Auteur

Yvon OLLIVIER
Yvon OLLIVIER 39 posts

Je suis Juriste et Porte parole de la Coordination des Juristes de Bretagne. Également Auteur des essais "La désunion française " aux Éditions L'Harmattan en 2012, et de "La France comme si" aux Éditions Le Temps en 2015. Et Auteur des romans "Lom ar geol", "Proella, le chant des âmes perdues" et "Les frères Kerveguen" aux Éditions Yoran embanner.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Économie circulaire en Bretagne : le recyclage des bouteilles plastiques

Qu’est-ce que l’économie circulaire ? Aujourd’hui, trop majoritairement, on vit dans un cycle linéaire où on fabrique un produit. Puis on le consomme. Enfin on le jette. Ainsi, l’économie circulaire

Parcs et jardins de Bretagne : parc Hamelin-Oberthür

Les climats et sols de Bretagne sont idéaux pour la création de jardins. Et oui, j’ai mis cela au pluriel. Car la Bretagne a de nombreux microclimats et des températures

Fonction publique : les grands corps sont malades.

A propos de la fonction publique … Nouveau Rédacteur à NHU Bretagne, je réponds à l’intéressante interview de Marylise LEBRANCHU à lire ici dans La Gazette des Communes. Extrait :

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse