En Bretagne les conditions de baignade sont idéales.

En Bretagne les conditions de baignade sont idéales.

Que n’entend-on médire sur nos eaux de baignade en Bretagne ?

L’eau de mer serait trop froide ?
D’abord soyons exacts. En fait il ne s’agit pas d’eau de mer mais de l’eau de l’océan. De ce vaste Océan Atlantique qui par son courant Gulf Stream, vient caresser de façon tempérée nos quelques 2700 kilomètres de côtes. Le terme « eau de mer » est à réserver à cette grande baignoire trop tiède enserrée, tel un grand lac, entre le sud de l’Europe et le nord de l’Afrique.

Ici nous parlons d’eaux libres d’océan, d’eaux vives et fraîches.

Nos eaux de baignade sont brassées en permanence par de géantes marées, inconnues dans cette Mare Vostrum trop salée. De puissants courants transatlantiques régénèrent les flux et nous apportent sur les plages une eau à température idéale.
En Bretagne, l’eau de l’océan est tonique. Elle n’est jamais froide. Elle est parfois fraîche. Et encore, elle est fraîche pour qui ? Sûrement pas pour les solides peuples du nord de l’Europe, Norvégiens, Écossais … Elle l’est sans doute pour ceux du sud, trop habituées à vivre sous des soleils de plomb.

Nos eaux toniques sont les meilleures pour la santé et le bien-être.

Donc ce n’est pas un hasard si la grande majorité des établissements de thalassothérapie se trouvent en Bretagne. Et plus généralement sur la côte atlantique. Parce qu’il n’y a pas que la température de l’eau qui est importante. Car une eau trop tiède devient vite un véritable bouillon de culture. Par contre une eau plus fraîche tonifie le corps et stimule l’organisme. Bien sûr, il est plus difficile d’y entrer pour les plus fragiles d’entre nous. Mais en Bretagne, nous ne nous arrêtons pas à ce genre de frivolité sur la plage. Car quand on est entré dans cet océan qui règle notre quotidien, l’impression de bien-être est sans égale.

La baignade en Bretagne n’est pas un concept réservé aux touristes migrants venant chez nous se refaire une santé deux ou trois semaines en été. Où qu’on soit dans nos cinq départements, on n’est jamais à beaucoup plus d’une heure de l’océan. Chacun de nous peut donc s’y rendre en dibenn-sizhun (week end en langue anglaise) ou même en soirée.

Nos eaux de baignade sont idéales en Bretagne.
Sachons les préserver.

 

Précédent 21 Juin 2018, Macron, Bretagne, Kemper : le mépris !
Suivant Vos réseaux sociaux pour diffuser NHU Bretagne

A propos de l'auteur

Rémy PENNEG
Rémy PENNEG 220 articles

"Essayer ou ne rien faire". Quand on aime la Bretagne corps et âme, à un moment, il faut essayer d'agir et de créer pour participer, même très modestement, à son rayonnement et à son avenir. Avec l'aide avisée d'une poignée de volontaires, nous créons NHU Bretagne.

D'autres articles qui devraient également vous intéresser

La Bretagne, leader européen du bien-manger, ou du mieux-manger ?

Le bien-manger : c’est la campagne que lance la Région Bretagne. Faire de la Bretagne (c’est à dire la Région Bretagne et la Loire Atlantique) le leader européen du bien-manger.

Pierre Ier de Bretagne : le temps des conflits avec le Roi de France

Nous poursuivons l’évocation de Pierre Ier de Bretagne Toujours sous la plume de l’Historien et Professeur breton Éric BORGNIS-DESBORDES.  Partie 3 Équilibre habile entre Angleterre et France. Louis VIII adopte

Les chinois investissent en Bretagne

Les chinois voient tout en grand. Si pour certains, la terre finit en Penn ar Bed. Pour d’autres, de plus en plus nombreux, il est évident que bientôt le soleil

0 commentaire

Pas encore de commentaire.

Soyez le premier ! Commentez cet article !

Laissez un commentaire