✅ Les Bretons absents du “self-determination caucus” de l’UE

✅ Les Bretons absents du “self-determination caucus” de l’UE

“Self-determination caucus” : Catalogne, Écosse, Irlande, Flandre, Euskadi, Galice, Corse….

Tous différents mais unis par l’Europe
L’écart est grand entre les 7,5 millions d’habitants de la Catalogne et les 350.000 habitants de la Corse, en passant par les 1,8 million d’habitants d’Irlande du Nord, les 2,7 millions de Galiciens, les 3 millions de Basques et de Gallois, les 5,5 millions d’Écossais et les 6,5 millions de Flamands.

Démocratie et population

La Bretagne avec ses 4,8 millions habitants a la taille idéale pour devenir une pleine Démocratie

 

Et, au-delà de ces différences démographiques et économiques, il y a des réalités politiques fondamentalement diverses. Mais c’est dans un même cadre européen que chacun de ces peuples pourra faire évoluer sa situation et aller vers son émancipation.

C’est le sens de la création du « self-determination caucus » au sein du Parlement Européen,

Et de son prolongement au sein du Comité Européen des Régions. Il regroupe d’ores et déjà les députés nationalistes basques, catalans, irlandais, galicien et corse. Cette démarche associe aussi les Flamands, et est ouverte aux Écossais et aux Gallois même si, Brexit oblige, ils ont perdu leurs députés européens.

La journée parlementaire de l’ALE à Bastia a largement abordé l’avenir de ces peuples en Europe.

Notamment lors de la réunion ouverte qui a été tenue au Mantinum en présence d’Oriol Junqueras et Gilles Simeoni. Les responsables de Femu a Corsica avaient été rejoints par des délégations du PNC et de Core in Fronte pour assister à l’événement.
La tribune regroupait plusieurs membres de l’Assemblée plénière de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe, le député catalan Jordi Solé et deux membres, flamand (Karl Vanlouwe) et corse (Nanette Maupertuis), du Comité des Régions, qui, comme le Parlement Européen, en est partie prenante.

Notre « self-determination caucus » s’est fixé comme premier objectif de faire entendre la voix des peuples sans États dans le cadre de cette Conférence qui s’est ouverte en mai dernier. Et dont les réunions vont se succéder pendant plusieurs mois.

La situation de la Catalogne est emblématique, où la crise politique continue qui secoue l’Europe entière comme on l’a vu en Italie avec l’arrestation/libération de Carles Puigdemont, poursuivi par la justice espagnole, mais protégé par les décisions de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui juge sévèrement les sentences liberticides prononcées par l’Etat espagnol contre les responsables démocratiquement élus de la Catalogne, au nom de sa « souveraineté », au mépris des revendications exprimées par le peuple catalan.
L’autre actualité pressante de l’Union Européenne se déroule en Écosse où l’indépendance du pays est à l’ordre du jour pour qu’il puisse rejoindre l’Union Européenne qu’il a quitté contre son gré par l’effet du Brexit décidé par une majorité de Britanniques mais refusé par une très large majorité des Écossais.

Au Pays Basque ou en Corse, l’actualité est moins pressante…

Mais la totale « surdité » de l’État français comme de l’État espagnol face aux résultats démocratiques des élections qui donnent deux-tiers des voix aux mouvements nationalistes finira par poser, le jour venu, le même type de problème fondamental : Basques et Corses sont-ils des peuples européens ? Ont-ils le droit de décider de leur destin ? De quel droit un État pourrait-il imposer un statu quo institutionnel et refuser toute négociation comme c’est le cas actuellement ?

succès nationaliste

Visionnez la vidéo : la Corse a des leaders, la Bretagne a des suiveurs.

Le « self-determination caucus » …

Propose qu’un « mécanisme européen de clarté démocratique » soit mis en vigueur qui, sans se substituer à ceux qui doivent négocier, veille à ce que les conditions d’un dialogue puissent exister, dans la clarté et la transparence, avec l’entremise d’une médiation européenne qui garantisse que la voix démocratique des peuples sans Etats soit entendue et leurs intérêts pris en compte face à la logique constitutionnelle des États-membres.
Cette démarche permettra de poser les jalons d’une solution politique aux problèmes posés avec acuité en Catalogne et en Écosse, mais qui le sont aussi, de façon latente, à travers des majorités politiques fortes et confirmées par des scrutins successifs sur une longue période, en Corse et au Pays Basque. Ailleurs, comme en Flandre, l’évolution de la situation actuelle semble inéluctable, ainsi que celle de l’Irlande du Nord. Sans l’investissement d’une médiation européenne, le risque est grand de situations conflictuelles dont les effets ne pourront être maîtrisés.
Pour y faire face, l’Europe devra se donner les moyens de secouer le carcan des États issus de la Seconde Guerre mondiale, il y a quatre-vingts ans.
Tel est le message du « self-determination caucus ».

Le Caucus est composé de:

François Alfonsi
Pernando Barrena – & Member of the CoFoE
Izaskun Bilbao Barandica
Toni Comín i Oliveres
Chris MacManus
Clara Ponsatí Obiols
Carles Puigdemont i Casamajó – & Member of the CoFoE
Diana Riba i Gener
Jordi Solé – & Member of the CoFoE

Ces articles peuvent également vous intéresser.

✅ Les indépendantistes catalans majoritaires au Parlement de Catalogne

✅ Élections en Écosse : les nationalistes gagnent leur pari.

✅ YesBreizh, ou parler sereinement de l’indépendance de la Bretagne

Previous ✅ Survolez Molène-Molenez avec Le Voyage des Koumoul
Next ✅ La loi 3DS au service de la débretonnisation de nos campagnes

Á propos de l'Auteur

François ALFONSI
François ALFONSI 16 posts

Maire d'Osani depuis 2002 - Président de l'ALE Alliance Libre Européenne ou EFA European Free Alliance - Ancien député européen - Mambre de PNC Parti de la Nation Corse - CoDirecteur de l'hebdomadaire corse Arritti.

Lisez les autres articles de cet Auteur ...

Vous pourriez aussi aimer

Découvrez deux de nos bois sacrés de Bretagne

La Bretagne a toujours été un pays propice aux bois sacrés. C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que les historiens et les artistes remettent en lumière les bois

✅ Gouel Broadel ar Brezhoneg: 2 jours de fête autour de la langue bretonne

Gouel Broadel ar Brezhoneg, kezako ? Gouel Broadel ar Brezhoneg, c’est le Festival national de la langue bretonne. Deux jours pour découvrir, jouer, danser, écouter, rencontrer le monde de la

Catéchisme républicain, vu de Bretagne par une Bretonne

Catéchisme républicain Chère Bretonne, Cher Breton, Tu ne dois parler ni breton ni gallo. La France ne veut pas. Tu dois ignorer l’Histoire de ton pays, tu dois oublier ta

2 Comments

  1. boned ruz
    février 14, 22:54 Reply

    Les Bretons absents? C’est étonnant. N’existe t-il pas l’UDB au sein de l’ALE? C’est à ce parti qu’il faut poser la question. Par ailleurs, un autre parti breton à fait une demande d’adhésion à l’ALE; malheureusement, une fin de non recevoir lui a été signifiée. Il me semble qu’ il y a deux questions qu’il faut vous poser:
    La première: pourquoi l’U.D.B n’est pas avec vous sur ce dossier?
    La deuxième: avez-vous fait un bon calcul en refusant la demande de cet autre parti Breton?

  2. Penn kaled
    février 18, 09:39 Reply

    Je partage le point de vue de boned ruz ,ha du ganeoc’h .

Laissez votre réponse