Projet Breizh-Coin, un nouveau business angel en Bretagne.

Projet Breizh-Coin, un nouveau business angel en Bretagne.

Innover l’innovation et lui donner du sens.

En plus d’être créatrice d’emplois, l’innovation financée se devra d’être utile et répondre à de vrais besoins.
Si l’innovation gadget et les projets nuisibles pour la collectivité ne seront pas retenus en amont, les priorités éventuellement divergentes des partenaires (producteurs, entreprises, distributeurs, consommateurs) quant à la répartition des fonds pour les projets seront prises en compte grâce au vote par assentiment ou notation.
Destiné à s’ancrer dans le long terme le projet Breizh-Coin prévoit que les participations au capital des projets innovants retenus soient de l’ordre de 15% minimum et de 25% maximum, avec un engagement garanti sur dix ans. Ainsi il n’y a pas de perte de pouvoir pour les fondateurs ni de cession forcé des parts sociales au bout de trois à cinq ans pour réaliser une forte plus-value.

Breizh-Coin business angel.

Business-Angel responsable et impliqué, Breizh-Coin veut aussi construire sur le principe de réciprocité. Soit « retour ascenseur » par achats de services ou de produits auprès des entreprises partenaires dans la limite des fonds reçus. Ainsi qu’une adhésion dès la première année au projet Breizh-Coin pour une durée de dix ans, pour tous les projets financés.
Label régional catalyseur des énergies de l’ensemble des habitants et du tissu économique breton, la structure Breizh-Coin en tant que lien de partenariat grâce à sa plateforme interactive permettra peut-être de réconcilier les citoyens que l’on dit fâchés avec l’économie. Celle-ci abusant trop souvent, à travers ses experts et hérauts proclamés, de concepts exotiques ou ésotériques au détriment d’analyses rationnelles.

Breizh-Wallet.

La colonne vertébrale du projet (entreprises, enseignes et commerce local) afin d’être durablement arrimée dans le quotidien des habitants de la Bretagne, se verra renforcée par les associations, clubs ou communes. Également les simples citoyens qui pourront eux-aussi sponsoriser et labelliser leurs propres Breizh-Wallet et même en offrir à des proches.
Cette participation citoyenne, associée au regard professionnel du tissu économique breton peut rapidement devenir un label de référence pour se substituer aux pratiques marketing existantes de récompense ou de fidélité ainsi qu’un authentique label d’engagement durable.

Breizh-coin-3-5

Breizh Coin

Quis custodiet ipsos custodes ?

Qui va garder les gardiens ?
Cette problématique inhérente à tout projet qui concentre pouvoir et argent ainsi que répartitions transparentes de ceux-ci sera le carburant du projet Breizh-Coin. Puisque celui-ci -pour mémoire- va se construire sur les conflits d’intérêts.
Si nous avons évoqué plus haut ces différents conflits d’intérêts notamment entre producteurs, industriels et enseignes de distribution à propos des produits de grande consommation, chacun sait déjà que le commerce local et la grande distribution ne se tiennent pas spontanément par les petits doigts lors d’un An-Dro. Et que des conflits d’intérêts liés à la géographie ne peuvent pas non plus être mis sous le tapis.

Aussi chaque département aura sept représentants :

⦁ Entreprises de production et de services,
⦁ Enseignes de distribution
⦁ Commerce local
⦁ Indépendants
⦁ CCI, Pôles de compétitivité, technopoles.
⦁ Associations, clubs, communes,
⦁ Citoyens

Soit un ensemble élu de trente cinq personnes pour :

⦁ Valider les projets innovants retenus par la structure Breizh-Coin.
⦁ Certifier le bon fonctionnement de la plateforme et de la collecte des fonds.
⦁ Certifier l’attribution et le bon usage des fonds pour les projets innovants.
⦁ Etre les ambassadeurs du projet dans leur département.

Ces trente cinq personnes, interface entre la structure Breizh-Coin et les partenaires du projet (dont ils sont aussi partie prenante) seront élues par leurs pairs.

Retrouvez les volet 1 et volet 2 du projet Breizh-Coin.

Précédent Non, nous ne laisserons pas détruire le Canal de Nantes à Brest.
Suivant Du pétrole en Bretagne : et si on nous le cachait ?

A propos de l'auteur

Jacques Henri LESCOUËT
Jacques Henri LESCOUËT 5 articles

Editeur de produits touristiques durant une vingtaine d’années sur les principales destinations du bassin méditerranéen (Grèce, Espagne, Chypre, Portugal, Maroc) ainsi que la Hongrie, la Riviera Maya ou Puerto Rico. Philosophie de l’entreprise (dix personnes) : offrir aux touristes des souvenirs de qualité, en papier, utiles, et fabriqués en Europe.( Interview Economy Tribune sur profil LinkedIn). La mal nommée « crise grecque », espagnole, portugaise ou irlandaise aujourd’hui identifiée comme une crise financière transformée en crise économique avec des centaines de milliers d’entreprises qui firent faillite, mit fin à cette aventure en 2012. Retour en Bretagne en 2016 avec deux nouveaux projets.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

TRISKALIA : Enfants et Agriculteurs ne se rencontreront pas le 14 Juin.

NHU Bretagne publie en clair et en intégralité le post récemment diffusé sur la page Facebook du groupe TRISKALIA.  Nous n’avons reçu aucune demande de TRISKALIA pour diffuser ce texte.

Bretagne, Brest et océanographie dans le top international.

L’Université de Brest classée dans les meilleures du monde … Comme chaque année, le Academic Ranking of World Universities est très attendu. Le ARWU pour les initiés, ou le classement

Le chômage en Bretagne

L’emploi en Bretagne, ou le chômage en Bretagne ? Que ce soit en français ou en breton, le chômage est un malheur. Comme sur de nombreux autres sujets, l’Europe est

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire