✅ Michael D. Higgins, le président irlandais qui sait ce qu’est la Bretagne

Michael D. Higgins, Président de la République d’Irlande/Uachtarán na hÉireann

Il y a des hasards tout à fait significatifs. Alors que le président irlandais Michael D Higgins, recevant le président français Emmanuel Macron à Dublin, prenait subtilement la défense de la langue bretonne, en Bretagne commençait à fuiter le contenu du rapport d’un inspecteur du ministère de l’Éducation nationale conseillant la mise au pas des écoles Diwan et la destruction du système immersif… Coïncidence assez sidérante d’un point de vue breton entre la vision irlandaise de la richesse linguistique et culturelle et la politique française autoritaire et intolérante en la matière.

Ce n’est pas la première fois que le président Higgins intervient diplomatiquement en faveur de la Bretagne.

Déjà, en 1995, en tant que ministre de la culture, à Lorient, en 2014, en tant que président, de nouveau à Lorient.

Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de souligner la francophilie générale des Irlandais et l’utilité historique et diplomatique de la France pour le positionnement politique de l’Irlande face au Royaume-uni et au sein de l’Union européenne. Ce fait explique la prudence de la diplomatie irlandaise dès que l’on parle de Bretagne. J’ai souvenir d’un dîner à Lorient au début des années 1990 avec un conseiller de l’Ambassade d’Irlande à Paris, particulièrement ennuyeux où il était impossible d’amener le diplomate sur la matière bretonne d’une façon ou d’une autre au grand dam de Polig Monjarret lui aussi présent. De même le discours le plus breton de Michael D Higgins en 2014 se fit sur le “sol irlandais” à Lorient, c’est-à-dire à bord d’un navire de la marine irlandaise et non sur le sol français….

 

 

Michael D. Higgins

Michael D. Higgins, Président de la République d’Irlande/Uachtarán na hÉireann – Lorient/An Oriant – Photo Jacques Yves Le Touze

Michael D. Higgins est un personnage remarquable …

Sociologue, poète, intellectuel, irlandophone, politicien (Labour), durant sa carrière, il a occupé de nombreux postes. Dont ceux de sénateur, député et maire de Galway/Gaillimh. Également Ministre des arts, de la Culture et du Gaeltacht (à ce titre soutien résolu à la création de la chaîne TG4). Puis enfin Président de la République d’Irlande.

Élu de Galway, et ami de Jean-Yves Le Drian, il est venu à plusieurs reprises à Lorient. Notamment durant le Festival Interceltique. Et passait régulièrement chez Polig Monjarret pour partager quelques verres.

En 1996, j’ai eu le plaisir d’accueillir Michael D. Higgins en tant que Ministre de la Culture pour le discours d’ouverture de l’université d’été du Festival interceltique consacré à l’Irlande. Discours remarquable et de haute volée et qui, très diplomatiquement, encourageait la Bretagne à prendre en mains l’avenir de sa culture.

En 2014, nouvelle Année de l’Irlande au Festival interceltique.

C’est cette fois-ci en tant que Président de la République d’Irlande, que Michael D. Higgins séjourna à Lorient. A noter qu’à cette époque, Aziliz Gouez, actuelle élue municipale et métropolitaine de Nantes et conseillère régionale de Bretagne, était l’une des conseillères de Michael D Higgins. Lors de la réception officielle donnée par le Président irlandais sur le navire de la marine irlandaise mouillant au port de Lorient, Michael D Higgins accueillit ses invités par un discours mémorable sur les liens entre l’Irlande et la Bretagne. Également sur l’importance de la culture et de la langue ainsi que sur le respect de l’intégrité territoriale, sujets importants à la fois pour la Bretagne et l’Irlande. Citant la vitalité de la société bretonne, prenant en exemple les Bonnets Rouges (2013), Michael D Higgins fit un discours assez extraordinaire pour les personnes présentes qui voulaient bien comprendre ce que disait précisément le président irlandais.
Et c’est là que les choses se gâtèrent … l’interprète, sciemment ou non, “oubliant” de traduire les passages les plus engagés pour la Bretagne… les journalistes présents ne réalisant pas l’importance politique du discours n’en faisant qu’une retranscription ridicule …. bref…. honteux….

 

Michael D. Higgins,

Michael D. Higgins, Président de la République d’Irlande/Uachtarán na hÉireann – Lorient/An Oriant – Photo Jacques Yves Le Touze

 

Le lendemain, j’eus l’occasion d’offrir au président irlandais trois livres.

Un petit dictionnaire breton-gaélique, une Histoire de Bretagne en anglais, et l’Atlas des Nations sans État. Après les remerciements, juste une petite phrase de sa part.. “Je connais la situation de la Bretagne” …..
2016, le centenaire du soulèvement de Pâques 1916. On met en place un Comité Irlande 2016 avec différents partenaires, Salon du Livre de Carhaix, Rennes II, ICB, etc… et je m’en retrouve le “coordinateur” … Une idée parmi d’autres : faire une interview du président Higgins au sujet du centenaire de 1916. Donc un des principaux quotidiens bretons accepte le principe et prévoit sa quatrième de couverture ….
Réponse de la présidence irlandaise par l’intermédiaire d’Aziliz Gouez : vu ce qu’il s’est passé à Lorient en 2014, c’est non …..

Autre idée échangée avec l’ambassadrice d’Irlande de l’époque …

Lors du Salon du Livre de Carhaix/Karaez : pour remercier le président Higgins de son implication en faveur des cultures celtiques, l’Université de Rennes II lui offrirait un Doctorat Honoris Causa comme cela avait été fait quelques années plutôt pour sa prédécesseure Mary Robinson… Tout roule, le président Higgins en visite à Paris pourrait venir à Rennes et … patatras, la direction de Rennes II incapable de prendre les décisions et les mesures nécessaires à temps …… donc, rien ….

A titre personnel …

Je dois dire que ces différents évènements m’ont permis de constater un grave dysfonctionnement dans nos diverses institutions. Ainsi qu’un manque d’implication et de motivation certain de la part de personnes tenant par ailleurs de grands discours sur l’interceltisme … Finalement très dépité et assez vexé par cet enchainement d’échecs et d’humiliations, ce fut une sorte de divine surprise d’entendre les propos de Michael D Higgins lors de la visite d’Emmanuel Macron la semaine dernière à Dublin/Baile Átha Cliath.
Ainsi, rebondissant sur le discours du président français il y a trois ans sur les bienfaits de la francophonie, Michael D Higgins en a fait une ode aux langues et à leur valeur dont la langue bretonne, lien avec l’Irlande et patrimoine de la France (sic).

Extrait de son discours.

“Mr. President, in a widely commented speech three years ago on the subject of the Francophonie, you observed that the special dignity of language means being conscious of it in such a way that it is not reduced to a communication tool, but rather recognising that it is the very substance of what makes us human.

We in Ireland understand this well. We have in daily use two languages, of which English is by far the dominant one. However, in the special sense you spoke of, Mr President, we affirm in our Constitution, Bunreacht na hÉireann, that the Irish language – the native language of this island – is a fundamental source and element in our culture. Just as Breton is an important part of French culture – and a link to our own – so we, in France and in Ireland, share an appreciation of the contribution language, in its diversity, makes to a living culture, an appreciation that must surely be at the heart of our common European future.”

Michael D Higgins est un président irlandais qui connait la Bretagne et malgré le peu de reconnaissance de notre part, continue à penser à notre culture et à faire ce qu’il peut pour nous dans la limite de ses prérogatives.

Il serait temps que la Bretagne le reconnaisse et l’accueille à nouveau avec tout l’enthousiasme qu’il mérite.

Vidéo Présidence de la République d’Irlande
Photos Jacques Yves le Touze
Visuel YesBreizh

Également de Jacques Yves LE TOUZE pour NHU Bretagne.

Patrick LE LAY, un Breton au service de son pays.

Dublin: une peinture encadrée en breton

Previous ✅ En Bretagne comme ailleurs sur Terre, les peuples sont relégués
Next ✅ Rentrée des classes / Distro er skol ... par Alan STIVELL

Á propos de l'Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Population bretonne : au 1er Janvier, nous sommes plus de 4,8 millions.

La population bretonne est dynamique La Bretagne a une population globalement identique à la Nouvelle Zélande (4 743 131 habitants)  ou à la  Croatie (4 105 493 habitants). Et un

Protection de la nature en Bretagne

Protéger la nature en Bretagne, un combat toujours d’actualité ! « La nature et la culture sont sœurs en Bretagne » Que serait la Bretagne sans son imaginaire ? Sans

Pas de statut particulier pour la Bretagne

“Pas de statut particulier pour la Bretagne” répondent obstinément aux Bretonnes et aux Bretons les pouvoirs, de droite, de gauche… … ou d’ailleurs, qui se succèdent à Paris depuis des

5 Comments

  1. Penn kaled
    septembre 01, 08:56 Reply

    Vous dites à juste de titre que les irlandais sont francophiles ,les Bretons feraient bien parfois ,malgré les je t’aime moi non plus !! d’être un peu anglophiles .Pourquoi s’interdit t-on des relations avec Londres ?,surtout que dans les circonstances actuelles la relation anglo bretonne serait un contrepoids face à une France qui s’acharne à empêcher le peuple Breton de s’affirmer .D’ailleurs jusqu’au brexit l’Irlande avait aussi de bonnes relations avec l’Angleterre ,un des pays qui respecte le mieux ses minorités nationales en Europe .Si la Bretagne avait que la moitié du statut d’autonomie de l’Ecosse ce serait déjà un grand pas .

  2. Jacques-Yves Le Touze
    septembre 01, 11:19 Reply

    Bonjour,
    Vous avez en effet raison sur ce point des relations entre l’Angleterre et la Bretagne. Elles sont beaucoup trop méconnues. Une histoire intimement mêlée depuis très longtemps et qui a duré au moins jusqu’à la fin de l’indépendance bretonne . Le roman français a fait des Anglais “nos ennemis héréditaires”, ce qui est faux pour la Bretagne grosso-modo du IXe siècle au XVIe siècle. L’Angleterre telle que créée par les Normands au XIe siècle ( dont de très nombreux Bretons en fait) a toujours été un partenaire commercial, politique pour faire contrepoids aux appétits des rois français. Ceci dit, ça n’a pas toujours été un long chemin tranquille entre Anglo-Normands et Bretons … c’est le moins que l’on puisse dire. Mais il est bien évident que ces faits devraient être enseignés et connus des Bretons eux-mêmes.

  3. Penn kaled
    septembre 01, 16:43 Reply

    Alors vu que l’on invite l’Australie ,les Asturies au festival interceltique ,pourquoi au moins pour une fois ne pas inviter l’Angleterre ,le prince Charles aime bien la Bretagne ,beaucoup des anglais installés en centre Bretagne s’intéressent à la culture bretonne .Les anglais actuels ont une part d’ascendance bretonne ,ce pays a aussi des éléments du patrimoine celtique .Les économies bretonnes et anglaises sont potentiellement complémentaires ,l’Angleterre n’étant que autonome de 50% en matière alimentaire .Le rêve des brexiters de global Britain devant palier à cette problématique vire au cauchemar .S’il reste encore une opportunité pour l’avenir de la Bretagne la réponse est là du moins en partie .Précurseur Gourvennec quoi que l’on pense par ailleurs, nous avait pourtant montré la voie .Sur plan économique mondial le commerce anglo breton est un circuit court ,alors que les longs déplacement maritimes vont tôt ou trad être pénalisés par rapport aux mesures inéluctables pour faire face au réchauffement climatique . Du fait d’une Bretagne qui regardera un peu plus vers l’océan et moins vers l’est ,les mêmes causes produisant les mêmes effets les fondamentaux favorables à l’émancipation de la Bretagne apparaitront au grand jour ,bien entendu ce terrai sera favorable au rayonnement de la culture bretonne et les conditions du redéploiement de la langue bretonne seront facilités

  4. Jacques-Yves Le Touze
    septembre 11, 22:30 Reply

    Why not ? mais il me semblerait plus adéquat de créer un rendez-vous proprement anglo-breton, le FIL n’est pas le meilleur endroit pour parler Angleterre ni France d’ailleurs . 2/3 jours autour des relations Bretagne Angleterre serait un projet intéressant ., par exemple à Roscoff. Qui est partant ?

  5. Penn kaled
    septembre 17, 07:58 Reply

    Je suis prêt à vous suivre et pas le seul…

Laissez votre réponse