La région Bretagne administrative entre au capital d’une entreprise privée.

La région Bretagne administrative entre au capital d’une entreprise privée.

Le Groupe D’Aucy, actuellement en phase se rapprochement avec Triskalia.

Il y a un moment déjà, la Région Bretagne administrative avait avancé cinq millions d’euros à D’Aucy. Cette dernière avait remboursé la somme. Cette fois, la même région investit le même montant sous forme d’une prise de participation. En effet la loi NOTRe le permet depuis peu. La Région Bretagne administrative explique cet investissement d’argent public par son souci de voir sa partie de la Bretagne devenir leader européen du bien-manger.

Qui veut gagner des millions … d’argent public de la région Bretagne administrative ?

Du coup, doit-on penser qu’il suffit de proposer ou de fabriquer du « bien-manger » dans quatre des cinq départements de Bretagne pour obtenir des millions ? Ou ce prétexte cache t-il une ou des raisons moins avouables ?
Est-ce bien le rôle de ces administrateurs d’investir l’argent public des Breton(ne)s pour renforcer ou sauver une entreprise privée ?
Est-ce que cet argent des contribuables bretons serait récupéré en cas de faillite de D’Aucy ?

On est encore loin d’une « nationalisation ».

A moins qu’il faille dire « régionalisation » ?
Définition de la nationalisation : « transfert de la propriété privée à la nation« . « Transfert à la collectivité nationale de la propriété de moyens de production privés« . En cela une nationalisation s’oppose à une « privatisation ».
Avec cette prise de participation de seulement 2,72% du capital de D’Aucy, on ne peut évidemment pas parler de « nationalisation« .
Si la région Bretagne administrative investit cinq millions d’euros dans D’Aucy, pourquoi pas demain dans de nombreuses autres entreprises bretonnes qui le demanderaient ?
Quels sont ou seraient les critères de choix retenus ?
La région au piètre budget et qui doit faire des choix en permanence, n’a t-elle pas d’autres priorités d’ordre public pour dépenser l’argent du contribuable breton ?
Nous rappelons que le budget de la région Bretagne administrative est à peine supérieur à celui de Nantes Métropole, la plus grande métropole de Bretagne.

Qui est D’Aucy ?

D’aucy depuis 2015 est l’ancienne CECAB Centrale Coopérative Agricole Bretonne née en 1968. CECAB, c’est la fermeture de GAD et du conserveur légumier Boutet Nicolas. Après leur fusion reportée maintenant à Juillet 2019, D’Aucy et Triskalla représenteraient un groupe agroalimentaire breton de 25000 Agriculteurs adhérents, de près de 10000 Salariés sur une soixantaine de sites de production. Essentiellement en Bretagne mais aussi ailleurs en Europe.
La Bretagne est parmi les plus grandes puissances agricoles et agro-alimentaires d’Europe. Ce secteur est primordial pour l’économie du pays.

 

Previous Bretagne Réunie : en 2019, préparons le nouveau printemps breton !
Next Petit conte à l'intention de ceux qui méprisent les "patois".

Á propos de l'Auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 338 posts

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

✅ Éolien maritime en Bretagne : position de Marc LE FUR

L’éolien maritime coûte très cher. Je souscris à l’amendement, qui me semble de bon sens : le soutien à l’éolien coûte très cher. Par exemple, s’agissant de l’éolien maritime, le

Circuit court alimentaire et Mangeons local en Bretagne

Circuit court et locavore Être ou devenir locavore en circuit court, c’est privilégier ses achats dans un rayon court autour de chez soi. Également privilégier la consommation de produits saisonniers. Ou

L’excellence industrielle bretonne

L’excellence industrielle bretonne brille dans l’actualité L’actualité récente regorge d’exemples emblématiques de l’excellence industrielle bretonne (vidéo). Des réussites qui ne demandent qu’à se pérenniser en Bretagne. Avec un fort réseau de

Commentaires

Pas encore de commentaires ?

Vous pouvez être le premier/la première à commenter ce post.

Laissez votre réponse